AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[violence graphique] les fleurs du mal (galaad)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
La nuit était bien entamée quand Lunara, essoufflée, porta le coup fatal à la bête. C'était un griffon royal, parmi les plus grands avec ça. On voyait ces créatures de plus en plus fréquemment, et de plus en plus près des villes. Cela inquiétait la sorceleuse bien sûr : elle se souvenait d'une époque où Skellige avait été totalement débarrassée de ces terribles animaux. Depuis deux ans qu'elle était de retour à Novigrad, elle abattait au moins un griffon tous les deux mois, sans jamais que leur prolifération ralentisse. Certes, la prime était toujours élevée, ce qui lui plaisait, mais elle avait des amis en ville et ailleurs qui pourraient très bien périr d'une attaque de ces monstres.
L'ombre frappa à l'instant où la bête tomba dans un fracas de tous les diables qui fit précipitamment s'envoler des dizaines d'oiseaux. Il attendait son moment depuis des semaines, des semaines à traquer la sorceleuse dont il avait découvert l'existence lors de ce stupide évènement à Kovir. Depuis, il ne la lâchait plus du regard, et enfin, il voyait la faille.
La fléchette se ficha directement dans le côté droit du cou de Lunara. À peine portait-elle une main à la source de douleur que déjà son corps s'engourdissait. Alors même qu'un feu s'allumait dans ses veines, elle vacillait sur ses jambes, la vision floue et la respiration laborieuse. Elle chercha tout autour d'elle la source de cette agression, mais sa main était trop faible ne serait-ce que pour dégainer l'un de ses poignards. Son épée d'argent gisait inerte au bout de son autre bras - elle était incapable de la soulever ne serait-ce que de quelques centimètres.
Malgré toute sa volonté bandée pour se mettre à bouger, elle ne put faire le moindre geste pour éviter la flèche dont, bien trop tard, elle perçut le sifflement. Elle ne put que la sentir se ficher dans la chair sensible entre la poitrine et l'os de l'épaule, incapable de retenir un hurlement de douleur alors que la tête d'acier s'immobilisait contre son omoplate.
Elle ne comprenait pas. Elle n'avait aucun véritable ennemi, aucun qui soit trop lâche pour venir l'affronter en face, l'épée en main. Les sens de plus en plus confus, abrutie par la douleur et le poison, elle regarda une ombre dont elle ne distinguait aucun trait s'avancer vers elle et, d'un revers négligeant, la forcer à tomber à genoux. Son souffle était rauque, mais pas sifflant. L'odeur de son propre sang lui donnait envie de vomir.
— Qui... Qui...
Elle ne parvint pas à formuler la question au bout de ses lèvres, incapable de s'empêcher de trembler alors que l'ombre encochait une nouvelle flèche à son arc. Elle reconnaissait ce son entre mille. Dans un élan de bravoure, elle se força à relever la tête. Elle regarderait la mort en face. Elle grogna quand la seconde flèche s'enfonça profondément juste sous ses côtes, se frayant un chemin dans son corps jusqu'à ce que la pointe ressorte dans le dos. Elle n'avait plus la force de hurler. Alors qu'elle s'effondra, la main de l'ombre l'attrapa par les cheveux et la força à se remettre sur ses pieds. Il lui sembla qu'il ramassait son épée, tombée alors qu'il la mettait à genoux, mais elle n'eut pas la force de l'en empêcher.
— Allez, avance. Va chercher ton maître.
Elle n'eut pas le choix. À chaque pas l'ombre était derrière elle, quand elle tombait il la redressait, lui assénant des coups de botte au passage. Le temps d'arriver dans Novigrad par une entrée dérobée, elle ne voyait plus rien et du sang lui coulait librement d'entre les lèvres - elle ne pouvait plus l'avaler sans s'étouffer et n'avait pas la force de le cracher.
L'ombre la laissa enfin s'effondrer quand elle arriva devant chez Galaad. Même dans cet état elle reconnaissait les odeurs, un éclat de teinte orange, une impression d'intimité. Elle chut contre la porte de la maison de son aimé, les yeux à moitié révulsés. Il y eut un bruit mat à côté d'elle : son épée, jetée dans un carré d'herbe qu'elle lui avait proposé mille fois de faire entretenir par son jardinier.
— Tu seras l'avertissement parfait, n'est-ce pas ?
Elle devait retenir cette phrase. Elle savait que c'était important. Son souffle était de plus en plus rapide et heurté, la tête lui tournait mais elle s'accrochait à ce filon de lucidité. Elle ne pouvait pas mourir avant de prévenir Galaad. Le prévenir... Le prévenir de quoi ?
Il lui sembla qu'une éternité de souffrances s'était déroulée quand elle parvint enfin à lever la main et à canaliser une étincelle d'énergie suffisante pour créer un départ d'incendie sans risque, mais dont l'odeur le réveillerait. Enfin, sa tête retomba sans force, tout comme sa main ensanglantée.
L'ombre était partie depuis longtemps.



❝ i owe you everything❞
I worry because I care. Gods help me, I know I shouldn't, but I do. So I will always tell you to be careful, because I will always care what happens.
Lunara de Dol Blathanna
This will be quick and painful.
Race Race : demi-elfe
Habite à Habite à : novigrad
Couronnes Couronnes : 5895
Messages Messages : 63
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : [violence graphique] les fleurs du mal (galaad) Tenor
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Juil - 20:53
Revenir en haut Aller en bas


Les fleurs du mal Galaad & LunaraLa première chose qui lui était venue à l'esprit lorsqu'il avait vu Lunara sur son palier, c'était ce mot.

"Comment ?"

Comment est-ce qu'une aussi belle journée avait à ce point pu tourner au drame ? Comment est-ce que ce si joli ciel bleu avait pu virer au gris en si peu de temps ? Comment est-ce que Lunara avait pu se laisser abattre ainsi ? Comment pouvait-on faire sciemment du mal à une créature aussi innocente ? Comment pouvait-on être aussi cruel ?

Tout avait pourtant bien commencé pour Galaad. Une belle journée avec un beau soleil comme il les aimait. Lunara et lui coulaient des jours heureux depuis quelques temps, il avait enfin terminé ses interminables travaux et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Enfin c'était ce dont il avait l'impression. Il avait décidé d'apprendre à cuisiner ces derniers jours, à cuisiner bien. Ce n'était pas chose facile puisque son niveau dans la matière était assez proche de zéro. Mais bon, il avait du temps libre et l'envie de faire plaisir à Lunara. Il avait donc embauché Eline en guise de professeur et avait commencé à tout doucement apprendre derrière le dos de la sorceleuse. Ce soir était le grand soir, celui où il avait l'intention de lui préparer un repas complet avant qu'elle ne rentre à la maison.

Parce qu'elle finissait toujours par rentrer à la maison.

C'était alors qu'il préparait des pommes de terre en compagnie de la domestique qu'il avait commencé à sentir quelque chose bruler. C'était très léger, et après avoir vérifié trois fois toutes les préparations, il comprit que cela ne venait pas de la cuisine. Alors il avait cherché dans la maison, sans succès. Alors qu'Eline commençait à se demander s'il ne devenait pas totalement fou, il avait ouvert la porte. En moins d'une minute, il avait déjà déterminé l'étendue des blessures, la cause et qui en était à l'origine. Cela ne pouvait être un monstre qui lui avait infligé ça, du moins pas ceux qu'ils avaient l'habitude de traquer. Il s'agissait ici d'une autre sorte de montre, tout aussi féroce. Et il avait déjà envie de le tuer.

Contrairement à d'autres sorceleurs, il était assez simple pour Galaad de perdre son calme. Or, ce n'était pas le cas ici. Il était resté muet, totalement immobile avant de sommer Éline d'une voix dure et sans politesse aucune d'aller chercher un médecin. Alors que la jeune femme s'exécutait avec empressement, le sorceleur prit Lunara dans ses bras avec une douceur infinie. Il fallait la soigner, ses blessures n'étaient pas mortelles. Elle y survivrait. Difficilement certes, mais elle le ferai. Il le savait parce qu'il la connaissait par cœur et qu'il savait aussi très bien qu'elle était capable de supporter bien plus qu'une flèche dans la poitrine et quelques coups de bottes. Du moins, il essayait de s'en persuader. La perdre était tout simplement inconcevable à ses yeux.

Il la monta dans sa chambre pour la déposer calmement sur le lit. Le calme, c'était très important. S'il le perdait il allait exploser. Lunara avait besoin de lui, pas d'un hystérique qui pestait contre le monde, leur profession, les humains et la vie qui était bien trop injuste. Il s'assit donc à ses côtés, prenant garde à n'appuyer d'aucune manière sur ses blessures et lui caressa doucement les cheveux.

- Ça va aller, tout ira bien, nous allons bien.

Lui même n'y croyait pas.

©️️Justayne






« I'll be good »
A million mile from home, I’m walking ahead, I’m frozen to the bones, I am. A soldier on my own, I don’t know the way. I’m riding up the heights of shame. I’m waiting for the call, the hand on the chest. I’m ready for the fight, and fate. c .bizzle
Galaad Arioni
This will be quick and painful.
Race Race : Humain
Habite à Habite à : Novigrad
Couronnes Couronnes : 6404
Messages Messages : 107
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : [violence graphique] les fleurs du mal (galaad) Tumblr_ol6tslagVK1r98xw9o7_400

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Juil - 2:57
Revenir en haut Aller en bas
Le chirurgien arriva très vite, guidé par une Éline essoufflée à en tousser. Ils étaient rares à se lever en plein milieu de la nuit, mais celui-ci avait une dette envers Lunara et sa servante le savait. D'un regard, l'homme analysa la situation et se positionna au chevet de la sorceleuse qui commençait à délirer. Il ne comprenait pas ce qu'elle disait, si ce n'était l'importance d'un avertissement à transmettre, mais il savait qu'il devait trouver ce qui causait cette fièvre si rare chez les sorceleurs.
Il la trouva en écartant une mèche de cheveux poissée de sang de son cou. La marque rouge qu'il trouva là, avec les veines qui se détachaient très nettement, était caractéristique d'un narcotique suffisamment puissant pour assommer un cheval, alors une petite sorceleuse... Heureusement, ce poison avait un antidote parmi les potions de sorceleur.
— Une potion de Chat-Huant s'il vous plaît.
Éline, plus réactive, fut la première à mettre la main sur la potion. Le chirurgien préleva quelques gouttes dans le flacon avant de les verser dans la gorge de la sorceleuse. Ce serait suffisant. Cette potion ne s'utilisait pas comme ça d'habitude, mais le principal était que ça fonctionne.
Rares étaient les chirurgiens qui savaient soigner les sorceleurs. Considérés comme une élite intellectuelle, ils avaient le pouvoir de choisir ceux qui bénéficiaient de leurs soins, et souvent ils ne prenaient même pas la peine d'apprendre les soins particuliers à administrer aux sorceleurs. Mais cet homme devait à Lunara la vie de son fils, qui avait failli mourir aux mains d'une succube. Depuis, il avait appris et ne refusait jamais d'aider un chasseur de monstre.
Petit à petit, les veines et la rougeur disparurent. Alors seulement il se consacra au reste des blessures. Avec un scalpel, il découpa l'armure et les vêtements de la blessée. Lentement, il passa ses doigts le long des contusions pour vérifier si aucune côte n'était brisée. Heureusement, ce n'était pas le cas. Il inspira profondément deux fois, afin de trouver un calme de glace qui lui serait utile pour la suite.
— Ca va être difficile, maintenant. Vous allez devoir redresser la petite, et la tenir absolument immobile, parce que cette flèche dans son ventre va devoir être poussée plus loin et sortie par son dos.
C'était un ordre, mais c'était une situation dans laquelle les ordres étaient nécessaire. Il attendit que Lunara soit en place, maintenue par des bras plus puissants qu'il ne semblait être possible. Ensuite seulement il coupa la flèche dans son côté à un poing de distance du point d'impact et commença à pousser. Comme il l'avait anticipé, la sorceleuse se mit aussitôt à hurler - certaines douleurs atteignaient l'esprit au-delà de l'inconscience - mais ne parvint pas à bouger dans la poigne d'acier de son amant.
— C'est ce que je craignais, la pointe est torsadée... La convalescence sera plus longue, mais avec vos potions, elle s'en sortira. Tenez-la encore, ce n'est pas fini.
En appliquant une force constante, il retira le reste de la flèche de la blessure en l'attrapant dans le dos. Lunara cria encore, mais sa voix était rauque et épuisée. Le chirurgien ne pouvait rien faire d'autre que lui promettre que c'était bientôt fini, bien qu'elle soit au-delà de pouvoir l'écouter. L'extraction de la seconde flèche se fit plus facilement mais quand, d'une main assurée, il tâta la clavicule juste au-dessus de la blessure, il ne put s'empêcher de grimacer.
— La clavicule est cassée. Son bras gauche devra être en écharpe pendant au moins deux semaines. Il va falloir la ranimer maintenant, pour lui donner la potion que vous appelez Hirondelle, autant qu'elle pourra en prendre, cela va arrêter le saignement.
Fouillant dans son sac de fourniture, il en sortit un flacon de sels, dont l'odeur ranimait déjà aisément de simples humains, alors un sorceleur... Lunara se réveilla avec un grognement de douleur, son regard trouvant immédiatement et instinctivement celui de Galaad. Aussitôt elle se tendit, et se serait redressée si le chirurgien ne l'en avait pas empêchée.
— Galaad... La vipère, la vipère...
Son regard était encore flou, sa voix si rauque qu'elle était presqu'éteinte. Mais elle devait, elle devait prévenir son amant qu'un danger approchait dans l'ombre.



❝ i owe you everything❞
I worry because I care. Gods help me, I know I shouldn't, but I do. So I will always tell you to be careful, because I will always care what happens.
Lunara de Dol Blathanna
This will be quick and painful.
Race Race : demi-elfe
Habite à Habite à : novigrad
Couronnes Couronnes : 5895
Messages Messages : 63
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : [violence graphique] les fleurs du mal (galaad) Tenor
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Juil - 20:41
Revenir en haut Aller en bas


Les fleurs du mal Galaad & LunaraLe médecin arriva après ce qui lui avait semblé une éternité. Il se sentait anesthésié et réagit à peine. En fait, il ne comprenait toujours pas. Il n'arrivait pas à concevoir que la petite chose brisée qui se tenait dans ses bras, était sa Lunara d'ordinaire si forte. Il entendit vaguement l'homme qui venait d'arriver parler et Eline se déplacer mais ses mots ne parvenaient pas à ses oreilles. Son cerveau bourdonnait et lui essayait tant bien que mal de faire taire ces bourdonnements. Il se sentait si impuissant et si faible face à cette douleur qui la déchirait. Il pouvait presque la sentir.

- Ca va être difficile, maintenant. Vous allez devoir redresser la petite, et la tenir absolument immobile, parce que cette flèche dans son ventre va devoir être poussée plus loin et sortie par son dos.

Ce furent ces mots qui le sortirent de sa léthargie. Il fixa un instant le chirurgien d'un regard vide avant de s'animer comme un véritable automate. Il voulait simplement qu'elle aille mieux, pour l'heure il n'y avait que ça qui importait. Alors il se plaça derrière elle et la cala dans ses bras qu'il maintenait serrés autour d'elle. Et puis Lunara se mit à hurler de douleur, et lui se sentait terriblement coupable. Si seulement il avait été là au lieu de jouer à l'apprentie cuisinier, ils n'en seraient pas là. Il était un guerrier, pas une ménagère. C'était son rôle de la protéger, maintenant plus que jamais.

- C'est ce que je craignais, la pointe est torsadée... La convalescence sera plus longue, mais avec vos potions, elle s'en sortira. Tenez-la encore, ce n'est pas fini.

Bien sûr que ce n'était pas fini. Il avait l'impression que ça n'en finirait jamais. Lunara se débattait dans ses bras au fur et à mesure que la flèche transperçait son dos et lui dépérissait. Il aurait eu envie de la rassurer, mais il n'était pas sûr qu'elle l'entendrait et lui n'était pas en état de prononcer des paroles cohérentes. Ça lui rappelait l'épreuve de Lunara, quand il avait dû la veiller des nuits entières sans pouvoir atténuer sa douleur. Il avait cru avoir fait l'erreur de sa vie ce jour là. Après d'interminables minutes, les flèches furent enfin retirées et Galaad expira d'un coup, évacuant la tension en même temps que Lunara se décrispait dans ses bras.

- La clavicule est cassée. Son bras gauche devra être en écharpe pendant au moins deux semaines. Il va falloir la ranimer maintenant, pour lui donner la potion que vous appelez Hirondelle, autant qu'elle pourra en prendre, cela va arrêter le saignement.

Une clavicule casée et de l'Hirondelle. Bien. Il lui en donnerait. Il allait la soigner et elle guérirait. Tout irait alors pour le mieux dans la meilleur des mondes comme il en avait l'impression depuis que Lunara était vraiment entrée dans sa vie. Il remercia le chirurgien d'un signe de tête et d'un regard reconnaissant alors qu'il sortait une sorte de fiole. Il n'avait jamais rien compris aux trucs des médecins. Néanmoins cela fit se réveiller Luna qui se précipita pour lui dire quelque chose :

- Galaad... La vipère, la vipère...

La... vipère ?

Il fronça les sourcils alors que sa main droite lui caressa doucement la joue. Il était tellement soulagé de la voir éveillée, il aurait pu en pleurer. Posant son front sur le sien, il réfléchit un instant à ce qu'elle venait de dire sans y trouver plus de sens que la première fois. En plus, ce n'était pas comme s'il avait idées claires. Il finit tout de même par redresser la tête, toutes sortes de pensées se mélangeant à l'intérieur :

- Je vous remercie tous les deux, maintenant je vais m'occuper d'elle.

Il adressa à Eline et à leur sauveur un nouveau signe de tête pour appuyer ses propos avant de se reconcentrer sur Lunara. Il allait lui falloir un bain, elle était couverte de sang.

- Calme toi mon amour. Tout va bien. Repose toi.

Sa voix était radicalement différente de celle utilisée devant ses deux "invités". Il avait envie de lui faire comprendre qu'elle était en sécurité maintenant, que rien ne pressait. Elle pourrait tout lui raconter lorsqu'elle serait entièrement guérie. Et puis en même temps, il voulait comprendre. La vipère... pourquoi Lunara aurait eu envie de lui dire ça alors qu'elle était à moitié mourante...

Son regard dévia alors sur les flèches, encore sur le lit après leur extraction. Il en prit une, les sourcils froncés en remarquant un sceau qu'il connaissait bien. Tout s'éclairait alors dans sa tête et il comprit que Lunara ne délirait pas le moins du monde.

Un sorceleur...

Qui avait signé son arrêt de mort.
©️️Justayne






« I'll be good »
A million mile from home, I’m walking ahead, I’m frozen to the bones, I am. A soldier on my own, I don’t know the way. I’m riding up the heights of shame. I’m waiting for the call, the hand on the chest. I’m ready for the fight, and fate. c .bizzle
Galaad Arioni
This will be quick and painful.
Race Race : Humain
Habite à Habite à : Novigrad
Couronnes Couronnes : 6404
Messages Messages : 107
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : [violence graphique] les fleurs du mal (galaad) Tumblr_ol6tslagVK1r98xw9o7_400

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Aoû - 0:30
Revenir en haut Aller en bas
La douleur n'avait pas quitté Lunara pendant qu'elle était inconsciente et ne la quitta pas plus une fois qu'elle se fut réveillée. Elle avait toujours l'impression de flotter dans un brouillard de feu, mais cette fois elle reconnaissait certaines choses comme l'odeur de Galaad et sa chaleur si près, si près que si elle avait eu un peu plus de force elle aurait pu...
Au moins elle l'avait averti. Elle avait l'impression d'avoir accompli son devoir et cela apaisait une tension en elle qu'elle n'aurait pas supportée en plus du reste. Il y eut la voix de son amour puis des pas qui s'éloignaient et elle s'agita, parce qu'il ne devait pas rester seul si un homme dehors était sur ses traces et capable de lui faire ça à elle alors qu'elle était encore sur ses gardes. Et si elle n'était qu'une diversion ? Et si... Et si... Son souffle se remit à courir dans sa poitrine, malgré la douleur déchirante à chaque inspiration qui irradiait dans son épaule, sa gorge, comme pour lui couper la parole.
- Calme toi mon amour. Tout va bien. Repose toi.
La voix de Galaad la calma presque tout de suite, d'abord parce qu'elle avait l'habitude de lui obéir et aussi parce qu'il lui faisait confiance. Si tout allait bien, alors elle le croyait, même si son corps meurtri lui hurlait le contraire. Elle sentait des bandages humides contre sa peau, de cette humidité poisseuse que seul le sang possède. Cela l'affolait que quelqu'un ait réussi à lui faire ça sans qu'elle parvienne ne serait-ce qu'à se défendre ou fuir.
— Galaad... Soif...
Ce fut le moment qu'Éline choisit pour revenir après avoir discrètement frappé à la porte. Dans sa main, une fiole d'Hirondelle, impossible à confondre avec sa nuance d'orange presque rouge. C'était Lunara qui, des deux sorceleurs, s'occupait de l'alchimie. Après tout, même si ce n'était qu'un an dans son enfance, elle en avait appris, des choses, à ce sujet - et elle avait toujours eu plus d'aisance et de patience que Galaad quand on en venait aux potions. La servante, les mains tremblantes, défit le sceau de cire sur le goulot de la potion et tendit la fiole à son amant. Elle était pâle, comme rattrapée par le choc de voir quelqu'un à demi-mort, là, en plein milieu d'une ville censée être sécurisée.
— Le médecin a dit qu'elle devait en boire le plus possible. Elle en a préparé une marmite entière hier, alors je viendrai tout vous déposer sur le pas de la porte avant de prendre congé. Bonne nuit, maître sorceleur, maîtresse Lunara.
La sorceleuse, comme toujours très protectrice envers ses deux employés, parvint à sourire faiblement à Éline avant qu'elle s'en aille. La potion dans la main de Galaad lui semblait à des kilomètres, et pourtant, elle commença à lever la main pour s'emparer de la fiole. Aussitôt, elle la laissa retomber en tentant sans succès d'étouffer une plainte de douleur.
— Je suis tellement... Désolée... Je n'ai pas pu...
Pas pu quoi ? Courir ? Se défendre ? Faire mordre la poussière à cet enfoiré et le pendre à un arbre avec ses tripes ? La vérité, elle le sentait au plus profond d'elle-même, c'était qu'il l'avait eue en s'en remettant à la fourberie et qu'elle n'avait pas eu la moindre chance. Mais elle finirait par se remettre. Et ce jour-là...



❝ i owe you everything❞
I worry because I care. Gods help me, I know I shouldn't, but I do. So I will always tell you to be careful, because I will always care what happens.
Lunara de Dol Blathanna
This will be quick and painful.
Race Race : demi-elfe
Habite à Habite à : novigrad
Couronnes Couronnes : 5895
Messages Messages : 63
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : [violence graphique] les fleurs du mal (galaad) Tenor
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Aoû - 0:50
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: