AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Toussaint :: Toussaint :: CIMETIÈRE MÈRE LACHAISE Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Une leçon de vie. ft. Ruz Tan Hoal El Damani
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Race Race : Vampire Supérieur
Jeu 9 Aoû - 19:02
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
S’Inna était très irritée. Cela faisait plusieurs jours qu’elle n’avait pas trouvé de contrat et par là même, l’occasion d’assouvir son désir irraisonné de sang. De plus, les habitants de Beauclair devenaient de plus en plus prudents, ne se promenant plus jamais seul dans les rues de la ville. Ce qui était tout à fait normal, après les évènements de la nuit des longs crocs deux ans auparavant et la recrudescence de disparition, à laquelle la jeune vampire n’était pas étrangère. S’Inna était donc très irritée. Elle avait plusieurs fois tenté de trouver une victime dans les environs de la capitale, mais elle se sentait épiée en permanence par ses fichus vieux vampires qui pensaient lui apprendre à discerner le bien du mal… Depuis sa naissance, on ne cessait de lui dire qu’un vampire devait se mêler aux humains, passer inaperçu, ne pas faire de vagues pour sa sécurité et celle de ses pairs, qu’il devait adopter des comportements humains et ne pas boire leur sang. Mais S’Inna n’avait décidément jamais compris cette obsession qu’avaient les anciens à ressembler à ces êtres si fragiles et mortels. Pourquoi devaient-ils s’abaisser à essayer de ressembler à ses insectes à la force et la longévité tellement risible. Les vampires étaient supérieurs en tout point aux humains et elle regrettait qu’ils cherchent à tout prix à se cacher, refréner leur nature pour ressembler à des humains minables qui ne faisaient de toute manière que les détester. Pourquoi ne devait-elle pas boire leur sang ? Pourquoi ne devait-elle pas leur rappeler qu’ils étaient faibles et qu’elle était forte ? Pourquoi devait-elle les considérer autrement que comme un réservoir illimité d’élixir enivrant ? Car en plus d’être faible, les humains passaient leur temps à se reproduire. S’ils avaient voulu les élever comme du bétail pour leur propre plaisir les vampires n’auraient pas fait mieux. Mais la voix de son mentor résonnait toujours au fond de son crâne comme le bourdonnement désagréable d’un insecte invasif. Malgré tous ses efforts pour penser le contraire, ce vampire était tout de même celui qui l’avait recueilli et élevé, et elle n’arrivait pas à oblitérer le respect qu’elle lui devait. Ainsi elle se cantonnait à des victimes insignifiantes, des sans-abri, seuls, des brigands condamnés. Mais tout cela était tellement réducteur et indigne de sa condition de prédateur. Alors pourquoi était-ce mal ? Elle n’avait décidément pas de réponse à cette question et ce n’est pas ce soir qu’elle allait tenter d’elle trouver une.

La jeune vampire était sorti déambuler autour de la capitale de Toussaint espérant trouver une victime après ses longs jours d’abstinence. Elle s’était retrouvé à marcher au milieu des tombes de personnages illustres reposants dans le cimetière Mère Lachaise. C’était un endroit très apaisant en journée ou régnait une sérénité bucolique. Mais durant la nuit, l’ambiance devait plus sinistre alors que les silhouettes des tombes se dessinaient, menaçante, dans l’obscurité naissante. Mais cette ambiance ne dérangée pas S’Inna, elle était assuré de s’y retrouver seule et de pouvoir extérioriser sa rage en paix. Comme si inconsciemment, elle se disait qu’il était plus prudent de rester dans des endroits déserts pour ne pas être encore plus tenté. D’autant que dans son état, il lui serait difficile de résister à l’attrait du sang d’une innocente personne. Malheureusement, ou heureusement donc, la nuit était désespérément calme et déserte de toute âme humaine. Sa soif était tenace, lui enserrant les tripes, faisant trembler ses membres alors que sa tête bourdonnait sans cesse. Elle ne pourrait pas passer une journée de plus sans une rasade de sang…

Mais elle n’en aurait peut-être pas besoin. Le cimetière, d’ordinaire si calme, résonna des pas d’une jeune femme, le traversant à vive allure. S’Inna sentit alors ses sens s’éveiller, son aspect vampirique menaçant de ressurgir à chaque seconde, ses crocs la titillaient douloureusement alors que ses ongles s’allongeaient déjà. Elle se rapprocha de la silhouette, se dissimulant derrière les pierres tombales. D’ordinaire, elle aurait essayé de gagner la confiance de la jeune imprudente, affichant sons statue de chevalier, lui proposant une escorte. Elle aurait alors appris que cette jeune femme courait rejoindre son amant en cachette, ses parents refusant cette union. Mais la vie de sa victime ne l’intéressait pas, tout ce qu’elle avait en tête à présent s’était le gout que pouvait avoir le sang de cette jeune femme haletante. Il devait filer à toute allure dans ses veines, excité par l’effort, il devait être bien chaud et avoir le gout de la jeune pureté, immaculé des traces d’alcool et de drogues qu’elle avait l’habitude de sentir dans le sang de ses autres victimes. La jeune vampire en salivait d’avance et elle sentit son visage se déformait, ses yeux s’injecter de sang alors que ses crocs avaient fini par surgir de ses gencives. Elle était de plus en plus près, tapit dans l’ombre, elle sentait le parfum de la jeune femme, un délicat arôme de fleur qui excita encore davantage les sens du chasseur. Finalement elle sortit de l’obscurité, bondit devant la jeune femme, arrachant un hurlement de panique à sa victime qui s’écroula, inconsciente sur le sol rocailleux du cimetière. Le visage déformé de la vampire l’avait tellement effrayé qu’elle s’était évanoui de peur dans l’instant, frôlant la crise cardiaque, mais heureusement, elle n’était pas mort, cela aurait fortement contrarié la vampire. Ne lui restait donc plus maintenant qu’à se servir, mordre dans sa peau de porcelaine et se délecter du sang tant attendu. S’Inna se pencha sur la jeune femme inconsciente, la redressant légèrement pour atteindre sa nuque. Elle sentait très bon, avait surement un gout exquis et son sang devait être particulièrement enivrant. Depuis qu’elle avait bu du sang pour la première fois, S’Inna était devenu totalement dépendante de cette sensation d’enivrement absolument délicieux, sentir sa tête tourner, toutes sortes de doutes et de remords l’abandonnaient alors que son corps semblait flotter dans une agréable félicité. Elle n’avait plus qu’à se servir pour gouter à nouveau à cette sensation. Elle n’avait plus qu’à se servir. Et pourtant. Elle ne ressentait jamais aucun remords pour ses autres victimes, ses brigands, voleur, violeur, rebut de l’espèce humaine, mais cette fois une désagréable culpabilité lui empêcha tout mouvement. Finalement, elle émit un grognement de rage et laissa retomber sa victime au sol avant de se redresser, le visage enfouit dans ses mains jusqu’à retrouver une apparence humaine. De nouveaux mugissements s’échappèrent de sa gorge tandis qu’elle essayer de faire disparaitre ce sentiment si désagréable. Ce n’était pas encore ce soir qu’elle allait étancher sa soif.


You can not go against your nature, then embrace it and relish the blood of condemned. I won't take anyone down if I crawl tonight. Now I gotta wake it up The devil in me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieure
Jeu 9 Aoû - 19:56
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
La nuit si délicieuse tombait enfin sur le monde, sur Toussaint, la recouvrant de son voile d'obscurité si délicate. La ville, éclairée par de simples lumières luisant ici et là, ouvrant la voie aux humains nocturnes et si fragiles, ces créatures dont le manteau ténébreux de la nuit cachait leurs actes infâmes. Son sourire s'agrandit sur son visage, alors qu'elle observait ces proies et jouets insignifiants, grouillant comme une fourmilière géante baignée dans le luxe et l'ivresse du vin. Rien n'était plus somptueux que les voir courir, leur odeur alléchante empestant l'alcool à plein nez pour la plupart, tous comme leurs péchés de luxure et d'orgueil. Mais ça ne serait pas elle qui leur en voudrait, oh ça non, loin de là. Malgré tout, aucun d'entre eux n'attira suffisamment son attention. Ils étaient tous aussi pathétiques les uns que les autres, et les voir courir et rire aux éclats de choses futiles ne l'intéressait guère en cette nuit si calme. Bien trop paisible, même.

Elle se laissa retomber au sol, dans une ruelle sombre, prenant dans sa chute son apparence de fumée noire afin de se dissimuler au mieux dans les ombres. Elle n'était pas une idiote ni une naïve inexpérimentée. Elle savait bien que ces pauvres erres paniqueraient en voyant de telles puissances, frôlant probablement des infarctus, ou mourant sur le coup. Qu'ils étaient fragiles, ces pauvres petits humains. Il fallait les chouchouter, les dorloter afin qu'ils ne fuient pas ni ne crient au monstre. Mais qui était le vrai monstre, en réalité ? Ceux qui se cachaient derrière de bons sentiments et des excuses toutes aussi foireuses et immondes que leurs actes ? Ou ceux, comme elle, qui étaient différents et qui ne se dissimulaient pas derrière un visage angélique ? Quoi qu'elle n'était pas la mieux placée pour cela, car elle-même usait de manipulation. Mais sans cela, ne serait-ce pas moins amusant ? Les voir ramper à ses pieds et implorer son attention, s'offrant à elle corps et âme jusqu'à ce qu'elle cesse son emprise psychique après avoir obtenu ce qu'elle désirait. Il était tellement amusant de les voir tels des larves devant des êtres qui leur étaient supérieurs en tous points. Elle reprit un visage plus neutre, bien que toujours aussi souriant, lorsqu'elle sortit de la ruelle sombre, regagnant les lumières de feu suspendues aux maisons. Son long manteau voletant derrière elle, le sol martelé de ses bottes à talons plats, elle marchait, errant dans les rues luxuriantes et marbrés de Beauclair. La nuit promettait d'être belle, mais sans doute bien trop tranquille. N'y aurait-il donc aucun jouet pour la divertir en cette nuit majestueuse ? Personne n'allait-il donc se dévouer pour offrir sa chair à la vampiresse aux cheveux rouge sang ? Ses pas la menèrent dans des lieux plus en retrait, hors des sentiers parcourus si fréquemment.

Le cimetière de la Mère Lachaise. Ses yeux pétillèrent d'amusement, la joie l'envahissant. Les amants éconduits et les gourgandines si frivoles aimaient utiliser ce lieu désolé comme rencontre de fortune, échappant aux regards inquisiteurs afin de laisser aller leurs pulsions. Ses doigts caressèrent les tombes encore fraîches des trépassés, ces êtres si frêles qui pouvaient se briser avec tant de facilité, mourir si aisément. Une simple lame en travers de la gorge, et voilà qu'ils crachaient jusqu'à leurs poumons, se vidant du liquide précieux de la vie, le gaspillant inutilement en en abreuvant le sol. Ou bien alors ceux qui avaient dit-on cette chance de périr dans leurs lits, soit entourés de leurs êtres chers, soit dans un acte de luxure des plus déplorables, leur cœur bien trop peu accroché pour tenir la cadence.

En parlant de chair fraîche... Ses narines en humèrent l'odeur non loin d'ici. Qui serait-ce donc ? Une fille dont les parents refusaient l'union avec un paysan bouseux ? Ou un mari souhaitant retrouver sa maîtresse et goûter aux plaisirs de la chair parmi les morts qui sauront garder le silence de cet adultère ? Non, ni l'un ni l'autre. Deux jolies jeunes femmes, dont l'une n'était pas une humaine. Une vampiresse en armure ? Voilà qui n'était pas commun. Avait-elle donc décidé de vouer sa vie à protéger ceux qui pourraient la nourrir ou du moins l'enivrer dans un plaisir intense ? Voilà qui était bien stupide, ou alors, c'était incroyablement malin, si elle avait décidé d'utiliser l'armure des chevaliers afin de gagner leur confiance plus aisément. Elle se planta devant elles, son regard se plongeant d'abord sur la future victime inconsciente. Future, car aucune odeur de sang ne vint caresser son odorat, ce qui faisait naître d'autant plus de questions dans l'esprit de Ruz Tan. Elle s'assit sur l'une des pierres tombales, croisant ses jambes avec sensualité, son regard porté sur les deux femmes, son sourire à la fois charmeur et carnassier se dessinant sur son visage légèrement mat.

« Es-tu venue pour la sauver de tes griffes ou pour l'y plonger ? »

Sa voix était à l'image de son sourire, un timbre légèrement rauque mais emprunt de sensualité. Elle se retenait de rire, ou plutôt de ricaner, devant ce spectacle qu'elle trouvait quelque peu pathétique. Pourquoi n'avait-elle donc rien fait ? Pourquoi n'avait-elle toujours pas plongé ses crocs dans sa chair et volé de son sang inconsciemment offert ? Serait-ce parce qu'elle l'avait interrompue juste au dernier moment, craignant des représailles d'une autre de sa race ? Ou bien était-ce par couardise ? Elle semblait bien jeune, mais peut-être que la vampiresse se fourvoyait. Leur âge physique était bien trompeur quant à leur âge réel, celui de leur naissance vampirique.

Son regard oscilla entre les deux demoiselles, ou dames, quelque peu amusée de ce spectacle qui s'offrait à elle. Quelle bonne idée elle avait eue de parcourir les rues oubliées de Beauclair, évitant les présences humaines futiles et déjà imbibées d'alcool.
S'Inna Lunacy Ahrhan & Ruz Tan Hoal El Damani
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieur
Mer 15 Aoû - 15:24
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
Durant sa jeunesse, S’Inna avait été abreuvé de concepts moraux totalement abstraits et forcés. Son mentor n’avait de cesse de lui répéter que la force qui était la sienne et celle de sa race devait non pas servir à rependre le sang et la ruine, mais à protéger ceux qui ne le pouvaient pas. Elle n’avait jamais compris mais soit. Elle c’était ranger à cette idée, un temps du moins car la curiosité de l’interdit n’avait de cesse de titiller son esprit encore confus. Elle avait donc suivi l’enseignement des chevaliers par conviction, du moins au départ et passé la cérémonie d’adoubement avec fierté. Mais ces belles convictions et cette belle morales qu’elle se forçait à brandir avaient été mises à rude épreuve après la seconde conjonction des sphères. Elle s’était alors sentie changer, ses pulsions devenant plus puissantes, souveraines. Et voir de nouvelles créatures se déverser dans ce monde, de nouveau vampires insinua une nouvelle pensée dans son esprit. Ce monde finirait-il par appartenir aux monstres, aux créatures de la nuit ? À tous ces êtres à la férocité et à la puissance bien supérieure aux hégémonistes fragiles de ce monde ? Tout tendait à le lui faire croire car il était de plus en plus nombreux, et elle était de plus en plus puissante. Si bien que ses pulsions finirent par faire voler ses convictions en éclats les remplaçant par des doutes et des certitudes approximatives le jour où elle but du sang pour la première fois. Bien sûr elle n’abandonna pas son métier de chevalier. Elle avait pris gout à ce statut mais commença à le voir autrement. Elle continua de venir en aide à ceux qui en avait besoin et effectuer des contrats d’utilité publique, mais sa détermination avait changé. Elle ne faisait plus ça pour une quelconque conviction, bien que subsistent les paroles de son mentor, mais pour assouvir une soif toujours plus sauvage. Personne ne pouvait venir lui reprocher la mort de bandit dont la tête avait était mise à prix. Mais ce soir, il ne s’agissait pas d’un bandit. Elle aurait pu montrer le même dédain, le même détachement, mais elle n’y parvenait pas et cette sensation était insoutenable. Le corps inerte de l’imprudente gisait aux pieds de S’Inna et elle l’observait avec un appétit certain, le visage tendu par l’envie et la frustration. Devait-elle laisser cette pauvre petite chose inconsciente à la merci de toutes les créatures nocturne ou devait-elle la réveiller et lui ordonner de fuir ? Elle était tiraillée, confuse, assoiffée. Elle semblait réfléchir intensément, peser le pour et le contre, essayer de trouver une bonne raison pour renoncer, ou aller au bout de ce qu’elle avait commencé. Après tout, il n’y avait aucun témoin. Certes, retrouver le cadavre exsangue d’une jeune femme attirait les soupçons de ses détracteurs sur sa personne, mais ils ne pourraient rien prouver. Raah, un nouveau mugissement sortit de sa gorge tandis qu’elle faisait les cent pas devant sa victime. Finalement, elle reporta son attention sur le corps inerte gisant au sol. Elle pouvait l’entendre respirer faiblement, elle pouvait voir sa poitrine se soulever imperceptiblement, elle pouvait presque percevoir le frémissement de son sang pulsant dans ses veines, les battements de son cœur fébrile. Elle se fichait de ce monde, mais elle n’avait d’autres choix que d’y vivre. Devait-elle se plier à ces foutues règles ? Elle jeta un dernier regard aux alentours, personne n’avait assisté à la scène, elle n’aurait donc pas à craindre d’être trainée en place publique pour y être exécuté. Les humaines n’avaient aucune pitié pour ceux de son espèce, pas plus que les vampires n’avaient de pitié envers ceux qui ne respecter par leurs règles. Mais elles étaient seules, elle n’aurait de compte à rendre à personne, et personne pour la réprimander. Vraiment ? S’Inna ne put refréner un sursaut et dégaina instinctivement son épée en voyant une silhouette apparaitre face à elle. La femme qui se tenait dans le cimetière n’était pas humaine, cela ne faisait aucun doute. Dans un mouvement instinctif, s’Inna s’était mise en garde, l’épée pointer vers l’inconnue. Chaque fois qu’elle avait rencontré des vampires, elle avait été obligé de se défendre, c’est dernier ne voyant pas d’un très bon œil sa manière de vivre ou alors interférant avec son métier comme ce fut le cas avec une magicienne de Beauclair. Quand était-il de celle-là ? Allait-elle juger ses actes répréhensibles comme les autres de ses pairs ou allait-elle tentant de lui voler cette victime ? Dans les deux cas elles feraient bien vite face à un litige. La jeune vampiresse n’osa pas bouger, arme au clair, elle attendait une réaction de l’inconnue qui semblait la narguer de son sourire suffisant. Elle la regarda s’asseoir sur une pierre tombale, son long manteau retombant sur cette dernière, ses cheveux rouges luisants à la lumière lunaire tandis que la jeune chevalière ne baissait pas sa garde. Le regard de S’Inna passa de la jeune femme inconsciente à la vampiresse dans une confusion bien visible. C’est alors que la nouvelle arrivante décida de mettre fin à ses interrogations en prononçant des paroles qui ne manquèrent pas d’interpeller la rousse. « En quoi la réponse serait-elle susceptible de vous intéressait ? » finit-elle par demander, sur la défensive avant de poursuivre « Êtes-vous venus m’en dissuader ? » La voix de S’Inna se voulait ferme et incisive mais sa posture ne trompait pas. La jeune vampire avait conscience que la situation n’était pas à son avantage. Elle n’était pas en mesure de déterminer l’âge de son interlocutrice, mais elle présentait que c’était son ainé et en cela elle ne pouvait que se méfier. Le dernier vieux vampire qu’elle avait croisait mettait tout en œuvre pour lui mettre des bâtons dans les roues, sabotant certains de ses crimes, la privant de plusieurs de ses cibles et cela avait le don de l’exaspérer au plus haut point.


You can not go against your nature, then embrace it and relish the blood of condemned. I won't take anyone down if I crawl tonight. Now I gotta wake it up The devil in me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieure
Mer 15 Aoû - 19:57
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
Quelle délicieuse enfant que cette vampiresse qui semblait prise en proie aux doutes. Devait-elle se nourrir ou au contraire éveiller la jeune femme ? Une question à laquelle Ruz Tan désirait voir la réponse, mais elle ne ferait strictement rien pour la guider sur l'un des chemins, l'un ou l'autre, qu'importait le dénouement. Ses yeux noisette lorsqu'elle se camouflait de son apparence humaine, se posèrent sur l'épée brandit avec menace vers elle. Quel délicieux objet tranchant d'une torture alléchante... ôtant la vie, les vêtements ou simplement un peu de sang, cela ne dépendait que de l'usage qu'on souhaitait en faire. Se redressant sur ses pieds, laissant volontairement une tension se dégager entre elles, par le silence coupé des grillons nocturnes, ses longs doigts caressèrent la lame, sa langue léchant ses lèvres. Finalement, d'un geste brusque, elle saisit la lame et la plongea dans le creux de sa main, grande ouverte et aux doigts tendus. Son sourire doté d'une pointe de sadisme et de masochisme accompagna son regard luisant qu'elle posa désormais sur sa comparse.

« Qu'est-ce que tu fais croire que tu pourrais me faire quoi que ce soit... ? »

La douleur était présente, mais son plaisir l'emportait sur cette sensation exquise, alors que son sang coulait le long de sa peau et de son poignet, quelques gouttes tombant pour abreuver la terre à leurs pieds.

« Tu ne peux pas... »

Elle retira sa main que la lame avait froidement pénétré, de sa propre volonté. Son regard amusé se posa sur la plaie qui n'allait pas tarder à entamer sa cicatrisation, sa langue parcourant le breuvage délicieux et enivrant. Mais certainement pas autant que l'était celui parcourant les veines de ces pauvres jouets insignifiants, qui n'avaient d'autre but que celui de mourir après avoir vainement tenté de donner à leur piètre existence un sentiment d'importance. Sa main intacte vint frôler de ses doigts aux ongles vernis de noir, la joue de l'autre vampiresse, sans aucun doute plus jeune. Elle attendait une réponse, la pauvre enfant égarée.

« Je suis simplement curieuse de voir ta décision. »

Sa caresse cessa après ces mots, alors que son regard se posa ensuite sur la possible future victime. Quelle délice de voir un plat offert devant soi. Mais ce n'était pas sa proie, alors Ruz Tan ne comptait nullement y toucher, ce serait voler le plat de l'autre qui s'était sans doute donné bien du mal pour l'attraper. Ainsi, pour prouver sa bonne foi et son respect envers les pitances des autres, de ses camarades, elle recula de quelques pas, laissant le champ clairement libre à l'autre femme.

Mais ses mots l'avaient intriguée. Pourquoi l'aurait-elle dissuadée de se nourrir, de se faire plaisir ? C'était d'une absurdité presque déconcertante. Certains croyaient-ils encore que les humains devaient être élevés à des rangs similaires à ceux des Vampires, et qui plus est, des Vampires supérieurs ? Alors qu'ils n'étaient que des créatures frêles, devrait-on réellement leur offrir une place de choix en les mettant au même titre que de véritables prédateurs qui n'ont besoin de rien à part leur propre corps pour traquer ? Ces pauvres petits êtres insignifiants qui se pensaient maîtres du monde alors que sans leurs inventions pathétiques, ils ne seraient pas plus importants que des brins d'herbes... Ils pouvaient bien se cacher derrière leurs armes, mais sans elles, ni leurs armures dont ils étaient si fiers, ils ne pouvaient rien, ils ne valaient rien.

Et c'était tout aussi bien le cas pour cette humaine gisant au sol, inerte, respirant simplement. Peu importait la raison de sa venue ici, elle n'allait pas avoir une nuit des plus tranquilles. À moins que ça ne soit le but de cette vampiresse ? But auquel elle n'aspirait peut-être pas au tout début ? Que de questions ! Un jeu qui s'annonçait plutôt fascinant, si la nuit perdurait. Mais malheureusement, un chronomètre était lancé, en la personne de cette demoiselle soupirante, dont le réveil ne faisait que se rapprocher au fil des secondes qui défilaient. Un tic-tac régulé par sa respiration lente qui soulevait sa poitrine et dont le son sortait de ses lèvres. Jamais un chronomètre n'avait été aussi séduisant ni appétissant.

Mais la décision finale ne lui appartenait pas. Bien au contraire, elle se réinstalla sur l'une des pierres tombales, croisant de nouveau ses jambes, attendant un mouvement de la part de cette vampiresse déguisée en chevalier. Une nouvelle façon de se fondre parmi les humains afin de mieux les approcher ? Elle en souriait, et d'un ton désinvolte, lui donna un conseil.

« Si tu crains des représailles de ces vieux fous, ne lui prends pas tout son sang. Qui te blâmerait alors ? Tu n'auras pas tué mais ta soif sera étanchée. N'est-ce pas idéal ? »

Le contrôle de soi était bien complexe à trouver, et tout autant à mettre en application lorsque le sang faisait tourner la tête. Mais avec de la pratique, on pouvait y parvenir. C'était ainsi que vivait Ruz Tan lorsqu'elle se faisait plaisir avec ses jouets du moment... Elle les gardait en vie mais s'enivrait de leur sang, ce précieux liquide vital aux humains mais aux saveurs délicieuses pour ceux de son espèce. Ainsi, pas même le doyen ne pouvait la réprimander, car elle ne tuait personne...

« Je peux t'apprendre... »
S'Inna Lunacy Ahrhan & Ruz Tan Hoal El Damani
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieur
Mer 15 Aoû - 23:08
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
S’Inna tenait l’inconnue en joug. Elle avait la naïve habitude de voir ses adversaires prendre peur devant elle une fois qu’ils avaient vu qu’elle était aussi capable que ses homologues masculins. Mais à ce moment précis, sa menace semblait totalement dérisoire, voire risible devant le regard amusé, lubrique même, de la vampiresse aux cheveux rouges. S’Inna était pourtant si désinvolte, sûre d’elle, en temps normal. Mais elle se trouvait bien démunie, prise en flagrant délit. Son assurance habituelle était quelque peu ébranlée et ne restait plus que son effronterie et sa méfiance. La jeune militaire la regarda se relever, s’avancer vers elle sans savoir quelle attitude elle devait adopter hormis celle de la méfiance. Elle pressentait qu’elle n’aurait pas le dessus, que la force de l’inconnue était bien supérieure à la sienne. Elle sut encore moins comment réagir en la voyant toucher la lame avec… envie ? Elle fronça les sourcils la voyant se lécher les lèvres comme un animal devant son repas ou un enfant devant une sucrerie, surprise par cette attitude déconcertante. S’Inna faillit alors sursauter quand la vampiresse penta sa propre épée dans sa main tendue, observant, comme hypnotisée, le sang se déverser de sa blessure et s’écouler lentement le long de sa lame étincelante avant de s’égoutter au sol. Elle fut encore plus décontenancée de voir le regard concupiscent, vicieux de l’inconnue alors qu’elle prononçait quelques mots. Elle semblait prendre un plaisir certain et non dissimuler devant la vive souffrance qu’elle devait ressentir. Qui était donc cette vampiresse lascive au regard obscène ? S’Inna ne pouvait pas la blesser ? Elle n’avait pas besoin d’argumenter pour s’en rendre compte. Non seulement elle devait être plus vieille et puissante qu’elle mais en plus la douleur semblait lui procurer un plaisir sexuel certain. Elle porta alors son propre sang à ces lèvres sous le regard toujours aussi circonspect de la jeune vampire. Cette sensation d’impuissance et de doute fut renforcé par la caresse inattendue de la femme aux cheveux rouges qui finit de faire baisser sa garde à S’Inna dont la pointe de l’épée vint heurter le sol dans un mouvement d’impuissance.

La militaire écoutait sa voix rauque et suave décidément perdue devant ce personnage énigmatique. Mais elle avait beau avoir abaissé son épée, elle n’en était pas moins sur ses gardes, prête à pallier au moindre geste agressif de la part de l’inconnue. Elle était curieuse de voir sa décision ? S’Inna était perdu… Était-elle là pour la réprimander ou pas ? Elle suivit son regard sur la jeune humaine inerte, elle pensa alors l’espace d’un instant qu’elle était effectivement venu lui voler sa prise mais sa théorie s’avéra fausse lorsque la vampiresse recula de plusieurs pas comme pour lui laisser le champ libre. Elle aurait pu lui faire le geste de se servir que cela n’aurait pas été plus évident. La rousse pensa alors à un piège. Peut-être avait-elle été envoyé par le vieux vampire qui en avait après elle pour qu’elle commette la faute de trop et qu’il puisse enfin faire valoir la justice de leur race. Elle ne savait décidément pas sur quel pied danser. Et tandis que l’inconnue se réinstaller sur une pierre tombale, elle rengaina son épée après avoir essuyé les quelques gouttes de sang qui la maculé et les avoir porté à ses lèvres une lueur de défi dans le regard, jugeant que cette arme serait de toute façon inefficace contre une représentante de son espèce. S’il devait y avoir un affrontement, autant que ce soit avec leurs griffes et leurs crocs, avec toute la fureur de leur nature et non les artifices humains encombrants et biens moins maniables.

La voix désinvolte de la vampiresse résonna une nouvelle fois dans le silence du cimetière qui n’était troublé que pas le frémissement des animaux et insectes nocturnes. Ces vieux fous ? Elle parlait des doyens ? De ses pairs plus âgés et bien-pensants ? Cela voulait-il dire qu’elle aussi aller à l’encontre d’un règlement bien trop stricte pour leur condition de prédateur parfait. S’Inna écoutait toujours le discours de l’inconnue, silencieuse, essayant de déterminer ses intentions. Ses paroles l’intriguaient de plus en plus. Ne pas lui prendre tout son sang ? Comment était-ce possible ? Lorsqu’elle commençait, S’Inna avait toujours été incapable de s’arrêter, de se raisonner. Le gout du sang était bien trop enivrant, l’euphorie qu’il lui procurait était bien trop addictive et de toute manière ses victimes habituelles n’avaient plus le droit de vivre alors elle n’avait jamais essayé de se refréner. La vampiresse aux cheveux rouges venait donc d’offrir une nouvelle perceptive auxquelles elle n’avait jusqu’alors jamais pensé, autant grisée par l’idée de tuer que par celle de se nourrir. Mais si l’une pouvait être indépendante de l’autre ? Cette éventualité était très alléchante. De nouvelles interrogations, de nouveaux doutes prirent place dans son esprit déjà perturbé. Elle se sentait totalement incapable de s’arrêter, de laisser une victime en vie. Peut-être est-ce à cause de sa jeunesse de son inexpérience. Son regard était toujours posé sur la jeune femme, priant pour qu’elle ne se réveille pas tout de suite. Mais elle pouvait voir ses yeux frémir sous ses paupières closes et craignait que le moment de son réveil survienne plus vite qu’elle ne l’espérait.

Elle releva alors brusquement la tête de la jeune femme inerte pour plonger son regard bleu dans celui de la vampiresse. « Comment-ça m’apprendre ? Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous attendez de moi ? » S’Inna n’arrivait plus à freiner son flot de questions. La menace d’un piège tendu par son ennemi était encore présente. Après tout, elle ne savait rien des intentions de cette femme. Il serait alors peut-être plus prudent d’abandonner, de se contenir une longue journée de plus et attendre d’être seule et tranquille. Mais pouvait-elle seulement l’être un jour ?… À moins que…. Elle fixait toujours la vampiresse avec insistance, l’interrogeant du regard, ses yeux se posant parfois sur la plaie béante qui parcourait sa main. « Que pourriez-vous m’apprendre ? »



You can not go against your nature, then embrace it and relish the blood of condemned. I won't take anyone down if I crawl tonight. Now I gotta wake it up The devil in me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieure
Mer 29 Aoû - 22:40
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
Quelle douce enfant... Vraiment. Si naïve et si impatiente. La jeunesse avait quelque chose de charmant, mais surtout, une telle malléabilité... Cela sera si aisé de pouvoir lui enseigner ses leçons bien particulières. Peut-être sa possible future élève se trouvera être une pupille de choix ? Mais en attendant qu'une telle éventualité ne fasse que poindre le bout de son nez, un sourire charmeur se dessina de nouveau sur le visage de la vampiresse aux cheveux de feu.

« Je n'attends rien de toi... »

Rien de bien particulier en tout cas, un simple amusement, un quelconque divertissement qui la tirerait de la monotonie qui commençait à s'installer dans sa vie. Alors avoir une petite protégée, lui apprendre quelques tours qui pourraient lui être fort utile... N'était-ce pas là une opportunité qu'elle devrait saisir sans émettre la moindre hésitation ? Mais cela était si compréhensible... Comment être sûr que la personne qui nous faisait face n'était pas là afin de nous tirer vers le bas, de telle sorte à ce qu'on ne puisse plus jamais remonter, et que l'on se morfonde sur la tournure que notre vie a prit sur une décision qui avait paru bien futile au premier abord ? Il n'y avait qu'à essayer. À rester sur le côté toute son existence, cette douce enfant n'allait jamais goûter aux véritables plaisirs de la vie. Quel dommage cela serait...

Ce qu'elle pourrait lui apprendre ? Les voilà donc qui repartaient dans les affaires ? Le sourire de Ruz Tan ne fit que s'élargir en voyant que la jeune vampiresse était piquée par la curiosité. La rouge se leva alors de sa tombe qui lui avait servi de chaise morbide, s'approchant avec la sensualité caractéristique de ceux de leur espèce, ne s'arrêtant qu'une fois face à sa cadette, ses mains se posant sur son visage, le lui caressant du dos de ses doigts.

« Il y a tellement de leçons que je pourrais t'enseigner... »

Ses doigts lui attrapèrent le menton, lui relevant alors le visage, sans que son sourire ne s'évanouisse ne serait-ce qu'une seconde. Ses yeux, quant à eux, se tournèrent à leur tour vers l'humaine toujours évanouie par chance, à leurs pieds. Sa respiration était tout aussi lente que lorsqu'elle était arrivée sur les lieux, mais ses paupières frémissaient. Son réveil n'allait donc pas tarder... Il allait falloir presser le temps afin de pouvoir gagner la course contre celui-ci.

Se penchant de nouveau vers la rouquine, ses lèvres allèrent au niveau de l'oreille de son interlocutrice, sa voix y glissant quelques mots en son creux.

« Première leçon : boire sans tuer. »

Elle se recula à nouveau et s'approcha cette fois de la future victime qui allait gracieusement donner de son sang afin de nourrir une créature qui lui était bien supérieure. Quel délice et quel festin en perspective... Du sang jeune et encore bien frais, c'était d'un tel régal. Mais Ruz Tan ne comptait guère y toucher, ce n'était pas sa proie, mais celle de sa possible future apprentie. Elle se contenta seulement de soulever ce pantin de chiffon et de le placer dans les bras de la vampiresse déguisée en chevalier. Puis, reculant d'un pas, elle lui signifia par ce simple geste qu'elle ne la mordrait nullement et qu'elle laisserait le loisir à sa comparse de se sustenter autant qu'il lui sera nécessaire.

« Ne serait-ce pas un plaisir de pouvoir succomber à tes envies sans avoir ces vieux fous d'un autre temps qui puissent te reprocher quoi que ce soit ? Si tu ne tues pas... que pourrais-tu avoir fait de mal, en réalité ? Une pauvre petite inconsciente qui s'aventure sur des chemins peu recommandables... Tu lui as épargné un sort bien plus funeste en la trouvant, et cette peur que tu lui as infligé lui fera alors comprendre qu'elle ne doit pas recommencer... Quel geste chevaleresque... »

Aucun de ses mots n'étaient ironiques ni moqueurs. Ils étaient bien au contraire emplis de sérieux, la Vampiresse pensait chacun de ses mots. Qui pourrait lui reprocher quoi que ce soit si sa proie était encore en vie ? Elle ne pouvait non plus renier ses instincts de vampire... Devrait-on lui dire qu'elle se devait d'aller contre sa nature profonde et se soumettre aux obligations humaines ? N'était-ce pas assez humiliant comme cela ? Et puis, elle qui paradait dans l'armure des chevaliers, de quel mal pourrait-on l'affubler, dans ce geste ou la peur et une petite morsure persuaderaient alors l'innocente vermine fragile de cesser de passer dans ces lieux sombres, pavés de dangers ? On dit que l'Enfer est pavé de bonnes intentions... Mais quel est l'Enfer qu'elle choisirait ? Celui dans lequel elle se devrait de se comporter incessamment comme l'une de ces créatures inférieures ? Ou bien celui qui lui permettra d'être elle-même ? Elle lui laissait le choix, pas comme ces idiots qui souhaitaient enfermer les leurs dans des cages de chair fraîche dégoulinant de ce sang si tentateur.
S'Inna Lunacy Ahrhan & Ruz Tan Hoal El Damani
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieur
Ven 31 Aoû - 19:29
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
« Je n'attends rien de toi... »

C’était déconcertant. La vampiresse aux cheveux rouges semblait ressentir un amusement certain devant cette situation et cela était vraiment… déconcertant. S’Inna se sentait réellement impuissante et acculée pour la première fois de sa vie, et cette sensation n’avait rien d’agréable, ça non. La manipulation, elle connaissait, elle avait bien était obligé de manipuler son monde depuis qu’elle soulageait ses addictions, elle savait donc reconnaitre de la manipulation quand elle en voyait, et elle détestait l’idée d’en être la victime. Mais les intentions de la rouge étaient-elles fallacieuses ? Par quoi était-elle motivée ?

La consternation de S’Inna ne faisait que s’amplifier en sentant le contact des doigts de la vampiresse sur son visage. Elle avait envie de se dégager de ce toucher, cette intime proximité pour laquelle elle n’avait pas donné son accord. Ce simple toucher semblait vouloir assoir l’autorité, la supériorité de la vampiresse aux cheveux rouges sur la jeune militaire perplexe, ce simple toucher semblait trancher douloureusement la fierté de la jeune rousse, une fierté qu’elle avait à cœur de préserver. Elle aurait pu laisser s’échapper le grognement de rage qui remontait de sa gorge, elle aurait pu la repousser comme son instinct lui disait de la faire. Mais la seule chose qu’elle fut capable de faire, bridé par sa raison et sa curiosité, fut un mouvement de tête sur le côté accompagné d’éclairs dans le regard pour se détacher d’elle tandis que sa voix suave venait une nouvelle fois caresser ses oreilles.

« Il y a tellement de leçons que je pourrais t'enseigner... »

Finalement, son mouvement pour se dégager fut vain lorsque la rouge saisie son menton pour relever son visage. Un mouvement imperceptible de la lèvre supérieur de la jeune rousse laissait deviner la rage qu’elle était en train de contenir et les crocs qui appuyaient sur ses gencives, attendant de sortir. Elle retenait ses invectives, se contentant d’un regard des plus noirs devant le sourire désarmant de la femme désinvolte.

« Qu’est-ce qui vous dit que j’ai envie d’apprendre quoi que ce soit venant de vous ? Je ne vous connais pas… »

Question ridicule, évidemment qu’elle avait envie d’apprendre, mais elle ne supportait pas ce rapport de forces qui s’était installé et qu’il n’était pas à son avantage. De plus elle ne savait pas si elle était capable de mettre sa fierté de côté pour laisser quelqu’un lui enseigner à nouveau comment vivre. Le dédain et l’effronterie restaient ses seules armes, et elles étaient bien dérisoires. Son regard suivit celui de la vampiresse, la jeune femme n’allait pas tarder à se réveiller et ce constat ne fit qu’augmenter le trouble de S’Inna. L’inquiétude presque… Et voilà que la distance qui séparait les deux vampires s’amenuisait encore davantage, la rouge susurrant maintenant des mots à son oreille.

« Première leçon : boire sans tuer. »

La vampire s’éloignât finalement, mettant fin à cette proximité troublante, pour se pencher sur la jeune victime enfin de… la déposait dans les bras de S’Inna ? Cette dernière, bien qu’étonné, comprenait parfaitement ou son aîné voulait en venir.

« Ne serait-ce pas un plaisir de pouvoir succomber à tes envies sans avoir ces vieux fous d'un autre temps qui puissent te reprocher quoi que ce soit ? Si tu ne tues pas... que pourrais-tu avoir fait de mal, en réalité ? Une pauvre petite inconsciente qui s'aventure sur des chemins peu recommandables... Tu lui as épargné un sort bien plus funeste en la trouvant, et cette peur que tu lui as infligé lui fera alors comprendre qu'elle ne doit pas recommencer... Quel geste chevaleresque... »

L’inconnue voulait faire passer la traque de S’Inna pour un geste chevaleresque… ? La jeune femme aurait pu éclater de rire si elle n’avait pas été dans cette posture et plongée dans cette colère. Cette observation était délicieusement déroutante et risible, et pourtant… inespérée. Elle arrivait à faire passait des actes cruels de prédateur pour des actes de bienveillance avec une logique implacable et cela était grisant. Finalement, la rage de S’Inna se calma quelque peu au profit d’une curiosité toujours grandissante. Elle avait raison, épancher sa soif sans aucun risque de représailles, elle ne rêvait que de cela et elle avait presque envie de croire la sincérité qui transparaissait des propos de son aîné. Elle avait presque envie de se laisser tenter, de se laisser aller à l’écouter. S’Inna, posa à nouveau le regard sur la victime gisant dans ses bras, sa tête basculé en arrière et sa jugulaire éclairé par les rayons lunaires à portée de crocs. Elle voyait ses vaines frémir, pouvait presque sentir ce sang frais, débordant de la vitalité de la jeunesse. Elle sentait ses propres yeux changer, son visage commencer à se creuser, ses ongles s’allonger, tout cela sans qu’elle puisse l’empêcher ni le contrôler. Ses lèvres s’entrouvrir et l’envie de plonger ses dents dans cette chaire douce et ferme lui brulaient les gencives.

De nouvelles questions fusaient dans son esprit, des questions qu’elle connaissait bien pour se les être posée tous les jours de sa vie. Elle était née dans ce monde mais en faisait-elle réellement partie ? Tous lui intimaient le contraire, rejeter par les humains, totalement étrangères à la culture des vampires, elle n’avait sa place nulle part alors pourquoi essayer de s’en créer une ? Pourquoi se plier aux règles d’une race ou de l’autre sachant qu’aucune ne lui donner satisfaction. Et pourquoi ressentir la moindre chose pour les humains hormis du dédain quand eux ne ressente que de la haine et de la crainte à son égard? Elle ne faisait pas partie de ce monde ni de l’autre alors devait-elle sincèrement en avoir quelque chose à foutre des règles ? Le cou de cette pauvre fille semblait être la ligne qu’elle n’avait jamais franchie, la ligne la séparant de ce qu’elle était vraiment et ce qu’elle s’employait à contenir en elle pour des raisons qui lui semblaient de plus en plus dérisoires. Alors elle avait envie de le faire sans attendre, de franchir cette ligne, sans retenue, sans remords mais elle releva finalement le regard vers son aîné, sa colère ayant disparu, et d’une voix pleine de supplique, elle demanda :
« Comment suis-je censé faire ? »



You can not go against your nature, then embrace it and relish the blood of condemned. I won't take anyone down if I crawl tonight. Now I gotta wake it up The devil in me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieure
Lun 17 Sep - 0:48
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
La jeune vampiresse qui lui faisait face avait finalement craqué, laissant ses pulsions prendre le dessus sur sa volonté, son désir de sang étant désormais plus fort que celui de plaire aux anciens et surtout au Doyen. Et il fallait bien que jeunesse se fasse après tout... Alors qui allait lui reprocher de commettre quelques petites fautes de temps en temps, alors que cette petite enfant perdue n'était qu'une créature tentant apparemment de se raccrocher à tout ce qu'elle trouvait afin de garder la tête hors de l'eau. Comment était-elle sensée faire ? C'était bien plus complexe à expliquer qu'à réaliser, la vampiresse aux cheveux de feu en avait parfaitement conscience, et les leçons n'étaient pas encore son fort, sauf quand il s'agissait d'infliger multiples douleurs à une victime désignée. Elle avait appris par elle-même à ne pas succomber à sa soif lorsqu'elle plongeait ses longs crocs puissants dans les jugulaires charnues et délicieuses de ces humains qui n'étaient que des tonneaux de sang enveloppés dans de la chair.

« Le contrôle sur soi, il n'y a que ça. »

Ruz Tan se doutait fortement que sa réponse n'allait pas plaire à sa nouvelle petite élève, si elle pouvait la qualifier ainsi bien entendu. Mais quelle autre explication pourrait-elle lui donner si celle énoncée n'était que la vérité pure et brute ? Elle ne pouvait nullement inventer une méthode dont elle ne connaissait aucunement les effets et qui pourrait peut-être se révéler plus dévastatrice que salvatrice. Mais qu'en avait-elle à faire après tout ? Pas grand chose, si ce n'était la perte d'un possible divertissement, un passe-temps qui lui manquait cruellement dans sa vie bien vide d'amusement. Ces humains étaient parfois si pathétiques et prévisibles que la manipulation n'avait plus rien de séduisant... si ce n'était pour satisfaire ses besoins primaires. Mais qu'importait, elle n'était pas là pour étaler sa vie, mais plutôt pour apprendre à cette petite enfant perdue comment se nourrir sans subir le courroux de ses aînés tous plus coincés les uns que les autres.

« Je ne peux rien te dire de plus, ce n'est que la stricte vérité. Cela te prendra du temps, alors ne t'en veux pas de tuer quelques humains au passage, ce n'est pas comme s'il n'y en avait pas des milliers par ville... »

Qu'il y en ait un ou deux qui perde la vie, ça ne changera pas grand chose à leur paresseuse existence. Ils ne faisaient rien d'autre que de se prélasser ou d'avoir une vie des plus inutiles et futiles. Alors qui irait pleurer la mort de l'un d'entre eux, qui n'avait sans doute pas grand monde pour les pleurer justement ? Alors pourquoi se priver, se retenir et jeter quelques échecs à la poubelle ? Il n'y avait pas la moindre honte à avoir, et est-ce qu'un seul des aînés était parfaitement blanc de tout crime qu'ils dénonçaient ? La rouge n'en était pas sûre, bien au contraire même.

Elle se contenta alors d'observer la jeune vampiresse qui avait sa victime dans les bras, la première d'une longue lignée. Sans doute une tentative ratée, mais qui lui en voudrait ? Les enfants faisaient nombres d'erreurs en apprenant, et ce serait le cas de cette vampiresse qui lui faisait face. Et puis, qui plaindrait cette humaine ? Elle n'avait qu'à pas s'aventurer par ici, dans ce cimetière, quelle qu'en soit la raison. Si elle était venue afin de rencontrer quelqu'un, un amant repoussé par les parents de la promise, eh bien il serait alors le prochaine sur la liste. Pourquoi séparer des amoureux, cela était si cruel... Alors puisque la rouquine était chevalier, à en juger par son armure rutilante, pourquoi porterait-elle affront aux vœux qu'elle avait prononcé avant de revêtir l'habit de ces gardiens de la paix de Beauclair ? Ce ne serait alors que justice et un service rendu à ces amoureux éperdus qui avaient choisi la nuit pour les dissimuler aux regards de leur détracteurs. Ce manteau sombre pouvait être fatal, l'ignoraient-ils encore, ces pathétiques humains, vermisseaux qui n'étaient que des paquets de nourriture ambulants et chauffants, pour des créatures qui leur étaient supérieurs. Ils n'avaient alors que ce qu'ils méritaient. Ruz Tan se trouvait encore trop bonne à se retenir de les vider de leur sang... Ils ne méritaient pas une telle indulgence.
S'Inna Lunacy Ahrhan & Ruz Tan Hoal El Damani
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieur
Ven 28 Sep - 23:56
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
C'était décidé, S'Inna n'essayerait plus de faire semblant d'en avoir encore quelque chose à foutre de ce monde. Les seuls moments de plénitude durant lesquelles elle se sentait pleine et entière, c'était ces moments où elle laissait parler ses pulsions et sa violence. Elle ne voulait alors plus jamais se priver de l'infliger autant à ceux qui le méritaient qu'à ceux qui se trouver tout bonnement sur son chemin. À défaut de pouvoir se faire le juge des hommes, elle se ferait leur bourreau. Après tout qui avait décrété qu'ils étaient innocents ? Sous quel critère un manant avait davantage le droit de vivre qu'une autre ? Pourquoi se sentirait-elle coupable pour cette frêle et jeune créature qui ne connaissait pas encore la vie et son horreur ? C'était en effet sûrement un acte de compassion que de l'y soustraire par la peur. Pourquoi les humains ne seraient-ils pas tous coupables ? Les notions de biens et de mal étaient tellement abstraites et subjectives après tout...

Observant toujours sa victime gisant dans ses bras, la réponse à sa question tomba, et S'Inna s'était attendu à autre chose, un conseil plus concret. Elle fronça un sourcil se demandant si la vampiresse se moquait d'elle. Mais elle réalisa bien vite qu'il était difficile d'expliquer cela avec des mots. C'était une chose qu'il fallait sentir, à laquelle il fallait s'abandonner et s'habituer pour en devenir le maître. La rouge avait sûrement  raison après tout, ce n'est pas le genre de comportement inné qu'il suffit d'une fois pour contrôler. Il y allait sûrement avoir des échecs, mais aucune expérience et avancée ne peuvent se faire sans un minimum de casse. De plus elle n'était plus à cela près maintenant qu'elle rapportait des cobayes, des êtres vivants tout de même, à son associée magicienne. Alors des humains... Qu'avaient-ils en plus ? À côté d'elle, ils n'étaient rien.

Un gémissement de la jeune femme fit sortir S'Inna de son introspection. L'inconsciente était sur le point de se réveiller et elle ne pouvait le permettre. Ses cries se reprendraient dans la nuit, pouvant attirer l'attention de curieux intempestifs ou d'imprudents voulant jouer les héros et la jeune rousse avait déjà suffisamment à faire avec une victime.

Une dernière hésitation. Les yeux de la jeune fille frémissaient derrière ses paupières et elles s'entre-ouvrirent fébrilement avant de s'écarquiller d'horreur et de douleur la seconde d'après. Elle n'eut pas le temps de parler, ni même de crier. Sa peau était déjà déchirée par les crocs de la vampiresse empêchant le moindre son de franchir la barrière de sa gorge.

S'Inna sentit ce délicieux liquide de vie glisser dans sa bouche, réchauffer son corps et imprégner une euphorie enivrante dans chaque parcelle de son être. Elle sentit comme un souffle de soulagement se reprendre dans tout son corps en même temps que le sang de la jeune victime. Un délice tel, une euphorie absolue si bien que le monde semblait disparaître autour d'elle, elle ne remarquait même plus les gémissent de sa victime, ne voyait pas la réaction et le regard de sa congénère. Seul le sang comptait, envahissant son esprit. Elle se laissait emporter par l'envie, ses crocs s'enfonçant toujours plus profondément, déchiquetant encore davantage la délicate peau de l'imprudente si bien qu'en lieu et place de la fine blessure qu'aurait dû infliger ses crocs, une monstrueuse ouverture béante et dégoulinante déverser l'élixir vermeil sur la haut du corps de la victime jusqu'à la gorge de S'Inna, sur la peau frêle de la jeune fille, sur ses vêtements devenant aussi rouges que les cheveux de l'observatrice de la scène.

S'Inna savait qu'elle devait s'arrêter, mais il était si dur de résister à cette merveilleuse sensation, au plaisir de sentir la vie quitter le corps de sa proie. Elle ne pensait plus à rien, n'entendait plus rien, il n'y avait plus que le sang et sa puissante, écrasante et évidente supériorité.

Le contrôle sur soi. Les mots résonnèrent dans son esprit.

La vie n'avait pas quitté le corps de la jeune femme lorsque S’Inna releva les yeux vers son aîné. Sa victime retomba lourdement au sol, une blessure monstrueuse sur sa fine gorge, mais elle vivait. Du moins les quelques secondes qui suivirent sa chute. Un dernier gémissement franchit ses lèvres et son cœur cessa de battre.

S'Inna aurait pu sentir l'euphorie laisser place aux remords, mais il n'en fut rien. Elle n'avait pas survécu à sa blessure, mais il demeurait un peu de sang dans ses veines. Ce n'était pas un échec total, simplement la première tentative d'une longue liste. La blessure, quant à elle, ressemblait davantage à la morsure d'un animal féroce qu'à celle d'un vampire, S’Inna s'étant laissé emporter par sa soif. Elle se rappela alors la première fois qu'elle avait bu, sa victime était dans un état similaire. Cette soirée marquait le début d’un nouveau commencement.

S'Inna releva les yeux vers son aîné, sentant ses propres membres trembler sous l'effet de l'excitation de ce crime délicieux. Elle n'avait pas ressenti une telle euphorie depuis sa toute première victime qu'elle avait d'abord tentée d'oublier. Mais pourquoi oublier une sensation si douce et si puissante ? Elle ne voulait plus de ses règles, de cette retenue et cela se voyait. C'était la première fois que cela était autant une évidence pour la jeune femme. La première fois qu'elle l'acceptait enfin et elle remercia intérieurement cette inconnue de le lui avoir fait réaliser.

« Merci pour le conseil, la pratique semble le seul moyen de régler les détails » annonça-t-elle finalement en faisant référence au corps inerte. « Je serais curieuse de savoir ce que vous auriez d’autre à m’apprendre… » Poursuivit-elle en réalisant qu’elle ne connaissait toujours pas le nom de cette inconnue. En réalité des choses à lui apprendre, il y en avait pléthore, ne connaissant rien sur le monde d’où sa race venait et peut-être qu’elle trouverait un bon professeur en la personne de cette femme dont les intentions étaient encore inconnues de la jeune vampire.


You can not go against your nature, then embrace it and relish the blood of condemned. I won't take anyone down if I crawl tonight. Now I gotta wake it up The devil in me
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Vampire Supérieure
Mer 24 Oct - 2:06
Voir le profil de l'utilisateur
Une leçon de vie
La scène était des plus intéressante aux yeux de la vampiresse aux cheveux couleur feu. Elle n'en loupa pas la moindre miette, son regard posé sur sa possible nouvelle apprentie et sa victime, avec intérêt et une légère pointe de sadisme et de satisfaction, elle ne pouvait le nier. La plus jeune, cette enfant aux longs crocs, avait encore beaucoup à apprendre avant de pouvoir se maîtriser... Mais qu'était un petit cadavre humain, ou bien peut-être une dizaine, comparé à la puissance qui sommeillait en eux ? Les Vampires Supérieurs, créatures ô combien puissantes et ayant les capacités de régner sur ce monde de mortels insignifiants qui ne devaient leur salut qu'à la magnanimité des Vampires. Ils devraient se prosterner devant eux de leur plein gré, et offrir leurs cous et leur sang délicieux, comme ils donnaient à leurs soi-disant dieux. Les maîtres divins de cette terre, c'était eux, les Vampires Supérieurs. Elle ne manquerait pas de l'enseigner à cette enfant perdue, qui était bridée par ces doyens aveugles.

Le sang coulait, partant du corps frêle de l'humaine, nourrissant celle qui avait les capacités d'une Déesse. La peur se lisait dans son regard, parcourant son corps qui lui se vidait lentement de toute vie et vitalité. Il semblerait donc que sa rouquine apprentie ne se maîtrisait terriblement pas... Eh bien il était donc de son devoir qu'elle s'était donné elle-même, de lui enseigner à être une maîtresse de la nuit. Bientôt, toute vie quitta la pauvre petite frêle créature humaine qui avait commis l'erreur pour elle de s'aventurer dans ce cimetière, mais la délicieuse chance pour les deux vampiresses. Elle serait le point de départ d'une nouvelle vie pour la plus jeune d'entre elles. Celui-ci fut marqué par le dernier battement de cœur de l'humaine, dont l'âme quitta ce monde de mortels. Cependant, l'odeur du sang parvenait aux narines de Ruz Tan, qui eut un sourire satisfait. Pour une première tentative, ce n'était pas un échec cuisant, elle avait donc un certain potentiel malgré son jeune âge et son absence d'expérience. Ce ne serait véritablement qu'une question de temps avant qu'elle ne se maîtrise totalement.

Son sourire s'élargit en la voyant aussi excitée par son propre exploit. Mais sans cela était davantage du à ce fluide si délicieux et vital qui coulait dans sa gorge et qui lui redonnait un coup de vigueur. À croire qu'elle n'avait assouvi sa soif depuis fort longtemps... sans doute bien trop longtemps pour rester mentalement et physiquement saine. Une chance alors qu'elle était passée par là pour lui redonner raison, qui sait si elle ne serait tout simplement pas tombée en poussière. Pauvre petite créature qui se pliait aux ordres de ces doyens si démodés et qui pensaient que leur devoir était de protéger ces insectes insignifiants que sont les humains. N'avaient-ils donc pas compris quelle incroyable source de jouvence ils avaient à portée de main, et même juste de crocs ? Un divertissement constant en plus d'un breuvage délicieux.

« En effet. Mais cela viendra avec le temps, n'aie pas peur et surtout, ne te refrènes jamais. »

Cette petite enfant devait accepter sa nature profonde et en aucun cas la repousser. C'était ainsi qu'elle parviendrait à se maîtriser et à développer tout son potentiel qui sommeillait en elle, prisonnier de vertus idiotes.

« Je pourrais t'apprendre bien des choses. Maîtriser tes dons, par exemple, mais avant tout, il va falloir te libérer. Ne te restreins pas, en aucune façon, sinon, comment pourrais-tu être toi-même ? Comment pourrais-tu tout simplement être heureuse ? Et je ne veux rien en échange... T'enseigner m'apportera déjà quelque chose qui m'intéresserait : me divertir. C'est tout ce que je recherche. Si tu savais ce que la vie parmi les humains peut être monotone si tu ne sais pas varier les plaisirs... »

Elle devait se trouver constamment de nouveaux jeux, jouets même, pour ne jamais s'ennuyer. Redoubler d'imagination était parfois bien difficile, et même contraignant car si les idées fleurissaient, il n'y avait pas forcément la possibilité de les réaliser. Son principal divertissement consistait à se jouer des humains, à la manipuler et les réduire en esclavage volontaire. C'était si amusant de les voir se plier aux moindres de ses ordres avant même qu'elle n'ouvre les lèvres pour prononcer un seul mot.

« Oh... Quel manque de savoir-vivre je fais preuve... Je me nomme Ruz Tan. Ruz Tan Hoal El Damani. Et toi, quel est ton nom, mon apprentie... ? »
S'Inna Lunacy Ahrhan & Ruz Tan Hoal El Damani
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers: