AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
» of sheers and a witcher i sing ; ft. Otsumi Samael Lavnenn.
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Invité

ft. Otsumi Samael Lavnenn

Only death can finish the fight, everything else only interrupts the fighting.

of sheers and a witcher I sing

Irness n'était pas femme à accepter n'importe quel contrat ; elle choisissait méticuleusement les contrats qu'on lui confiait, surtout lorsque cela venait des hautes sphères de Toussaint. Pour les gens du peuple, elle offrait ses services au premier venu mais quand il était question de ceux qui se nourrissaient avec des cuillères en argent ou en or, elle faisait très attention. Depuis le décès brutal d'Ademarta, l'ancienne duchesse, elle ne pouvait s'empêcher d'être vigilante, même s'il appréciait Anna Henrietta. Elle avait apprit de son amant lointain, le vampire Garrett, que les hommes portant une couronne ou des bijoux d'or étaient toujours ceux à même d'introduire des ennuis dans leurs contrats. Seulement, bien qu’ayant un compte en banque bien rempli, elle ne pouvait tout simplement pas refuser tous les contrats qui venaient de ceux qui payaient gracieusement, surtout lorsqu’ils s’avéraient être simples. Ainsi, la magicienne accepta tant bien que mal le contrat offert par le Camerlingue ducal : préparer des potions pour renforcer la vivacité des soldats. Seulement, la magicienne savait aussi que la vivacité allait de paire avec d’autres effets secondaires, surtout s’ils n’étaient pas préparés à prendre telle potion. Mais le camerlingue n’en avait que faire, surtout que l’ordre venait de Damien de la Tour directement, le capitaine de la garde ducale en personne. Irness n’eut alors qu’à accepter, le renseignant tout de même des dispositions à prendre au préalable, surtout pour les soldats concernés par la potion. La jeune elfe se mit alors en quête de la recette exacte pour la potion, non pas celle pour les sorceleurs mais celle pour les êtres humains, celle qui donnerait le moins d’effets secondaires. Seulement voilà, elle tomba rapidement sur un os : il fallait une glande de griffon ainsi qu’un extrait de son venin. Bien qu’étant une magicienne tout à fait capable de se défendre, un griffon était tout de même un monstre à la corpulence légitimement difficile à vaincre pour sa stature et elle ne possédait pas l’équipement ni même l’entraînement nécessaire pour abattre une telle créature. Ainsi, la magicienne décida de faire appel à l’une des personnes qu’elle savait apte à vaincre un monstre tout en laissant possible la récolte de ce dont elle avait besoin : Otsumi Samael Lavnenn. Après avoir trouvé un contrat demandant la tête d’un griffon, elle convoqua la sorceleuse par le biais d’un message, lui donnant rendez-vous le lendemain à Flot-Vif, l’animal se trouvant près du domaine abandonné de Casteldaccia, sur les Champs-Désolés.

Ainsi, le lendemain, elle se prépara ; attachant ses cheveux en une natte en épi tombant dans son dos de façon à ce que ses mèches ne la gêne pas si elle devait se battre. De même, elle enfila un pantalon vert sombre surmonté de bottes montant jusqu’à la mi-cuisse, noires, le tout accordé à une chemise blanche surmontée par un corset de la même teinte que son pantalon. Ses manches étaient très vites resserrées par une paire de gants en cuir, enchantés d’une magie de protection tandis qu’une cape verte sombre venait s’attacher autour de son cou par un léger lacet noir qui se rejoignait en un pendentif floral en argent. Elle n’oublia pas sa sacoche, accrochée astucieusement à sa ceinture, ni même son porte-dague, attaché à sa cuisse. Attrapant son bâton d’orme, la jeune magicienne récupéra sa jument qui l’attendait quelques rues plus bas, attachant son bâton à la selle, elle ne tarda pas à donner un petit coup pour que Raja avance aussi rapidement que possible pour filer en dehors de la cité et rejoindre le petit village de Flot-Vif. Elle arriva un peu en avance par rapport au rendez-vous, et descendit de cheval pour laisser sa jument manger quelques brindilles d’herbes tandis qu’elle s’installait sur l’une des barrières, récupérant son carnet pour vérifier si il ne lui manquait rien qu’elle pouvait récupérer au passage. Elle ne tarda pas, cela dit, à entendre les sabots d’un cheval et en levant les yeux, remarqua que c’était la sorceleuse qu’elle avait quémander la veille. Un sourire se dessina sur son visage alors qu’elle rangeait ses affaires et remontait à cheval, se dirigeant vers elle. « Vous voilà! Veuillez m’excusez, avant tout de chose, de vous avoir fait quérir avec si peu d’avance ! Mais vous connaissez le camerlingue ducal, quand il a besoin de quelque chose, c’est aussi prestement que possible! » Elle souffla, ne cachant pas son mécontentement concernant le dit-homme. « J’espère que vous allez bien cela dit et que je n’ai pas gâché de possibles plans dans votre journée. » Elle se rattrapa, tirant sur les rênes de sa jument pour la diriger vers là où elles devaient se rendre. Cela promettait d’être une après-midi riche en événements, surtout si le griffon s’avérait plus dangereux que promis dans l’annonce. « Pouvons-nous y aller? Le domaine de Casteldaccia n’est pas très loin à cheval, on y sera en quelques temps si il ne se passe rien sur la route. »

Invité
Anonymous
Invité
Sam 30 Juin - 21:50
Revenir en haut Aller en bas
» of sheers and a witcher i sing ;

ft.


Cela faisait maintenant deux jours qu'Otsumi était de retour à Beauclair... Elle avait passé les dernières semaines sur les routes, à réaliser divers contrats pour des raisons et des personnes plus ou moins légales et saines, mais qu'importait. Tant qu'il y avait une bourse bien pleine... Après, malgré sa neutralité en tant que Sorceleuse, elle avait tout de même des limites dans son absence d'implication morale. Et sa notoriété lui permettait de se donner le droit de refuser si les contrats ne l'intéressaient pas. Tout ce temps passé sur les routes et à amasser moult récompenses lui avaient donné envie d'aller se prendre un peu de bon temps dans sa ville natale. Et puis, il fallait bien qu'elle prenne soin de sa santé par moments, aussi...

Alors qu'elle méditait tranquillement dans son jardin, un bruit et une odeur vint réveiller son loup, Kaynak, qui se prélassait paisiblement à côté d'elle, gardant un œil ouvert aux éventuels dangers, bien que rares dans la cité noble de Toussaint. Celui-ci l'avertit alors de son grognement qu'il y avait de la visite... Otsumi dit alors se résoudre à interrompre sa méditation, et trouva devant sa porte un messager, lui remettant une missive avant de partir. La curiosité la piqua si fort qu'elle retourna au salon, s'y installant afin de lire tranquillement la lettre qu'elle avait reçue... Un contrat ? Et pas de n'importe qui. Ma foi, pourquoi pas après tout ? se dit-elle, les mots gravés sur le papier défilant devant ses yeux.

Le lendemain, elle se prépara, se vêtissant de ses bottes aussi sombres que son pantalon, renforcés par des pièces de cuir. Un haut de lin d'un blanc cassé dont le col était attaché par des lanières et sa veste renforcées de pièces d'armure légères afin de garder sa mobilité face à ses ennemis, et elle était presque prête. Elle attacha l'arrière de ses cheveux en queue de cheval haute, laissant le reste lâché, dans sa nuque et autour de sa tête. Sa ceinture mise à laquelle elle avait mit son coutelas lui servant pour les travaux fins, et son épée en bandoulière dans le dos, Otsumi était parée pour un combat. Elle avait également dans sa sacoche de ceinture une huile contre les hybrides concoctée le matin même et quelques potions afin de pouvoir combattre sans désavantage le griffon. Elle siffla son loup afin qu'elle la suive et alla louer un cheval, se disant de plus en plus qu'elle devrait en acheter un, un jour... Ce serait sans doute beaucoup simple pour elle, pour ses voyages... et peut-être même pour ses contrats à venir. Bah... Elle verrait plus tard, elle n'était pas pressée. Enfourchant le cheval au pelage sombre, elle alla à la rencontre de la mage. Le lieu en vue, elle ne fut pas surprise d'y voir également la commanditaire de ce contrat bien particulier.


« Vous voilà! Veuillez m’excusez, avant tout de chose, de vous avoir fait quérir avec si peu d’avance ! Mais vous connaissez le camerlingue ducal, quand il a besoin de quelque chose, c’est aussi prestement que possible! »

Elle n'eut cependant pas le temps de répondre, que Irness s'enquit d'exposer la suite.

« J’espère que vous allez bien cela dit et que je n’ai pas gâché de possibles plans dans votre journée. »
« Un contrat est toujours bon à prendre. »

Elle ne comptait pas lui demander d'explications, Otsumi avait déjà eu l'occasion de travailler avec la magie plusieurs fois. C'était sans aucun doute pour une potion précise... Et vu que son propre commanditaire était le camerlingue ducal, il n'y avait que peu de possibilités quant à la nature de cette fameuse potion. Mais qu'importait, la Sorceleuse n'était pas là pour ça, mais pour le griffon. Rien de plus.

« Pouvons-nous y aller? Le domaine de Casteldaccia n’est pas très loin à cheval, on y sera en quelques temps si il ne se passe rien sur la route. »

Pour toute réponse, n'ayant pas envie de parler davantage, trouvant que la mage se chargeait très bien de parler pour elles deux, Otsumi donna un léger coup de talons dans les flancs de son cheval, lui indiquant alors de reprendre la route. Étant née à Toussaint et ayant parcouru maintes et maintes fois, autant en tant qu'enfant lors de ses fugues, qu'en tant que Sorceleuse adulte, elle savait où se trouvait le dit domaine.

La route se passa sans encombre, aucun monstre à l'horizon ni rien pour ne perturber leur route, par chance. Ou bien était-ce la présence du griffon qui effrayait tout ce beau monde ? Allez savoir. Les voici arrivées à Casteldaccia, et Otsumi fit stopper son cheval, en descendant afin d'aller inspecter la zone. Autant savoir à quoi elle avait à faire exactement... Elle avança avec prudence, l'épée dégainée en cas de danger, observant tout autour d'elle pour ne pas se faire surprendre par le griffon. Elle remarqua quelques plumes et s'agenouilla afin d'en prendre une et de l'inspecter. Un griffon mâle, un jeune adulte... Et pas un des plus dangereux de son espèce. Le combat ne serait pas trop long, apparemment... Cependant, la zone semblait déserte... Il était sans doute parti chasser. En attendant, elle en profita afin d'huiler son épée, s'accroupissant tout en restant alerte au moindre bruit. La créature pouvait revenir d'un moment à l'autre, et elle n'apprécierait sans doute pas des intrus sur son territoire.


» of sheers and a witcher i sing ; ft. Otsumi Samael Lavnenn.  Xl3f
Otsumi Samael Lavnenn
This will be quick and painful.
Race Race : Humaine
Habite à Habite à : Sur la Voie
Couronnes Couronnes : 10873
Messages Messages : 167
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Juil - 4:14
Revenir en haut Aller en bas
Invité

ft. Otsumi Samael Lavnenn

Only death can finish the fight, everything else only interrupts the fighting.

of sheers and a witcher I sing

Elle appréciait la sorceleuse qu'elle avait embauché pour le travail aujourd'hui, et c’était probablement parce qu’elle avait déjà eu recourt à ses services qu’elle n’hésitait plus maintenant, lorsqu’un problème semblait trop épineux pour sa seule expertise. Ainsi, Otsumi était l’un de ses premiers choix lorsqu’il était question de faire appel à un sorceleur qualifié, elle était la bonne personne à choisir. Elle avait un professionnalisme qu’elle admirait tout particulièrement, sa propre intransigeance se reportant sur les personnes qu’elle embauchait. La tavernière, qui dirigeait la Faisanderie, avait passé un grand entretien basé sur de longues questions avant d’être jugée apte par la magicienne pour effectuer le travail de tenancière. L’expérience de la sorceleuse était également une qualité non négligeable, elle savait qu’elle possédait des qualités en magie, bien que limitées et utilisées uniquement dans le but de pallier au manque des signes. Ainsi, Irness savait qu’en engageant Otsumi, le travail serait bien fait. La seule chose qui parfois, elle devait bien l’avouer, l’agaçait était le manque cruel de conversation de la jeune femme. Non pas qu’elle était inintéressante mais elle parlait peu. Irness n’était pas femme à s’épancher quinze années sur un seul et même sujet, mais elle aimait à faire la conversation. Elle avait appris à ses dépens à quel point le silence pouvait être lourd, notamment avec les personnes avec qui elle travaille. Elle aimait être en phase avec les personnalités qu’elle embauchait ou avec qui elle se retrouvait à devoir travailler, ainsi même si elle arrivait à communiquer avec Otsumi, le silence était quelque chose de sacré, presque inviolable entre elle, quand bien même la magicienne tentait la discussion. Lorsqu’à ses mots, la magicienne ne reçut que de quelques rares mots, elle haussa les épaules et entreprit de donner un coup dans le flanc de sa jument pour entreprendre le chemin jusqu’à Casteldaccia.

Le soleil montait de plus en plus et bientôt, la chaleur habituelle à Toussaint s’installa, faisant souffler la jument mais également la magicienne. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait choisi une habitation près de l’eau : les températures étaient plus douces et plus agréables, seulement voilà.. Casteldaccia était plus ou moins au centre des terres, entouré par une maigre zone ombragée. Elle avait hésitée, lors de son arrivée à Toussaint et surtout après le décès d’Ademarta, à acheter le domaine de Casteldaccia. Après tout, tout un vignoble était encore à portée et dans un état qui aurait mérité quelques restaurations mais pas non plus un ravalement complet. Mais l’histoire autour du domaine était trop sombre et la zone apparemment régulièrement infestée de monstres en tout genre. Non pas qu’Irness n’avait pas les moyens d’engager sorceleurs sur sorceleurs, mais elle avait envie d’être tranquille et de ne pas mourir de chaud. Irness arrêta sa jument lorsque l’orée du domaine apparue, et continua le reste du chemin à pied, après avoir pris son bâton avec elle. Elle s’installa à côté de la sorceleuse, agitant ses doigts, préparant silencieusement quelques incantations de protections mais également des pièges d’illusions pour la bête, pour que le travail de la sorceleuse soit moins difficile, surtout si la bête était piégée dans une illusion magique. « L’histoire de ce domaine est particulière, je ne sais pas si vous en avez entendue parler. » Elle commença, préparant quelques potions d’hirondelle et de décoctions de Raffard le Blanc pour la sorceleuse. Ayant déjà les équipements et herbes nécessaires, cela ne demandait que peu d’efforts pour la magicienne et herboriste de préparer cela. N’ayant pas de réponse de la sorceleuse, elle prit en idée qu’elle ne connaissait pas et continua, à voix basse, sachant que la discrétion était de mise tant que la bête n’était pas là.
« Le domaine Casteldaccia fabriquait, à l’époque, l’un des vins les plus réputés au monde. Le chevalier errant Maximus Macrinus, après une longue carrière à servir le duché, raccrocha ses épées pour revenir vivre ici, un domaine ancestral, de ce que les historiens disent. C’est le reste de l’histoire et la fin du domaine et du vignoble de Casteldaccia qui est plus étrange. Le meurtre de la famille entière de Maximus fut commis ici, certains parlent d’un combat entre hanses, d’autres d’un géant, d’autres encore de possession du chevalier errant, qui se suicida après avoir vu le méfait. Personne n’est réellement sûr de ce qu’il s’est produit. » Elle souffla, déposant méticuleusement les potions à côté de la sorceleuse, frottant doucement ses mains pour en retirer les excédant d’herbes et autres ingrédients. « La seule chose de sûre aujourd’hui, c’est que personne ne mets les pieds ici sans une bonne raison et tout le monde refuse d’acheter le domaine, quand bien même son prix est au plus bas. » La magicienne se releva, observant les lieux, s’avançant un peu plus au niveau de la cour principale du domaine, bâton en main. Elle leva ce dernier, le haut du bâton pointé vers le sol traçant plusieurs runes elfiques sur le sol, très rapidement liées par un trait. Il s’agissait d’un piège pyrophore pour la bête, mais qui pouvait également servir de protection pyrogène pour elles si le besoin en était, la seule chose qui changeait était l’incantation, dans le Langage Ancien. Elle se tourna vers la sorceleuse, son bâton en main tandis qu’elle traçait quelques runes du bout du doigt sur le manche de son bâton. « Qu’importe, la seule chose qui compte c’est que les bandits et les montres ont élus domicile ici maintenant. »  Elle prit une pause, arrêtant de dessiner sur son bâton pour concentrer son regard la sorceleuse. « Notre griffon devrait se situer ici, et qu’il me faut absolument une glande hormonale du griffon ainsi qu’un extrait frai de son venin. »  Le visage de la magicienne, habituellement amical et avenant, s’était fermé en une expression plus sérieuse, plus enclin à être concentrée face à la tâche qui se présentait devant elles. Elle savait que même si la sorceleuse pouvait très bien se débrouiller, elle pouvait lui faciliter la tâche grâce à sa maîtrise des éléments et de l’illusion.

Invité
Anonymous
Invité
Dim 1 Juil - 23:15
Revenir en haut Aller en bas
» of sheers and a witcher i sing ;

ft.


La chaleur montante typique de Toussaint faisait remonter les odeurs, les rendant plus faciles à sentir pour le flair moins développé qu'un Sorceleur habituel d'Otsumi. Son mentor l'avait entraînée sur ses sens, elle avait cru alors que c'était une préparation à l'Epreuve des Herbes. Mais non, elle ne l'avait jamais passée. Peut-être alors que c'était pour l'aider à compenser ? Possible. Elle ne pourrait plus jamais lui poser la question désormais... Et même lorsqu'elle avait tenté, elle s'était heurtée à un mur. Bah, ils avaient fait la paire, pour ça... Le nid était bien ici, il n'y avait pas le moindre doute. La puanteur des chair faisandées remontées dans ses narines, rendant l'atmosphère de moins en moins supportable. Il devait être là depuis bien longtemps, ce griffon... Plusieurs mois peut-être.

« L’histoire de ce domaine est particulière, je en sais pas si vous en avez entendue parler. »

Non, elle l'ignorait totalement. Et elle se demandait même si c'était si pertinent que ça que de la connaître... Mais peu importait, à force d'avoir côtoyer Irness, Otsumi savait qu'elle aurait droit à un cours d'histoire, qu'elle le veuille ou non. Alors pourquoi pas pour une fois ? Il était possible qu'elle apprenne quelque chose d'intéressant... Mais uniquement par rapport à la créature, pas Toussaint elle-même. Ce duché avait perdu beaucoup de son intérêt aux yeux d'Otsumi depuis bien longtemps déjà... Mais sa beauté n'en restait pas moins merveilleuse.

« Le domaine Casteldaccia fabriquait, à l’époque, l’un des vins les plus réputés au monde. Le chevalier errant Maximus Macrinus, après une longue carrière à servir le duché, raccrocha ses épées pour revenir vivre ici, un domaine ancestral, de ce que les historiens disent. C’est le reste de l’histoire et la fin du domaine et du vignoble de Casteldaccia qui est plus étrange. Le meurtre de la famille entière de Maximus fut commis ici, certains parlent d’un combat entre hanses, d’autres d’un géant, d’autres encore de possession du chevalier errant, qui se suicida après avoir vu le méfait. Personne n’est réellement sûr de ce qu’il s’est produit. »

Son regard se porta sur ce qui venait d'être déposé à côté d'elle. Des potions ? Elle en avait déjà préparé... Mais ce ne serait pas de trop, il fallait bien l'avouer. La Sorceleuse remercia alors la Mage d'un hochement de tête silencieux.

« La seule chose de sûre aujourd’hui, c’est que personne ne mets les pieds ici sans une bonne raison et tout le monde refuse d’acheter le domaine, quand bien même son prix est au plus bas. »

Cela n'avait rien d'étonnant, vu l'histoire que Irness venait de raconter. Elle se demandait cependant si quelqu'un avait découvert l'origine de cette histoire. Un Sorceleur peut-être ? Si quelqu'un y avait fait appel bien sûr... Mais la réponse était sûrement non. S'il y avait une malédiction ou des créatures impliquées, un Sorceleur aurait sans doute trouvé le noeud du mystère. Mais peut-être que celui-ci avait trop peu d'importance aux yeux des habitants de Toussaint ? Qu'importait, il était probablement trop tard désormais, et ce n'était absolument pas son problème. Elle était ici pour un griffon, et rien d'autre.

Elle observa les tracés créés par la Mage, s'accroupissant afin de se mettre en méditation, afin d'attendre l'arrivée de la créature, maintenant qu'elle était prête à l'affronter. Elle n'avait que peu de connaissances en magie, mais se doutait bien que l'Elfe était en train de créer quelque sort ou autre afin de l'aider. Elle l'avait déjà fait auparavant, lorsqu'elle avait insisté pour venir sur le terrain. Alors, Otsumi ne se posa pas la moindre question.


« Qu’importe, la seule chose qui compte c’est que les bandits et les montres ont élus domicile ici maintenant. »
« Et le griffon. »
« Notre griffon devrait se situer ici, et qu’il me faut absolument une glande hormonale du griffon ainsi qu’un extrait frai de son venin. »  
« Pour quelle potion ? »

D'habitude, la Sorceleuse ne posait que rarement des questions. Mais le visage clos de la Mage avait piqué sa curiosité. Si elle désirait ces ingrédients particuliers, ce n'était certainement pas pour une potion de premier choix. Il avait quelque chose de plus précis, de dangereux peut-être, derrière cette récolte. Devait-elle lui faire confiance ? Elle s'en fichait complètement. Ce n'était pas la question qu'elle devait se poser, Otsumi était là simplement pour un griffon, et rien d'autre. Mais en l'attendant, et connaissant la soif de paroles de l'Elfe, la Sorceleuse avait décidé de tenter d'en savoir plus.

« Que veut le camerlingue ducal ? »

Elle n'avait encore jamais eu à faire à lui, et c'était peut-être une bonne chose, elle l'ignorait. Elle ne connaissait que la fonction, et non la personne qui se cachait derrière ce titre. Cependant, pour demander l'aide d'une Mage puissante comme l'était Irness, Otsumi le lui reconnaissait, c'était qu'il y avait quelque chose de très précis dans son esprit. Et tout ça... piquait sa curiosité. Elle était Sorceleuse, quelqu'un de froid et de distant. Mais si elle avait apprit quelque chose, c'était qu'il fallait toujours écouter et chercher à comprendre avant de prendre une décision.


» of sheers and a witcher i sing ; ft. Otsumi Samael Lavnenn.  Xl3f
Otsumi Samael Lavnenn
This will be quick and painful.
Race Race : Humaine
Habite à Habite à : Sur la Voie
Couronnes Couronnes : 10873
Messages Messages : 167
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Juil - 4:01
Revenir en haut Aller en bas
Invité

ft. Otsumi Samael Lavnenn

Only death can finish the fight, everything else only interrupts the fighting.

of sheers and a witcher I sing

La magicienne fut pas surprise du silence de la sorceleuse suite à ses mots concernant l'histoire du domaine abandonné de Casteldaccia. Sa comparse était souvent silencieuse, surtout lorsqu'Irness s'épanchait un peu trop sur des détails. Après tout, l'important ici était de trouver le griffon mais la magicienne ne pouvait s'empêcher de repenser à l'histoire de ce domaine. Elle avait vu, au palais ducal, une peinture de domaine, accroché parmi les peintures d'autres domaines. La peinture reflétait un domaine fleuri, avec du monde pour s'occuper autant des vignes que de la famille qui y habitait, ainsi, elle ne pouvait que se demander ce qui avait bien poussé au meurtre d'un chevalier errant renommé et apprécié autant par la cour ducale que par les habitants de Toussaint. Ce qui s'était passé deux ans auparavant, cette série de meurtres sur la vertu et sur la vengeance, par un vampire, lui avait fait réfléchir sur le destin de ce domaine. Peut-être que ce chevalier si respecté cachait de profonds vices dans son passé? Elle n'en savait rien et personne n'était encore là pour témoigner de la vertu du chevalier. Mais elle ne pouvait s'empêcher d'y repenser, de repenser aux couleurs chatoyantes utilisées pour dépeindre le domaine tandis qu'aujourd'hui, il tombait en ruines, le maison ne tenant que parce que les bandits en faisaient usages lorsque le besoin était présent. Les peintures murales de la maison disparaissaient avec le temps et les plantes qui avant fleurissaient tout autour avaient disparues, ne laissant place maintenant qu'à de mauvaises herbes et de possibles nids d'Ekinoppyres. Ainsi, quand bien même ce domaine faisait rêver pour sa grandeur, son bas prix et sa possible utilité, la magicienne ne pouvait se résoudre à l'acheter tant les mauvaises histoires racontées à son sujet donnaient lieu à un domaine hanté et maudit. Elle était d'ailleurs étonnée que le camerlingue ducal n'ait pas déposé depuis longtemps un contrat pour lever quoi qu'il se passait ici. Peut-être qu'un contrat avait été déposé mais que le sorceleur n'était jamais revenu, ce ne serait pas étonnant vu l'état de la demeure et des lieux en général. Seulement, il n'y avait rien : pas une informations, pas une archive provenant d'après le meurtre, comme si ce dernier avait bousculé le domaine dans une spirale d'oubli qui suintait par les fissures du domaine même.

La main serrée autour du manche de son bâton et le regard légèrement fermé et hagard, la magicienne fut néanmoins surprise d'entendre une question, puis une seconde, de la part de la sorceleuse. Irness se détourna un instant de la magicienne pour observer le domaine, cherchant le moindre signe que le griffon allait bientôt revenir. Des plumes gisaient ci et là sur le sol, des tâches de sang maculant le sol terreux tandis qu'elle pouvait facilement discerner les restes de corps humains près de la remise et de la tour de garde. « Que veut le camerlingue ducal.. » Elle souffla, répétant les mots de la sorceleuse tandis que son regard scannait tous les indices disponibles, à sa portée de magicienne. « Notre cher camerlingue ducal souhaite des potions de vivacité pour les soldats de la garde, commandé par Damien de la Tour lui-même. » La magicienne s'approcha un peu plus de la remise abandonnée, passant ses doigts sur les restes osseux posés sur le sol. Si elle avait été nécromancienne, elle aurait pu éventuellement réveiller les restes pour voir ce qui était arrivé à l'homme mort sur le sol. De ce qu'il en restait, ce n'était pas un soldat, mais un paysan qui s'était un peu trop éloigné de Flot-Vif. Elle s'éloigna, après avoir récupéré la petite bourse éventrée de l'homme mort, contenant des effets personnels ; elle irait rendre cela au village après leur chasse. « Au départ, le camerlingue quémandait, selon les dires de Damien de la Tour, des potions faites pour les sorceleurs. La décoction de Griffon, si mes souvenirs sont exactes. Seulement, cela va de soit qu'ils seraient probablement morts sur le coup en prenant la potion si je m'étais rangée à son avis. » La magicienne se rapprocha de la sorceleuse, s'appuyant contre le mur d'un des petits bâtiments abandonnés su domaine. « J'ai opté pour une dérive de la Forêt de Maribor, moins dangereuse pour les humains lambdas, mais avec des effets secondaires, bien que moindre par rapport à sa version exacte, originellement faite pour les mages et les sorceleurs. Je remplace l'habituelle langue de noyeur et moelle d'algoule par un extrait de venin de griffon et un quart de la glande hormonale du griffon, couplé aux fruits de berbéris, du rebis, de l'eau-de-vie naine, de l'éther ainsi que du vermillon et la potion devient non mortelle pour l'être humain. » La magicienne fouilla dans sa sacoche, en retirant un petit parchemin où était scrupuleusement noté les doses de la potion. Une dose inexacte et cela pouvait provoqué la mort instantanée de l'être en question. La forêt de Maribor était une potion particulièrement nocive et toxique pour l'être humain avec son dosage habituel, mais lors de ses études, elle travailla avec une maître alchimiste et herboriste qui lui enseigna certaines dérives de potions de sorceleurs, dont celle de la forêt de Maribor. « Elle demeure dangereuse si elle est prise à trop grande dose, mais si les indications sont respectées, la personne qui le prendra n'aura que des petits tremblements pendant deux ou trois heures après que les effets se soient estompés. » Elle se retourna, observant la cour, sentant que l'animal n'allait probablement pas tarder à revenir. Son instinct ne se trompait que rarement, ni même ses connaissances, même si elle était bien moins connaisseuse que la sorceleuse qui l'accompagnait.

Invité
Anonymous
Invité
Lun 2 Juil - 16:00
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: