AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Administration :: Fosse commune :: RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
How did you call me ? [ft. Katarina Farah]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Otsumi Samael Lavnenn
Race Race : Humaine
Profession Profession : Sorceleuse
Habite à Habite à : Sur la Voie
Otsumi Samael Lavnenn
This will be quick and painful.



Lun 2 Juil - 3:03
Voir le profil de l'utilisateur
How did you call me ?

ft.


La porte de l'auberge s'ouvrit sur une personne à la tignasse aux pointes ensanglantées et avec une bourse tâchée de sang par le fond. Ses boots de cuir noir n'avaient pas échappé à ce bain de sang, contrairement au reste de ses vêtements. Son pantalon tout aussi sombre avait des pièces pour en renforcer la résistance, tout comme sa veste entièrement de cuir et de quelques sangles sur l'avant et ses brassards protégeant ses avant-bras. Elle portait dessous une chemise de lin d'un blanc délavé au col à peine fermé par quelques lacets, qui laissait entrevoir la lanière d'un collier.

Son regard d'un bleu glacé cherchait quelqu'un, de très particulier. Lorsqu'elle le trouva, elle s'approcha alors et jeta la bourse sur la table de bois, devant un homme à la tenue brodée d'or et d'argent, qui sursauta, manquant de lâcher son verre de vin. Sans lui laisser l'occasion d'ouvrir la bouche en premier, Otsumi le fixa du regard, les sourcils froncés.


« C'est fait. »

Elle contourna la table et s'assit face à lui, ses mains croisées posées devant elle, légèrement penchée en avant, sans perdre de son expression froide.

« Ma paie. Maintenant. »

Elle avait déjà parlé affaire avec des nobles, et ceux-ci devaient apprendre rapidement à qui ils avaient à faire pour allonger la monnaie. Et celui-ci ne semblait pas différent des autres... Il lâcha un soupir, affichant un air... désolé ? Otsumi en haussa un sourcil, comprenant alors ce qui allait arriver.

« Je vais regarder ça avant... »
« Faites attention, sir. J'ai rempli ma part du contrat... à vous de remplir la votre. »
« Oui, nous verrons cela après. »

Elle allait devoir faire preuve d'un peu de patience, chose que la Sorceleuse détestait par-dessus tout quand il s'agissait d'un contrat. Leur or était-il donc si précieux ? Quand il s'agissait de pauvres devant s'arrêter de manger pendant une semaine afin de payer les services d'un Sorceleur, elle pouvait comprendre. Mais là, il s'agissait d'un homme qui pouvait en nourrir 10 familles rien qu'en prenant une pièce de son coffre-fort.

Avec un dégoût non dissimulé, démontré par le mouchoir qu'il plaça devant son nez, il ouvrit avec difficulté le petit sac, y jetant un rapide coup d'oeil avant de l'éloigner de lui. Ah... Ses yeux et ses narines étaient bien trop précieuses ? Pauvre de lui... Otsumi en soupira d'ennui, ses doigts la démangeant.


« Je ne suis pas sûr qu'il y ait tout... Alors... »

D'un geste rapide, elle attrapa le noble par le col, le tirant vers la table. Celui-ci se mit à trembler de peur devant la force et l'agilité de la Sorceleuse.

« Alors tu vas recompter en y plongeant tes doigts précieux et voir que le compte est juste. Et tu vas me donner ma paie, comme convenu. » siffla-t-elle entre ses dents. « Et dépêche-toi avant que je ne reprenne le paquet. »
« Vous n'oseriez pas ! »
« Vraiment ? Alors je veux 50 couronnes de plus pour le temps que tu me fais perdre. »

L'idée même de perdre plus d'argent sembla convaincre le noble, qui se dépêcha malgré ses tremblements d'ôter la bourse qu'il portait à la ceinture, la posant sur la table. Otsumi le relâcha sans douceur, avec juste un sourire narquois sur les lèvres.

« Ravie de faire affaires avec vous, sir. » conclut-elle en prenant la bourse, et comptant à son tour la somme.

Elle lui jeta un coup d'œil rapide, et vit que le noble avait fuit sans demander son reste. Quelle idiotie d'avoir voulu duper une Sorceleuse... Peut-être avait-il eu peur qu'elle utilise un signe sur lui et le persuade de donner plus ? Ces méthodes, elle ne les approuvait pas... Elle se doutait que certains devaient les pratiquer, mais elle, elle préférait rester au paiement prévu avant la chasse. Maintenant qu'elle avait une nouvelle somme entre les doigts, Otsumi en profita pour se prendre une bonne bière de Rivia.


Revenir en haut Aller en bas
Katarina Farah
Race Race : Elfe Aen Seidhe
Profession Profession : Enseignante de Magie à l'académie d'Aretuza + Biologiste
Habite à Habite à : Beauclair et Temeria
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Katarina Farah
If magic dies, this world dies with it.



Lun 2 Juil - 4:12
Voir le profil de l'utilisateur
La journée avait été bien longue. Entre mes trois cours de la journée, je souriais en me rappelant encore de la façon que j'avais utilisée pour remettre un élève à sa place. Un jeune homme qui faisait de nouveau le pitre, imitant la voix et les manies de l'un des autres mages qui lui enseignaient la magie. Avec un petit regard, mes yeux dans les siens, cet enseignant qu'il dénigrait à l'instant venait de devenir son idole soudainement. Manipulant son esprit sans détourner mon regard de sa personne, il avait donc lancé des fleurs au vieil homme devant tous ses petits camarades de classe. Ce n'est qu'à ce moment que je lui souriais, alors qu'il fronçait les sourcils avec incompréhension. Le libérant de mon emprise mentale tout en soufflant d'un ton amusé,

-Maintenant que vous avez déclaré votre amour à votre enseignant, nous pouvons continuer le cour?


                                                                              ***

Entre les classes, mon travail de  biologiste, les concours équestres et mes entraînements, je trouvais rarement du temps libre. Et un problème encore plus grand s'imposait à ma personne, je n'arrivais plus à progresser sur certains plans. Effectivement, le maniement de mes rapières n'était pas complètement nul, mais laissait à désirer. Mon maniement de l'arc à flèche? Disons que je ne faisais point honneur à ma race malheureusement. Ayant commencé ce passe-temps depuis environ 10 ans, je le pratique lorsque j'ai le temps, ce qui n'est pas sur une base régulière. J'ose espérer qu'un jour j'arriverais à tirer sur ma monture au galop, mais pour le moment, mes talents sont plutôt médiocres! Je me dis souvent que j'ai dû atteindre le plateau de mon autonomie sans aide sur ses compétences et que quelques leçons ne me feraient pas de tort!

Buvant un verre de vin avec quelques collègues, nous passions le temps à l'auberge du petit Malin. La magie est un don des dieux lorsqu'il est question de fuir ses élèves dans un bar, après une longue journée de travail. Je souriais, ma coupe de vin a la main. Le vieux Harold débattait fermement des composants devant être utilisés lors d'un rituel de sang avec ma collègue Valentina. Deux magiciens aussi bouchés et têtus l'un que l'autre. Accompagnés de deux autres collègues de l'académie, nous nous lancions des sourires en coin, amusés plus qu'autre chose par ce débat sans intérêt.

C'est alors que nos cinq paires d'yeux se tournaient vers l'entrée de l'auberge. Une jeune femme y pénétrait. Du sang décorant ses vêtements et pointes de cheveux. Voir du sang n'est pas une chose anormale dans notre monde, mais je ne pouvais m'empêcher de hausser un sourcil en l'observant plus en détail. Les piercings, nouveauté dans son look et son âge depuis notre dernière rencontre pouvait me tromper aisément. Effectivement, 13 ans avaient passé depuis son départ de l'académie... Toutefois, les deux yeux glacés qui fouillaient la salle de leur regard imposant ne pouvaient me voiler d'illusion. Je l'avais déjà rencontrer, je la connaissais, mais d'où exactement?

-Comme je disais, dans ce rituel, il faut une goutte de sang uniquement!
-Non, non et non! Il faut aussi une partie du corps de la victime du sang utilisé!

Prenant une gorgée de mon verre de vin, je savourais le goût de ce délicieux breuvage. Continuant d'observer la nouvelle venue avec intérêt. Penchant la tête sur le côté, je continuais de fouiller ma mémoire. Cherchant, réfléchissant et analysant. Si il y a bien une chose qui m'énerve, c'est de reconnaître quelqu'un sans ne pouvoir la nommer. Claquement de langue et éclat de rire qui résonne dans l'auberge, alors que Harold vient de boire sa chope d'un trait avec agacement,

-HA les femmes! Ce que vous pouvez être têtu!
-Je te retourne le compliment, vieil homme!

Un sourire en coin venait fleurir le coin de mes lèvres, alors que j'écoutais la conversation entre le noble et la sorceleuse. Le type de femme qu'il ne faut pas énerver selon son tempérament des plus impulsifs, du moins en apparence! Cette agilité et force également, le contenu de leurs propos, tout laissait présager quant à son métier. Sorceleuse ou mercenaire! Je penchais plus vers le premier choix vu ses capacités, mais je pouvais me tromper! Sa voix ne me rappelait aucun nom pour le moment et je me relevais lorsque le noble s'apprêtait à fuir le bar. Soufflant à mes collègues tout simplement,

-Je reviens dans quelques minutes.

Bien trop occupé à débattre, voilà que les deux autres mages avaient rejoint l'argumentation. Ils ne remarqueraient pas mon absence avant un moment! Approchant de la table de la jeune femme, je laissais un sourire suave prendre place sur mes lèvres. Je me plaçais devant elle, derrière la chaise de l'homme qui venait de prendre peur en fuyant sa présence. Penchant ma tête sur le côté, ma longue chevelure tombait sur mes épaules. Mes oreilles pointues perçant à travers celle-ci, mon ton était doux alors que je riais très doucement,

-Un regard épatant, mais à la fois puissant.

Mon regard s'illuminait alors d'une vive lueur, amusée et douce,

-Je ne peux oublier de tels yeux, toutefois ma mémoire me fait défaut quant au lieu de notre rencontre passé. Je me nomme Katarina Farah et vous?

Effectivement, difficile d'oublier de telle prunelle. Surtout en considérant que j'avais été son enseignante, alors qu'elle n'avait même pas encore eu sa poussée de croissance à l'adolescence et ce qui avait fait d'elle une femme réellement sur le plan physique. Vêtue d'une robe rouge moulante et de mes avant-bras, mes catalyseurs de magie, j'attendais patiemment sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Otsumi Samael Lavnenn
Race Race : Humaine
Profession Profession : Sorceleuse
Habite à Habite à : Sur la Voie
Otsumi Samael Lavnenn
This will be quick and painful.



Lun 2 Juil - 4:54
Voir le profil de l'utilisateur
How did you call me ?

ft.

Les gorgées désaltéraient sa gorge après ce long combat qu'elle avait mené contre ces créatures malsaines. Mais sa solitude si plaisante fut rapidement interrompue par une femme. Otsumi haussa un sourcil en la voyant s'installer face à elle. Une fille de joie ? Normalement, elles restaient dans les établissements qui lui étaient dédiés... Alors elle ne devait pas en être une. Ou alors elle était bien loin de son lieu de travail. Ou alors... en espèce de jour de congé ? Mais à la recherche d'un peu de plaisir si elle parvenait à en trouver ?

-Un regard épatant, mais à la fois puissant.

Bon... C'est ce qui s'appelait du rentre-dedans. La Sorceleuse en soupira, trouvant l'approche assez banale bien que les mots étaient mieux choisis. Mais ce n'était pas moins agaçant de se faire déranger pendant un moment de détente. Ne voyait-elle pas le sang qui teintait son corps ? À moins que ce soit justement ça qui l'intéressait... Il n'y avait que deux types de personnes qui pouvaient être attirées par la vue du sang. Les Vampires, ou bien les gens qui aimaient l'attrait du danger. Et les Sorceleurs étaient une véritable mine d'or pour ça.

« Qu'est-ce que tu veux ? »
-Je ne peux oublier de tels yeux, toutefois ma mémoire me fait défaut quant au lieu de notre rencontre passé. Je me nomme Katarina Farah et vous?
« Otsumi Samael Lavnenn. »

Elle reprit sa pinte de bière et la vida, posant sans douceur la choppe désormais vide sur la table. Elle avait son regard plongé dans cet alcool maintenant consommé... Ce nom... Farah... Il lui rappelait quelque chose. Son esprit tourbillonait, cherchant la réponse à cette question qui avait émergé en son esprit et qui ne semblait pas prête d'en partir. C'est alors que sa mémoire se réveilla dans un sursaut. Elle ?

« Vous êtes enseignante à l'Académie d'Aretuza ? »

C'était ce que ce nom lui avait fait éclore en sa mémoire. Elle passait du tutoiement au vouvoiement, oui, mais pour certaines raisons bien précises. Pour ce noble, elle avait compris qu'il tentait de l'arnaquer, alors elle lui avait volontairement manqué de respect. Quant à cette femme, elle avait d'abord cru à quelqu'un venant l'importuner pour rien, mais au final... C'était bien différent. Alors il fallait avoir une attitude moins agressive et plus neutre.

Cela faisait maintenant bien longtemps qu'elle avait volontairement quitté l'école de magie. Lorsqu'elle était arrivée, elle avait été une élève assidue, croyant dur comme fer que de telles capacités pourraient l'aider à aller sur la voie de l'aventure. Mais au final, ce n'avait pas du tout été comme elle l'avait espéré. Un manque de patience ? De passion ? Peut-être bien, peut-être même les deux. Mais c'était sans importance, au fond. Elle était satisfaite de cette voix qu'elle avait choisie désormais. Tout cela lui convenait parfaitement.

Mais si c'était bien ça, si ce nom était bien celui d'une enseignante, alors elle l'avait sûrement eue en professeur. Cela faisait si longtemps, un peu moins de quinze ans, si elle ne se trompait pas, qu'elle était partie. Alors elle n'était pas sûre. Mais si c'était le cas, cela ferait peut-être un... choc... à cette enseignante ? Voir une petite adolescente déjà semant les graines de la rébellion en son âme, étant maintenant une femme adulte au corps et au visage androgyne, presque masculine. Et armée, sirotant sans honte de l'alcool. D'ailleurs, en parlant de ça.


« Une autre, barman. »

Elle se tourna à nouveau vers la femme qui lui faisait face.

« Vous voulez quoi ? Vous avez besoin d'une Sorceleuse, c'est ça ? »


Revenir en haut Aller en bas
Katarina Farah
Race Race : Elfe Aen Seidhe
Profession Profession : Enseignante de Magie à l'académie d'Aretuza + Biologiste
Habite à Habite à : Beauclair et Temeria
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Katarina Farah
If magic dies, this world dies with it.



Lun 2 Juil - 19:36
Voir le profil de l'utilisateur
Otsumi Samael Lavnenn... Ce nom se répétait en écho, alors qu'il percutait le creux de mon intellect déficient en fin de journée. Ce nom, ses yeux, oui nous nous connaissons, mais quand et où était la question. Je me retenais de me masser les tempes, ne voulant dévoiler ce moment d'embarras à ma comparse. Un mage se doit d'être toujours en contrôle devant autrui, du moins, une femme. Dans un monde dominé par le masculinisme, une femme ne pouvait se permettre un moment de faiblesse sous peine de perdre toute crédibilité auprès de la gent masculine.

C'est alors que le feu d'artifice m'éclatait au visage et que la lumière fut. L'académie, oui évidemment! Elle avait été l'une de mes élèves pendant un certain temps et c'est à ce moment que j'avais une image qui me revenait en mémoire. Une jeune fille de 10 ans, persévérante et travaillante. Travaillant sans relâche pour obtenir des résultats, étudiante accomplis qui quatre ans plus tard nous avaient quittés de son propre chef. Voilà donc ce qu'elle était devenue, une sorceleuse accomplie plusieurs années plus tard. Un sourire tendre venait décorer mes lèvres, le regard d'une mère devant sa fille ou plutôt une enseignante devant son élève qui vient d'accomplir un grand projet. Soit son projet de vie.

-Je suis effectivement enseignante à l'académie depuis 48 ans maintenant.


Observant la femme qui était devant moi, mon regard devenait amusé, voir divertit. Elle avait tellement changé, elle n'était définitivement plus cette jeune adolescente timide et assidue que j'avais connue. Maintenant, elle agissait aussi grossièrement que ses comparses masculins. Buvant pour le plaisir et tuant pour gagner sa vie. Cette vie n'était pas mauvaise de mon point de vue, seulement, je n'aurais jamais choisi ce chemin pour ma part. Penchant ma tête sur le côté, je remarquais le changement de ton. Au départ méfiante et à la limite de l'agressivité, elle semblait seulement se demander qu'elle fût la raison de notre interaction désormais.

-Peut-être, en effet aurais-je besoin d'une sorceleuse...

Prenant place sur la chaise devant la jeune femme, je croisais ma jambe droite sur la gauche et posait mon regard sur celle-ci. Un sourire doux ne quittant mes lèvres, j'appuyais mon menton entre deux de mes doigts et avec un intérêt bien visible,

-Toutefois, avant de parler affaires...

Adressant un regard au barman, je lui demandais un verre de vin d'excellente qualité. Il y avait en effet de quoi célébrer présentement. Ce n'est pas tous les jours qu'on croise une ancienne élève, sorceleuse qui plus est. Ma posture nonchalante et ma récente commande exposaient bien à mon interlocutrice que je n'allais pas partir dans la minute qui suivrait.

-Harold... Laisse tomber, elle n'avouera jamais que tu as raison!


Nouvel éclat de rire. Qui plus est, mes collègues ne semblaient pas sur le point de terminer leur débat. Dieu que cela peut-être long lorsqu'on argumente sur des formules ou rituel à l'occasion. Imaginé en plus lorsqu'on est plus de 10 mages tous aussi bornés les uns que les autres dans une pièce. Il n'y a rien de plus chaotique, croyez-moi! Mon regard retournait sur mon ancienne élève. Son visage maintenant aux traits masculins semblait si dur et froid comparé à l'époque. Nous donnant aucun autre choix que de conserver une certaine distance émotive. Toutefois, j'essayais alors de briser cette frontière,

-Treize ans ont passés depuis ton départ de l'académie... Je suis heureuse de voir que tu as trouvé ton propre chemin.

Petit sourire discret, alors que nous recevions nos commandes. Prenant ma coupe de vin en main, je faisais tourner le liquide vermeil dans celle-ci, avant de rajouter,

-Tu dois bien avoir des histoires à raconter à ta vieille enseignante? Sur la façon que tu es devenu Sorceleuse, ce que tu as accompli après ton départ de l'académie?
Revenir en haut Aller en bas
Otsumi Samael Lavnenn
Race Race : Humaine
Profession Profession : Sorceleuse
Habite à Habite à : Sur la Voie
Otsumi Samael Lavnenn
This will be quick and painful.



Mar 3 Juil - 0:30
Voir le profil de l'utilisateur
How did you call me ?

ft.


Elle était donc bien une enseignante... Otsumi n'avait pas une bonne mémoire des visages, mais les noms qu'elle avait entendu maintes et maintes fois pendant de longues périodes, ceux-ci s'effaçaient difficilement de sa mémoire. Ainsi voilà la clé du mystère. Cette femme qui se tenait devant elle avait sans doute été une de ses enseignantes lorsque ses parents l'avaient envoyée à l'Académie. Une perte de temps... Enfin, pas tellement. Elle y avait trouvé son compte, finalement.

-Peut-être, en effet aurais-je besoin d'une sorceleuse...

Besoin d'une Sorceleuse hm ?

« Dites votre demande et votre prix, et on verra si on peut s'arranger... »

Son air était plus sérieux, avant qu'elle ne descende la moitié d'une choppe de bière. Ces deux derniers jours à traquer la bête pour son contrat avaient été particulièrement éreintants. Surtout qu'elle avait du essuyer les attaques de stupides bandits qui l'avaient prise pour une simple mercenaire ou elle ne savait quoi. Ah, quelle idiotie, quelle méprise. Cela leur avait coûté la vie. Non, elle n'avait aucun remords. C'était eux ou elle, de toute façon, et elle n'avait aucune envie que sa dépouille satisfasse les vices de ces bandits, quels qu'ils soient.

-Toutefois, avant de parler affaires...

Et la voilà qui se joignait à elle dans la boisson. Mais la Mage prit quelque chose de plus raffiné, de plus typique de la région. Otsumi devait bien avouer que le vin de Toussaint avait un fumet des plus délicats et plaisants pour le palet. Mais sans façon. La Sorceleuse préférait le goût brut et amer de la bière, plus désaltérant et facile d'accès en tous lieux.

Elle suivit son regard et comprit alors qu'elle était venue avec plusieurs de... ses collègues ? Peut-être l'étaient-ils également par rapport à l'Académie ? Peu importait, ça ne lui rapporterait rien, ni en terme de divertissement ni en terme d'argent. Alors autant laisser tomber.


-Treize ans ont passés depuis ton départ de l'académie... Je suis heureuse de voir que tu as trouvé ton propre chemin.

Treize ans déjà ? Ça paraissait si lointain quand on y pensait depuis cette perspective... Quoi que non en fait. Elle en haussa tout simplement les épaules, cette information ne lui fit ni chaud ni froid, et ne la renvoyait qu'à peine à ces années banales où son esprit s'enfuyait loin de ce lieu isolé et empli de l'odeur des livres. Non pas qu'elle détestait la lecture, mais elle ne l'aimait que lorsqu'il s'agissait de travail ou de plaisir. Les études ? Plus maintenant, elle en avait fini à se gaver des écrits d'anciens qui étaient certes pleins de sagesse et de sérieux, mais tellement barbants...

-Tu dois bien avoir des histoires à raconter à ta vieille enseignante? Sur la façon que tu es devenu Sorceleuse, ce que tu as accompli après ton départ de l'académie?

Alors qu'elle buvait de nouvelles gorgées de sa bière, la Sorceleuse se stoppa, son regard de glace se posant sur son effectivement vieille enseignante. Elle reposa la choppe, sans douceur ni brutalité, se léchant les lèvres avant de s'essuyer d'un revers de manche.

« Les histoires que j'aurais à raconter sont celles classiques d'un Sorceleur. Rien de palpitant. Juste du sang, de la sueur et des larmes. Et des cris aussi, avec quelques tintements de couronnes. »

Un sourire mesquin s'était dessiné sur ses lèvres alors qu'elle parlait. Moqueuse ? Non, pas du tout, mais elle n'avait pas tellement envie de s'étendre sur le sujet. La réputation des gens comme elle avait fait le tour du pays et bien plus encore, allant au-delà des frontières. Il n'y avait plus grand chose à raconter, quand on y pensait...

« Quant à la façon dont je suis devenue Sorceleuse, je ne peux rien vous dire. À part... J'ai été formée à l'école du Loup. C'est tout. »

Oh mais cela ne la satisfera pas, Otsumi s'en doutait. Alors peut-être qu'en contournant le sujet... Ne serait-ce qu'un peu.

« J'ai quitté l'Académie, comme vous le savez, et je suis revenue à Toussaint pour apprendre à manier les armes. Puis j'en suis partie pour vivre à ma façon. J'ai été l'apprentie d'un forgeron, puis j'ai rejoins l'école du Loup avec mon mentor Sorceleur que j'ai rencontré par hasard. Et je suis sur la Voie depuis deux ans maintenant. »

Elle finit sa bière, posant les couronnes sur la table afin de payer son breuvage. Parler autant lui avait donné soif. Cette femme était bien chanceuse, la Sorceleuse était dans un très bon jour pour accepter autant de lui faire la conversation. Ce qui était tellement rare qu'il fallait le noter...

« Et vous tiens ? Vous semblez aimer parler... Pourquoi vous ne me diriez pas ce que vous attendez réellement de moi, plutôt ? »


Revenir en haut Aller en bas
Katarina Farah
Race Race : Elfe Aen Seidhe
Profession Profession : Enseignante de Magie à l'académie d'Aretuza + Biologiste
Habite à Habite à : Beauclair et Temeria
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Katarina Farah
If magic dies, this world dies with it.



Jeu 5 Juil - 3:43
Voir le profil de l'utilisateur
Sa vie semblait bien triste, ainsi racontée. Quoi que poétique après la façon qu'elle l'avait expliqué! Cela aurait pu faire une bonne chanson pour un barde, qui clamerait au beau milieu de la ville les succès de la Sorceleuse. Digne de ses éloges. Par ici! Venez voir la tueuse de monstres, celle qui a terrassé la terreur de notre village! Toutefois, la réalité en était autrement... Ces mercenaires spécialisées étaient souvent mal perçues et à la fois mal compris. Car il faut avoir vécu l'enfer pour comprendre ce qui les rendait si froids et inhumains.

Je n'avais probablement pas vécu le quart des situations auxquelles elle avait fait face, mais j'arrivais à comprendre d'où venait ce regard glacé. Ce tempérament froid et en contrôle. Car hors des villes, perdre le contrôle signifie courir à sa mort. Et avoir une certaine sensibilité est comme inviter la faucheuse littéralement à notre suite. Les Sorceleurs sont signe d'espoir et de mort à la fois. Ceux qui les engage espèrent voir leurs rêves se réaliser et ceux qui sont pris en chasse, meurs par leurs lames. Mais la vie est ainsi faite. Ainsi dirigé entre deux pulsions simples. Celle de vie et de mort. Pulsions positives et négatives qui se partagent la balance lors de nos actions, déterminant ce qui est bien ou mal. Malheureusement, la ligne directrice de cette balance semblait extrêmement mince et propre à la perception d'autrui.

Le début de l'introduction de son histoire me mettait seulement l'eau à la bouche et alors que j'allais demander plus de précision, elle m'en offrait gratuitement. Toutefois, j'avais encore trop peu de détail... Plusieurs questions se succédaient dans mon esprit, alors que mon regard analytique continuait de l'observer attentivement. Les armes? Quelle arme. Quel forgeron? Pendant combien de temps? Quel mentor? Son nom? Et quel apprentissage à été fait à l'école du loup? Quelle créature avait-elle vaincu en deux ans? Aimait-elle ce chemin si dangereux qu'elle avait choisi? Des millions de questions continuaient de me venir en tête, étant une elfe des plus curieuse et adepte de la compréhension de l'être humain. Mais sa question me prit alors au dépourvu, alors que je la laissais parler d'elle-même, je devais maintenant parler à mon tour. Et sa question avait le don d'être... Des plus directes je devais le lui accorder!

Continuant de faire tourner mon liquide vermeil dans ma coupe, j'en prenais une gorgée de façon raffinée. Souriant ensuite à ma comparse avec amusement, alors que je déposais ma coupe sur la table avec délicatesse,

-J'aurais besoin d'une Sorceleuse pour un problème bien personnel.


Regardant alors discrètement autour de nous, mon regard restait concentré sur mes collègues qui en étaient à leur dixième coupe de vin. Le rouge ornait leurs joues, signe de leur débauche et luxure. Moment de plaisir après une longue journée de travail et où, en mâtiné le crie des élèves dans les classes leurs briseraient les oreilles.

-Et pour être bien franche, j'aime mieux écouter que parler. Après tout, le savoir n'est-il pas source de puissance?

Souriant, mon regard se reposait sur la Sorceleuse. Reprenant une gorgée de mon vin des plus délicieux, je prenais un air pensif. Évaluant mes opportunités, je l'observais d'un air analytique. Mon regard d'acier ne ratant rien de son non verbal, je me préparais à évaluer sa réaction. Car ma demande n'allait pas être de routine, mais plutôt original comparé à son quotidien.

-Je voue une énergie et détermination sans fin à l'amélioration de mes capacités. Je suis toutefois coincée à un certain stade sur le plan martial... Mes compétences avec les armes sont bonnes, mais ne progresse pas... À l'arc... Je les qualifierais plutôt comme médiocre. Je suis prête à payer des couronnes, en échange d'un entrainement privé.
Revenir en haut Aller en bas
Otsumi Samael Lavnenn
Race Race : Humaine
Profession Profession : Sorceleuse
Habite à Habite à : Sur la Voie
Otsumi Samael Lavnenn
This will be quick and painful.



Ven 6 Juil - 3:05
Voir le profil de l'utilisateur
How did you call me ?

ft.

-J'aurais besoin d'une Sorceleuse pour un problème bien personnel.

Un problème bien personnel hm ? Otsumi préférait se retenir de commentaires, se contentant de continuer de boire sa bière, sans lâcher du regard son interlocutrice. Si elle comptait lui demander d'abattre quelqu'un ou de lui donner un coup de pouce dans son business, elle s'était trompée de personne. Mais c'était peut-être pour d'autres raisons... La Sorceleuse se méfiait de clients qui faisaient appel aux Sorceleurs pour des problèmes « bien personnels ». C'était rarement des choses innocentes... dans les deux sens du terme.

Les yeux de la Mage se baladaient ici et là, alors que ceux glacés d'Otsumi restaient sur elle, attendant simplement. Elle n'allait rien demander, elle comptait plutôt la laisser venir. Les questions se poseraient plus tard...


-Et pour être bien franche, j'aime mieux écouter que parler. Après tout, le savoir n'est-il pas source de puissance?

Oh non, ça ne l'aidait absolument pas. La Sorceleuse laissa échapper un soupir, se disant que si ça continuait ainsi, elle allait perdre patience et refuser ce contrat, quoi qu'il arrivait. Mais elle savait qu'elle se devait de se contenir... Elle ne pouvait pas se permettre ce genre de choses, pas trop souvent en tout cas.

Son regard croisa le sien, celui d'Otsumi se durcissant légèrement, son impatience grandissant au fur et à mesure que les secondes défilaient.


« Parlez. »

Son ton avait été tranchant, et il ne fallait pas qu'elle en dise plus, de risque de laisser ce travail lui passer sous le nez, mais par sa faute cette fois.

-Je voue une énergie et détermination sans fin à l'amélioration de mes capacités. Je suis toutefois coincée à un certain stade sur le plan martial... Mes compétences avec les armes sont bonnes, mais ne progresse pas... À l'arc... Je les qualifierais plutôt comme médiocre. Je suis prête à payer des couronnes, en échange d'un entrainement privé.

Ah... La voilà qui arrivait enfin au vif du sujet. Sujet qui fit hausser un sourcil à la Sorceleuse. Voici donc le problème bien personnel dont elle parlait. Elle voulait un entraînement au maniement de l'arc ? C'était... assez déconcertant, elle devait bien l'avouer, c'était la première fois qu'on lui demandait une telle chose.

Un léger ricanement s'échappa de ses lèvres, à la fois moqueur et taquin, ne sachant comment prendre cette demande. La Mage semblait déterminée, mais Otsumi se demandait bien pourquoi elle souhaitait bénéficier d'un tel apprentissage. Sa magie ne lui suffisait plus ? Elle ne se demandait pas pourquoi elle lui avait demandé un entraînement à cette arme en particulier, se doutant bien que l'arc dans son dos ainsi que le carquois empli de flèches à sa ceinture témoignaient de son usage de la part de la Sorceleuse. Et vu ses compétences et son « métier », il était également facile de se douter qu'elle n'était pas une novice en la matière.

Elle but une nouvelle gorgée, décidant de laisser une tension s'installer, une pression suffisamment faible pour ne pas mettre mal à l'aise, mais suffisamment forte pour lui faire croire qu'un refus était parfaitement possible. Otsumi posa sa choppe sur la table, son regard posé sur celle-ci, avant de pousser un soupir, presque ennuyé. Mais un sourire prit place sur ses lèvres par la suite.


« Intéressant... On propose rarement ce genre de contrat à un Sorceleur... »

Elle savait bien que ce n'était pas impossible, mais c'était bien peu commun.

« Très bien, j'accepte le défi. Mais gardez en mémoire qu'il s'agit de leçons données par une Sorceleuse, et non un maître d'armes classique. Alors je ne serai pas tendre et évidemment, ça ne sera pas gratuit. »

Oui, pour elle, il s'agissait d'un défi. En quoi ? Pour sa propre patience, notamment, car elle doutait en avoir suffisamment pour ne pas abandonner si les compétences de la Mage se révélaient être catastrophiques. Mais il fallait désormais aller dans le vif du sujet.

« Combien vous m'offrez par leçon ? »


Revenir en haut Aller en bas
Katarina Farah
Race Race : Elfe Aen Seidhe
Profession Profession : Enseignante de Magie à l'académie d'Aretuza + Biologiste
Habite à Habite à : Beauclair et Temeria
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Katarina Farah
If magic dies, this world dies with it.



Lun 9 Juil - 4:27
Voir le profil de l'utilisateur
Je la voyais de plus en plus perdre patience. J'essayais d'être courtoise et de discuter. D'en savoir un peu plus, de trouver une façon d'étendre la conversation. Mais c'est en voyant son impatience que je réalisais que le meilleur moyen d'obtenir plus d'information serait lors des leçons auprès de la Sorceleuse. Dans un cadre normatif et un contexte formel. Lors d'une situation qui l'obligeait à entrer en interaction avec ma personne, un moment qui serait prévu à son agenda et où, mes compétences aux combats me serviraient d'excuse pour avoir plus de rencontres avec celle-ci.

Avec cette approche, je faisais définitivement deux pierres d'un seul coup. Car je ne pouvais nier que des cours auprès d'une Sorceleuse était une occasion inouïe d'améliorer grandement mes habiletés. Elle aurait beaucoup moins de travail à faire sur la manipulation de mes rapières, mais le tire à l'arc... Je me rappelais encore la fois où j'avais visé la cible dans mon jardin, et que ma flèche s'était plantée 5 mètres plus loin, dans un arbre près de la tête de l'un de mes invités. Nous avions tous les deux eu une peur bleue et heureusement que c'était un ami de confiance. Il avait jusqu'à présent gardé le secret auprès de nos amis communs pour préserver mon orgueil, mais cela ne l'empêchait pas de me taquiner en privé.

-Intéressant, n'est-ce pas? M'écouter en valait donc la peine malgré le petit échange de courtoisie.


Pour le prix, ho... J'avais bien une petite idée de ce que j'allais lui proposer. Un montant différent selon le type de leçon qu'elle me donnerait. Car pour le peu de ce que j'avais vu de la Sorceleuse... Elle était impatiente et impulsive. Jouant de la carte de l'intimidation pour obtenir ce qu'elle voulait ensuite. Un mécanisme de défense pour protéger son intégrité? Ou juste une façon d'obtenir ce qu'elle voulait plus rapidement sans attendre? Moyen simple et efficace? Quoi qu'il en soi, sa patience serait mise à rude épreuve quant à ce qui concernait mes habilités à l'arc. Je devais réviser tout littéralement! Les bases, positionnement, entraînement physique... Comme une personne qui partirait à zéro complètement. Oui, il lui faudrait de la patience durant ces apprentissages, car si je suis bonnes élèves et intelligente... Mes capacités physiques sont autre chose!

-Je ne fais pas beaucoup dans la tendresse! Mais cela... Tu dois t'en rappeler!


Je conservais un petit sourire, amusé. Me rappelant comment j'avais remis certains élèves à leur place dans le passé. Danser sur un bureau, oublier des chiffres, lire les petits mots qu'ils s'écrivaient devant toute la classe et j'en passe énormément. Jamais rien de douloureux toutefois, car cela restait des enfants.

-Je te propose 30 couronnes de l'heure lorsque les cours seront pour le maniement des rapières, mon arme de prédilection...

Mon sourire devenait alors presque intimidant. Non-pas intimidant, plutôt inquiétant, alors que je rajoutais avec une lueur de défi dans le regard.

-Pour les cours de tire à l'arc, je te propose 50 couronnes de l'heure... Disons que mes compétences sont... Extrêmement débutante dans cet art.


Souriant avec amusement, je terminais alors ma coupe de vin, observant celle-ci avec regret. Hésitant à en commander une deuxième même, la soirée était jeune non? Et Otsumi aurait certainement des questions pour bien régler le contrat. Questions sur l'heure, façon d'entrer en contact, lieu des entraînements, le matériel... Toutes sortes de questions que je n'ai jamais à me poser au quotidien, mais qui seraient pratiques pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Otsumi Samael Lavnenn
Race Race : Humaine
Profession Profession : Sorceleuse
Habite à Habite à : Sur la Voie
Otsumi Samael Lavnenn
This will be quick and painful.



Lun 9 Juil - 23:05
Voir le profil de l'utilisateur
How did you call me ?

ft.

-Intéressant, n'est-ce pas? M'écouter en valait donc la peine malgré le petit échange de courtoisie.

Elle marquait un point, Otsumi ne pouvait pas le nier. Ce n'était pas tous les jours qu'on demandait les services d'un Sorceleur pour quelque chose d'aussi... commun ? On demandait ce genre de choses aux humains d'habitudes, ou aux Elfes en l'occurrence. À des maîtres d'arme en fait, et non pas à des Sorceleurs, à moins qu'on voulait aller sur la Voie soi-même, comme elle l'avait fait.

-Je ne fais pas beaucoup dans la tendresse! Mais cela... Tu dois t'en rappeler!

Ces mots la plongèrent dans son passé. Ces moments passés en salle de cours, où elle avait suivi ceux de la Mage Elfe. Elle n'en avait pas de vifs souvenirs, étant bien trop loin car elle était bien jeune à cette époque. Mais les vagues souvenirs qui renaissaient en son esprit lui rappelaient qu'effectivement, Katarina n'était pas une professeur réputée pour sa tendresse. Elle avait débordé d'imagination lorsqu'il avait s'agit de punir des élèves turbulents, ou bien pour d'autres mauvais comportements... Elle n'avait jamais subi ce genre de choses de la part de son ancienne professeur, ayant été, par chance pour elle-même surtout, une élève assidue et studieuse. Aujourd'hui, ça n'était plus pareil, loin de là. Elle ferait plutôt partie de ceux qu'on qualifiait de turbulents, ces petits rebelles qui n'en faisaient qu'à leur tête.

Otsumi hocha la sienne, en guise de réponse, afin d'indiquer à l'Elfe qui lui faisait face qu'effectivement, elle s'en rappelait. Vaguement, certes, mais les souvenirs étaient présents.


-Je te propose 30 couronnes de l'heure lorsque les cours seront pour le maniement des rapières, mon arme de prédilection...

Alors elle voulait des cours pour les deux armes ? Eh bien en voilà une sacrée charge de travail... Ce n'était vraiment pas un contrat sur lequel elle allait cracher, bien au contraire. Bien que c'était le genre d'emploi facile qui ne l'amusait pas plus que ça. Mais ça lui permettrait d'avoir des revenus constants. Parfois, les gens ne faisaient pas confiance aux Sorceleurs et préféraient appeler les gardes, quitte à ce qu'un seul sur vingt revienne vivant, tout ça pour ne pas payer autre chose que leurs impôts.

-Pour les cours de tire à l'arc, je te propose 50 couronnes de l'heure... Disons que mes compétences sont... Extrêmement débutante dans cet art.

Un sourcil se haussa à cette précision.

« Extrêmement débutante ? À quel point ? »

Elle était une Elfe, elle devait avoir une espèce de prédiléction, un don naturel, non ? Ce ne devait pas être la rapière mais plus ce type d'arme. Elle espérait véritablement que ce n'était qu'une boutade, une espèce de moquerie et non la vérité. Et si ça l'était, que ça soit exagéré et non pas qu'elle ait à faire à une parfaite débutante.

« Rassurez-moi... vous savez tenir un arc ? Tirer ? Et viser ? Au moins dans la cible ? »

Si ce n'était aucune de ces choses, la Sorceleuse ne saurait quoi faire. Être dépitée ou bien rire ? Un rire nerveux ou un rire moqueur ? Tant d'options s'offraient à elle, mais elle avait bon espoir que de par sa nature d'Elfe, la Mage savait au moins tirer dans une cible, même si ce n'était qu'au bord.


Revenir en haut Aller en bas
Katarina Farah
Race Race : Elfe Aen Seidhe
Profession Profession : Enseignante de Magie à l'académie d'Aretuza + Biologiste
Habite à Habite à : Beauclair et Temeria
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Katarina Farah
If magic dies, this world dies with it.



Jeu 12 Juil - 2:08
Voir le profil de l'utilisateur
À quel point ? Oula... Si elle savait, la pauvre aurait refusé le contrat! Je ne retenais pas le sourire amusé sur mes lèvres et restait silencieuse pour le moment. Ho... Devais-je lui raconter quelques histoires? Quelques situations et contextes où mes sublimes talents à l'arc avaient été démontrés? Les prochaines questions me tiraient hors de mes pensées, alors qu'il y avait bien de nombreux incidents qui me revenaient en mémoire. Heureusement toutefois, il n'y avait jamais eu de blessé ou de mort! Faisant alors mine de réfléchir, je levais un doigt dans les airs et le rabaissant aussitôt, comme si je venais de résoudre une énigme,

-Je sais tenir un arc! Je crois! Mais vu mon manque de précision, je ne dois pas bien la tenir non plus! En plus, maintenant que j'y pense... Mes bras tremblent lorsque j'étire la corde de l'arc!


Je riais, demandant alors une nouvelle coupe de vin. J'observais un certain amusement? Ou découragement chez la Sorceleuse. Peut-être s'attendait-elle à ce que je sois déjà douée à cause de ma race. De fait, les Elfes font les meilleurs archers, mais comment être bon, si on n'a jamais tiré à l'arc? J'avais plutôt misé sur d'autres compétences lors de mes entrainements et celle reliée à la guerre avait été quelque peu négligée dans ma formation. Ma coupe de vin arrivé à notre table, je payais la serveuse et retournait mon regard vers ma comparse, décidant alors de lui raconter une petite histoire,

-La dernière fois que j'ai tiré à l'arc, je visais une cible dans mon jardin, mais ma flèche à traversé le jardin de mon voisin pour briser l'une de ses fenêtres...

Elle grimace alors, se rappelant encore du bruit de la vitre brisée et de son voisin qui sortait en panique de son domicile, pensant qu'il y avait eu une attaque. Loin d'être fière d'elle-même, elle avait effacé la mémoire du pauvre homme en récupérant sa flèche ce jour-là. L'idée qu'il puisse raconter cet incident à autrui et ainsi salir sa fierté lui était inconcevable. Un mage se doit de préserver son image et son orgueil après tout! Et cela aurait été trop difficile à supporter qu'il ramène cet incident chaque fois qu'elle sortait son arc pour tirer à l'arrière de sa maison. Le pauvre homme avait donc toujours cru que des enfants jouant dans la rue avaient été la source de son malheur ce jour-là... Elle n'avait jamais dit cela à voix haute à autrui, et souriait en constatant que c'est l'une de ses anciennes élèves qui connaissait maintenant la vérité.

Buvant dans ma coupe de vin, je retournais brièvement mon regard vers mes collègues. Encore et toujours en pleine argumentation philosophique. Ne savait-il pas que les deux avaient raison? Ce foutu rituel pouvait être exécuté de diverse façon, cela dépendait de la puissance désirée! Mon regard marron retournait dans les pupilles glacées de la sorceleuse.

-À la lumière de cette nouvelle information, tu accepte toujours le contrat ma chérie?

Je laissais un sourire en coin apparaître sur mes lèvres. Je savais qu'elle ne refuserait pas un salaire brut et fixe. Un revenu stable qui lui assurerait une certaine sécurité financière et la mettait moins à risque, à moins qu'elle ne soit pas cible! Dans cette mesure, je ne garantissais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers: