AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Administration :: Fosse commune :: RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Quand les chemins se croisent et s'entremêlent
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Galaad Arioni
Race Race : Humain
Profession Profession : Sorceleur
Habite à Habite à : Novigrad
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :

Galaad Arioni
This will be quick and painful.



Ven 7 Sep - 23:20
Voir le profil de l'utilisateur


Quand les chemins se croisent et s'entremêlentGalaad & ElijahSes mots lui faisait du bien, même s'il ne s'en rendait sûrement pas compte. Il était heureux de les entendre, même s'il ne les méritait pas. Il ne savait pas vraiment si l'homme à côté de lui était réellement en train de lui pardonner en quelque sorte ou s'il se mettait simplement devant les faits en comprenant qu'il ne pouvait pas les changer et qu'il ne servait à rien de vivre dans la haine. Sauf que voilà, Galaad savait très bien qu'il aurait été incapable d'en faire autant et qu'il était reconnaissant pour ça. Surtout que ses mots, ses mots l'intriguaient en plus de l'apaiser. Il disait avoir mis fin à la vie de son frère, ce qui n'était d'une part pas impossible mais surtout probable. Ils n'avaient pas pu l'achever ce jour-là, peu de choses peuvent tuer un vampire supérieur si ce n'est un autre vampire supérieur. Son acte devenait alors encore plus monstrueux, puisqu'il avait forcé un homme à devenir fratricide. Quoi qu'il en dise, il avait eu le choix. On avait toujours le choix, ou presque. Il se montrait aujourd'hui intransigeant face à ceux qui commettaient des erreurs, il en oubliait les siennes. En quelque sorte, ça lui était bénéfique de se retrouver confronté à ses méfaits.

- Je suis désolé, Elijah. Je suis désolé que mes actes aient entraînés la mort de Lysandre.

Ça avait de l'importance pour lui de dire ces prénoms. Ça rendait tout plus réel. C'était plus concret qu'avoir tué un hypothétique frère d'un hypothétique vampire. Là, il s'agissait de Lysandre, le frère d'Elijah, le vampire qui était face à lui en train de boire sa bière. Rien de plus concret. Même si c'était effectivement la guerre, qu'il s'était déjà excusé et qu'il n'était en effet qu'un pion sur un échiquier bien trop dangereux pour lui, il tenait à lui dire. Parce que même après des siècles d'existence, la douleur se voyait toujours dans ses yeux lorsqu'on l'évoquait, ça s'entendait aussi dans sa voix. Ce qui prouvait encore une fois qu'il avait eu plus que tort ce jour-là.

- Et même si c'était la guerre, ça excuse pas tout. Ça excuse même rien du tout en fait. La guerre, c'est qu'un prétexte que les humains utilisent pour faire leurs saloperies. Mais bon tu dois être plus calé sur le sujet que moi.

Il en était même sûr. Il n'avait pas fait beaucoup de guerre, il n'en avait même fait aucune. Il avait éventuellement pu prendre part à une bataille par-ci par-là, parce qu'il le voulait ou parce qu'il y était contraint mais il n'avait jamais réellement pris position dans une guerre. De toute façon, les grands de ce monde prenaient les sorceleurs au mieux pour des diminués, au pire pour des brutes qu'ils pouvaient engager comme tueur à gages quand ça les arrangeait. Une de ses plus grandes hontes était d'ailleurs d'avoir contribué à renforcer cette idée dans les têtes des puissants.

Entre autres choses.

Il prit le temps de boire une bonne partie de sa bière avant de continuer, trouvant un certain réconfort à sentir les arômes du liquide envahir ses sens.

- En tout cas, ce qui est fait est fait. Comme tu dis. Et même si je le veux, je ne peux pas revenir en arrière. C'est comme ça.

C'était à la fois triste, terrifiant et affreusement vrai.

- T'as quel âge au fait ?

Il avait demandé ça sans réfléchir, d'une part parce qu'il ne réfléchissait pas très souvent et d'autre part parce que ça l'intriguait réellement. Et qu'ils n'allaient pas parler de cette sombre histoire éternellement. Le vampire semblait disposé à discuter à présent, alors autant en profiter pour en apprendre un peu plus. Il connaissait peu son espèce et même s'il ne paraissait que la trentaine, Elijah devait traîner avec lui des siècles de connaissances et d'anecdotes.

Un parfait compagnon de beuverie, donc.
©️️Justayne






« I'll be good »
A million mile from home, I’m walking ahead, I’m frozen to the bones, I am. A soldier on my own, I don’t know the way. I’m riding up the heights of shame. I’m waiting for the call, the hand on the chest. I’m ready for the fight, and fate. c .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Nyx Caedreach
Race Race : Vampire Supérieur
Profession Profession : Main droite d'Elerinna, Baronne de Novigrad ; propriétaire d'un petit hôtel des ventes pour des antiquités le jour, la vente de drogues, d'organes et d'humains la nuit.
Habite à Habite à : Novigrad.
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Elijah Nyx Caedreach
The Crow : right hand of secret lust



Dim 23 Sep - 12:33
Voir le profil de l'utilisateur
Galaad & ElijahQuand les chemins se croisent et s'entremêlent. L'histoire d'un chasseur et d'un fantôme parcourant les âges et les époques, les pays et les nations.
Tu n’arrivais qu’à peine à croire que tu discutais de la guerre et de ton frère avec celui qui l’avait poussé à sa mort. Malgré tout, cela te faisait du bien de parler de ton frère, tu en avais si rarement l’occasion. Lysandre était devenu un sujet secret, le seul sujet au monde qui pouvait te pousser à prendre le chemin de la rébellion et mettre une ville à feu et à sang sans le moindre remord. Ceux qui savaient et qui avaient osés glisser son nom à tes oreilles étaient morts, dans des souffrances que tu ne t’infligerais même pas à toi-même, et pourtant, la haine que tu éprouvais à ton nom suite à cet acte était grande. Mais tu ne supportais pas que l’on parle de lui, qu’on évoque ne serait-ce son nom sans en savoir les conséquences. Malheureusement pour lui, Galaad savait et c’était pour ça que tu ne l’avais pas tué, aussi. Tu ne parlais donc pas de Lysandre, de la personne qu’il était, de tout ce qu’il avait entreprit ici et ailleurs, de sa bonté, de sa foi inexorable en l’être humain, tu n’en parlais pas. Parce que la douleur était là, lancinante, cachée derrière tes entrailles, enserrant ton âme de ses griffes amères. Tu étais un enfant qui n’arrivait pas à se détacher de la douleur, de l’impuissance de la mort, tu étais triste. Malgré toute l’animosité que tu éprouvais à l’égard du sorceleur, une part de toi était heureuse, presque soulagée de pouvoir parler de celui qui portait tant d’espoirs dans ta personne, celui qui t’avait vu grandir et devenir ce qui se rapprochait le plus d’un leader dans votre monde, celui qui aurait pu te faire aimer ce monde. Tu fermas les yeux, doucement, aux excuses du sorceleur, prenant une inspiration légère avant de rouvrir tes pupilles bicolores. « Même si je ne doute pas de la sincérité de tes excuses, ne t’excuses pas. Les excuses ne ramèneront pas son âme et ne me rapporte aucun réconfort, pour être honnête. Il.. Il ne voudrait pas d’excuses non plus. Il disait toujours qu’il avait bien vécu et que si il pouvait mourir après avoir aidé des innocents, il serait heureux. Les excuses sont inutiles. D’autant plus que j’éprouve un certain réconfort à en parler, c’est rare. » Il était vrai que pour toi, les excuses n’apportaient que plus de douleur que de réconfort, tout comme il était vrai que ton frère était bien plus proche des humains que des vampires sur bien des points. A ton inverse. Après avoir commis l’acte le plus impardonnable qui soit, tu aurais été capable de tout :  brûler ce monde dans une bataille interminable et destructrice, tuer chaque être qui se trouvait trop proche de toi et dont le regard était légèrement trop en biais, tu aurais pu tout détruire mais tu n’en avais rien fait. « Je suis bien d’accord avec cela. La guerre est un outil, une excuse pour une folie proprement humaine. Détruire des vies innocentes n’a jamais été bénéfique à qui que ce soit si ce n’est les hautes têtes couronnées et leur besoin de pouvoir et de conquête. Mais il y a toujours des innocents dans les tirs croisés. »

La guerre était un fait humain. Tu ne voulais pas leur ressembler sur ce point là. Tu ne voulais pas coloniser ce monde seulement parce que la vengeance t’y poussait, tu ne voulais pas devenir une machine de guerre, un outil pour la rébellion. Tu savais qu’il y avait des vampires, dans les bas-fonds, qui planifiaient déjà une guerre destructrice contre les humains, par vengeance, ressentiment et haine. Tu ne voulais pas en faire partie. Pas pour l’instant. On t’avait suffisamment enlevé comme ça et tu ne souhaitais à personne de vivre la même chose. Ta vie était longue, tu aurais largement le temps de participer à ce genre de mutinerie. Pour l’instant, ce n’était pas d’actualité. Le passé était fait, le présent était là et le futur était à venir et tu essayais le plus possible de ne pas envisager le futur. Tu partais bien trop vite dans la tristesse de ta solitude éternelle, obligée par ta longue vie et par la triste réalité que personne ne souhaiterait passer sa vie avec un vampire névrosé, rongé par son passé et lâchement coupable de ses propres désirs. Tu hochas doucement la tête aux mots du sorceleur avant de reprendre une gorgée de ta bière, laissant le liquide imbiber très légèrement tes sens. Il te fallait plus de deux bières pour ressentir quelques effets salvateurs du liquide, selon les mots humains. La question du sorceleur te fit doucement tiquer, proposant alors à tes iris bicolores de se poser sur lui, interrogatrices du pourquoi cette question. Même si il était évident que le sujet de ton frère devait être abandonné, il y avait meilleur sujet que ton âge. « 626 années sont derrières moi. 203 depuis que je suis ici, dans ce monde. » Tu répondis, le regard toujours interrogateur avant que tu ne retournes la question au sorceleur, par politesse humaine. « Et toi, sorceleur ? Il est de notoriété publique que vous pouvez vivre plus longtemps que les êtres humains lambda. Vos mutagènes sont la cause, il me semble. Je ne suis pas expert. »
©️ 2981 12289 0


TAKE MY HEART, MAKE IT GLOW

If you are the sun then I wanna be the moon. I wanna reflect the light that shines from you and if this is war then I'm gonna draw my sword, this time I know what I am fighting for. I wanna let you know I want everything you are. I'm the one knocking on your door making all this noise, Whatever it takes I give it all away. I wanna show my love in a thousand ways.


Revenir en haut Aller en bas
Galaad Arioni
Race Race : Humain
Profession Profession : Sorceleur
Habite à Habite à : Novigrad
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :

Galaad Arioni
This will be quick and painful.



Sam 20 Oct - 17:02
Voir le profil de l'utilisateur


Quand les chemins se croisent et s'entremêlentGalaad & ElijahLe sujet était encore délicat, Galaad le voyait bien. Et pour que Galaad s'en aperçoive, il fallait tout de même que sa peine soit encore palpable. Parce que le sorceleur ne faisait pas dans la dentelle, jamais. Il n'était pas de ceux qui allaient chercher trop loin des explications tordues aux soucis tordus des gens. Chacun ses affaires, c'était une sorte de règle qu'il ne brisait jamais. Mais là, c'était évident. Malgré sa volonté de le cacher, c'était évident qu'Elijah souffrait encore. Pas étonnant. Il s'agissait de son frère, et quand on vivait 626 putains d'années, c'était tout de même sympa d'avoir un compagnon éternel pour partager ses jours. Galaad se sentirait bien seul, sans la présence d'autres sorceleurs, ce qui lui donna envie de s'excuser de nouveau. Mais le vampire avait été clair, pas d'excuses. Plus d'excuses. Galaad était assez d'accord avec lui, même s'il savait qu'il était tout de même important d'en présenter. Il ne le ferait plus, sur ce sujet. De toute manière, il ne comptait pas non plus ramper à plat ventre, ce n'était pas son habitude.

- 626 ans, et ben. T'es plus tout jeune, mon petit.


Mon petit. Contradictoire non ? C'était un réflexe. Galaad avait pris la mauvaise habitude d'appeler tout le monde mon petit, puisque tout le monde était plus petit que lui. On le lui reprochait souvent d'ailleurs. Mais il s'en foutait un peu, lui ça le faisait marrer. Et puis il n'avait aucune envie de parler de guerre et de frère torturé. Il n'en avait plus envie du moins, et il était presque sûr qu'Elijah ne voulait pas non plus en faire sa soirée. Néanmoins, il ne put s'empêcher de grimacer légèrement lorsque le vampire lui retourna la question. C'était un sujet un peu délicat pour lui, mais il ne pouvait pas lui en vouloir puisque c'était lui qui avait lancé le sujet.

Galaad, mentait sur son âge.

Sauf qu'il se faisait toujours cramer, parce qu'il était vraiment très mauvais à ce jeu là. Mais il préférait mentir plutôt d'avouer qu'il était plus proche de la centaine d'années que de la cinquantaine. C'était plus fort que lui, il ne s'était pas vu vieillir. Bien sûr, il était loin d'être le plus âgé des sorceleurs et en avait conscience. Mais 85 ans, c'était beaucoup trop vieux. Dans sa tête, il n'en avait que trente si ce n'est moins.

- La quarantaine, je crois.

Et il finit sa bière, puis en commanda une autre.

- Je suis pas un expert non plus figure toi, j'écoutais jamais quand on nous en parlait. Je crois que ce qu'il y avait de plus douloureux dans la formation, c'était ça. La théorie. Chiant à mourir. Le reste c'était presque du gâteau à côté.

Et là par contre, il ne mentait pas. Il avait réellement détesté toutes ces heures de cours, puisqu'il ne voulait pas devenir sorceleur. Galaad pouvait se montrer patient quand quelque chose l'intéressait, mais les différentes formes de nécrophages que l'on pouvait trouver... ça non. Ça ne le passionnait pas le moins du monde.

À l'époque. Après il était bien content de les connaître.
©️️Justayne






« I'll be good »
A million mile from home, I’m walking ahead, I’m frozen to the bones, I am. A soldier on my own, I don’t know the way. I’m riding up the heights of shame. I’m waiting for the call, the hand on the chest. I’m ready for the fight, and fate. c .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Nyx Caedreach
Race Race : Vampire Supérieur
Profession Profession : Main droite d'Elerinna, Baronne de Novigrad ; propriétaire d'un petit hôtel des ventes pour des antiquités le jour, la vente de drogues, d'organes et d'humains la nuit.
Habite à Habite à : Novigrad.
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Elijah Nyx Caedreach
The Crow : right hand of secret lust



Lun 22 Oct - 12:34
Voir le profil de l'utilisateur
Galaad & ElijahQuand les chemins se croisent et s'entremêlent. L'histoire d'un chasseur et d'un fantôme parcourant les âges et les époques, les pays et les nations.
Ta vieillesse, un sujet dont tu ne discutais qu’avec ceux qui étaient au courant de ta nature. Même avec eux, tu n’en parlais que peu. C’était un détail insignifiant écrit sur un papier quelque part, le chiffre augmentant chaque année. Tu n’étais même pas sûr de l’exactitude de ce chiffre, mais il avait une certaine importance. Il te rattachait à ton ancien monde et à celui-ci d’une certaine manière. C’était un moyen de te souvenir que tu avais vécu dans ton monde et c’était un moyen de te fondre ici, de te rappeler que tu étais là et pas perdu dans des souvenirs annihilés par ta mémoire moins vivace que par le passé. Six cent vingt-six. Un humain ne pouvait s’imaginer vivre si longtemps et pourtant… Le temps passait bien plus rapidement que prévu, surtout quand on faisait autant de choses que toi. Et pourtant, tu n’étais pas le plus actif des vampires que tu avais rencontré. Tant avaient fait plus, certains jouaient dans la politique même et avaient dirigés le monde pendant quelques décennies avant de disparaître. Tu n’étais qu’un pion sur un échiquier bien plus grand, tu avais juste l’avantage de vivre plus longtemps, de voir plus de choses, d’avoir plus d’aventures à compter et plus de paysages à décrire. Mais finalement, ce n’était qu’un luxe comme un autre, rien de si grandiose. Rien qui ne méritait de longs débats et de longues tirades. Un chiffre parmi tant d’autres, une vie parmi des milliers qui se battaient pour garder un semblant d’âme. Tu eus un léger petit rire nasal, laissant sourcils monter et descendre naturellement à la remarque du sorceleur à tes côtés. Tu tapotais doucement tes ongles contre le verre de bière, amusé par la réaction du sorceleur. « Pour un vampire, je suis jeune, figure toi. » Tu lanças, en souriant très légèrement. Ton air morne allait revenir bien assez vite alors te laisser avoir pour quelques sourires n’allait probablement pas te tuer, pas tout de suite en tout cas.

Tu levas un sourcil lorsque le sorceleur te répondit par un mensonge. Pourquoi se donner la peine de te mentir à toi ? Tu n’aimais pas que l’on te mente. Tu pouvais bien sentir que le sorceleur était plus vieux que la quarantaine, cela se sentait dans son expérience, dans sa façon de bouger, de vivre, la façon dont ses yeux captaient les éléments autour de lui. Il ne pouvait pas avoir juste quarante ans. Il ne pouvait pas avoir tué son frère en ayant à peine 20 ans, à peine évadé de l’enseignement si strict des sorceleurs. « Mensonge. » Tu soufflas. Ce n’était ni un reproche ni une demande d’explication, juste un constat. Tu observas du coin de l’œil la réaction du sorceleur avant de finir ta propre bière et de mimer le mouvement de Galaad pour en recommander une autre. Après tout, tu l’avais plutôt bien méritée. Tu esquissas un nouveau sourire en imaginant le grand gaillard à tes côtés en étudiant passablement ennuyé par ce que les anciens sorceleurs essayaient de lui apprendre. « Mais la théorie est nécessaire, n’est-ce pas ? Tout comme l’apprentissage de ses si gros volumes sur les montres, ces encyclopédies si fiables et si chères au cœur des tueurs de monstres. » Tu en avais parcourus plus d’un durant ta vie, et tu devais bien avouer qu’il y avait une certaine fiabilité dans ses bouquins, sauf peut-être sur ce qui concernait les vampires. Vampires inférieurs, c’était bon. Le supérieur, c’était à croire qu’aucun sorceleur n’en avait véritablement combattu un et en était sorti vivant. Et il y avait des survivants.

©️ 2981 12289 0


TAKE MY HEART, MAKE IT GLOW

If you are the sun then I wanna be the moon. I wanna reflect the light that shines from you and if this is war then I'm gonna draw my sword, this time I know what I am fighting for. I wanna let you know I want everything you are. I'm the one knocking on your door making all this noise, Whatever it takes I give it all away. I wanna show my love in a thousand ways.


Revenir en haut Aller en bas
Galaad Arioni
Race Race : Humain
Profession Profession : Sorceleur
Habite à Habite à : Novigrad
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :

Galaad Arioni
This will be quick and painful.



Dim 30 Déc - 0:58
Voir le profil de l'utilisateur


Quand les chemins se croisent et s'entremêlentGalaad & ElijahMensonge.

Comment ça mensonge ?

Oui, bien sûr qu'il mentait. Mais il ignorait bien comment le vampire l'avait deviné. Ce n'était certainement pas en regardant son visage exempté de rides ou autres marques de... vieillesse...

Beurk.

En vérité, Galaad ne savait pas vraiment pourquoi il avait si peur de son âge qui ne cessait d'augmenter et qu'il ne pouvait pas retenir. Il avait une expérience de vie bien plus longue que celle des humains classiques pourtant, mais ce n'était pas vraiment ça qui le terrifiait. La mort, il la côtoyait tous les jours, à chaque instant ou presque. La preuve, il ne pouvait même pas boire une bière sans tomber nez à nez avec un homme - ou bien un monstre ? - capable de le tuer en un claquement de doigts. Et qui lui en voulait en plus. Non, sa vie n'était décidément pas une vie tranquille où l'on pouvait espérer vivre vieux. Galaad savait que son heure arriverait plus vite qu'elle n'aurait dû. Ça ne lui faisait pas peur. Au contraire, il préférait mille fois mourir l'épée à la main que seul, dans son lit, grisonnant et décrépit.

Voilà ce qui le terrifiait : la décrépitude.

Galaad aimait trop vivre vite, vivre fort, sans se soucier de son corps et de ses plaintes. Il avait toujours été robuste, il avait simplement peur que ça change. Et puis... il y avait Lunara. Lunara qui respirait encore la jeunesse tandis que lui avait déjà beaucoup trop de bougies sur son gâteau d'anniversaire. Le temps courrait sans se soucier de ceux qui en pâtissaient. Il n'y pouvait rien. Oui, tout ça lui faisait peur. Mais il prenait ça sur le ton de la plaisanterie, lorsqu'on le taquinait en l'appelant "vieillard" ou qu'on le vouvoyez dans la rue. Il parlait alors de sa barbe poivre et sel qui lui donnait un charme supplémentaire et rajoutait en riant que ce n'était pas quelques années de plus qui allaient abattre un arbre centenaire.

Sauf que ça ne le faisait pas rire.

Et qu'il se gardait bien de le montrer.

Bon en l’occurrence, venant de quelqu'un qui avait 600 ans et des poussières, il ne le prenait pas trop mal. Surtout qu'il n'était pas trop compliqué dans sa position de deviner qu'il n'avait en effet pas 40 ans.

Donc pour cette fois... ça passerait.

- Mensonge mensonge... mensonge toi même...

Un gamin. Un bébé. Définitivement bien moins que la quarantaine. Il fit de son mieux pour ne pas lui tirer la langue, c'était peut-être un peu trop.

Mais la langue, il l'avait tiré de nombreuses fois aux sorceleurs qui avaient tenté tant bien que mal de lui inculquer la fameuse théorie dont parlait Elijah. Ah, il s'en était ramassé des coups de livres, comme si ça pouvait l'aider à apprendre quoi que ce soit.

Au fond, il ne leur en voulait plus. Il se serait claqué lui-même à cette époque.

- Je crois que tu en connais plus que moi sur le sujet...

Galaad sourit à sa propre plaisanterie, observant un instant le fond de sa bière. Oui, la théorie était essentielle. Il l'avait compris lorsqu'il avait frôlé la mort pour la troisième fois. Il arborait des milliers de cicatrices, mais ces trois là évoquaient des souvenirs particulièrement douloureux. Une wyvern, dans le dos. Un coup de griffe, qui avait failli perforer ses poumons. De nombreuses morsures, cadeaux d'une gentille famille d'arachas. Les morsures n'étaient pas dangereuses, leur venin en revanche...

Il ne préférait pas penser à la troisième erreur. C'était encore douloureux.

Oui, Galaad en avait commis de nombreuses avant de finir par écouter les plus vieux. Il s'était penché bien tard sur ces livres, trop tard. C'était même un miracle qu'il ait tout de même réussi à survivre.

- Oui, la théorie est nécessaire. J'étais trop con pour m'en rendre compte à l'époque, mais oui. Bien sûr qu'elle est nécessaire. J'ai des cicatrices qui le prouvent.

Littéralement. Et il n'en tirait aucune fierté, il ne plaisantait même pas pour une fois. Lunara s'était souvent plaint de son enseignement trop dur, trop rigide. S'il avait agi ainsi, c'est parce qu'il connaissait les dégâts que le manque de connaissance causait. Il avait voulu lui éviter les désagréments que lui, incroyable tête de linotte, avait subi.
©️️Justayne






« I'll be good »
A million mile from home, I’m walking ahead, I’m frozen to the bones, I am. A soldier on my own, I don’t know the way. I’m riding up the heights of shame. I’m waiting for the call, the hand on the chest. I’m ready for the fight, and fate. c .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Nyx Caedreach
Race Race : Vampire Supérieur
Profession Profession : Main droite d'Elerinna, Baronne de Novigrad ; propriétaire d'un petit hôtel des ventes pour des antiquités le jour, la vente de drogues, d'organes et d'humains la nuit.
Habite à Habite à : Novigrad.
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Elijah Nyx Caedreach
The Crow : right hand of secret lust



Mer 2 Jan - 12:24
Voir le profil de l'utilisateur
Galaad & ElijahQuand les chemins se croisent et s'entremêlent. L'histoire d'un chasseur et d'un fantôme parcourant les âges et les époques, les pays et les nations.
Il ne t’était pas difficile de remarquer le léger tumulte que tu avais créé chez ton interlocuteur en faisant remarquer son mensonge. Il ne pouvait avoir à peine la quarantaine. Tu n’étais pas stupide, et il était assez simple de voir le mensonge quand on avait des faits dans les mains. Tu te souvenais assez bien de son visage et de sa stature pour pouvoir révéler qu’il était le même qu’il y a onze ans, lorsqu’il avait tué ton frère sur les pavés cintriens. Et son style de combat, il ne pouvait être un apprenti. A quarante années, tu avais bien compris que les sorceleurs n’étaient pas encore totalement aptes à parcourir la Voie seuls, généralement encore sous le concours d’entraînements épuisants et d’autres oeils assidus sur leurs postures. Tu en savais suffisamment pour pouvoir déduire que sa « quarantaine » était un mensonge, tout comme l’était ta « trentaine » par laquelle tu allais ci et là te présenter. Il était toujours plus simple d’élaborer un mensonge pour cacher ses propres peurs ou cacher la vérité à autrui. Néanmoins, au vu des choses placées sur la table, tu estimais qu’un tel mensonge ou une telle omission de vérité n’avait pas véritablement sa place. Tu avais déposé tes six siècles d’existence sur la table, laissant tes ongles gratter la surface de tout ce qui avait créé ta vie en six siècles. Néanmoins, tu ne poussais pas plus que ça le sujet, laissant à Galaad le loisir de dire la vérité ou non. Tu avais simplement énoncé la vérité de son mensonge mais ne poussait pas plus que cela, c’était à lui de voir si il voulait en parler ou non. Un léger rire s’échappa de tes lèvres, très léger, presque silencieux aux mots puériles lancés par le sorceleur que tu toisais de biais, un sourcil arqué. « Hmmm. Peut-être la douzaine, oui, finalement. » Tu lançais, avec une pointe d’humour, essayant de relever l’ambiance qui s’était tassée suite aux différentes conversations glaciales qui avait parcouru votre temps ensemble. Ton humeur était sombre et tu n’aimais pas ce que cela signifiait pour le reste de ta nuit, alors tu essayais, un minimum, de relever tout ça afin que tout ne soit pas perdu dans les abysses des souvenirs mortels.

Tu levas et arquas un nouveau sourcil en sa direction avant que tes iris hétérochromes ne se posent sur le liquide contenu dans ta chope, te laissant aspirer par le doré du houblon et le blanc de la mousse caressant le verre. « Non, loin de là. Tu sais, quand bien même les histoires racontent des amitiés entre vampire et sorceleurs… Elles sont rares, peut-être même inexistantes. Donc, comment pourrais-je en savoir plus que toi à ce sujet ? Vous, les sorceleurs, gardez vos livres théoriques si précieusement qu’il est impossible pour quiconque de les approcher s’il n’aspire pas à devenir comme vous. » Tu mentionnas avant de prendre une gorgée de ta bière. Tu avais essayé, une fois, de demander à un sorceleur de jeter un coup d’œil à l’un de leurs livres théoriques, juste pour voir véritablement ce qui se disait sur ta race. Tu avais fini avec le couteau sous la gorge et une flèche d’arbalète plantée entre tes côtes et des mois de rétablissement, ainsi que l’aide d’un mage pour camoufler la cicatrice qui barrait ton cou par le mouvement du couteau. Tu n’avais plus jamais retenté depuis, te contentant de glaner des informations ci et là grâce à tes contacts, plus aveugles qu’autre chose sur ta nature. Tu reposas ton regard sur le sorceleur, le toisant et cherchant les cicatrices les plus visibles. « Quelle a été ta plus grosse erreur ? Je vois des cicatrices, mais je n’ai pas les histoires derrières. » Tu demandas, naturellement curieux, laissant ton pouce glisser sur le rebord du verre.
©️ 2981 12289 0


TAKE MY HEART, MAKE IT GLOW

If you are the sun then I wanna be the moon. I wanna reflect the light that shines from you and if this is war then I'm gonna draw my sword, this time I know what I am fighting for. I wanna let you know I want everything you are. I'm the one knocking on your door making all this noise, Whatever it takes I give it all away. I wanna show my love in a thousand ways.


Revenir en haut Aller en bas
Galaad Arioni
Race Race : Humain
Profession Profession : Sorceleur
Habite à Habite à : Novigrad
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :

Galaad Arioni
This will be quick and painful.



Sam 12 Jan - 18:35
Voir le profil de l'utilisateur


Quand les chemins se croisent et s'entremêlentGalaad & ElijahGalaad ne put s'empêcher de rire légèrement quand Elijah évoqua la manière quasi maladive avec laquelle ils s'appliquaient à dissimuler leurs précieux secrets aux yeux du monde. Lui aussi ça le faisait rire à l'époque. Il se moquait pas mal des sorceleurs qui faisaient grand cas de leurs petits secrets et autres bouquins poussiéreux sur deux monstres presque aussi affreux qu'eux. Il ne se considérait même pas comme sorceleur à l'époque, plus comme un mercenaire ayant muté. Ils avaient honte de lui. Il avait honte de lui. Une sombre période. Il avait ensuite compris que c'était important de garder ces livres confidentiels, pour toutes sortes de raisons. "Les vampires supérieurs sont assez intelligents pour les bouquiner" en était une.

- Tu manques rien. C'est chiant à crever ces trucs. C'est sans doute pour ça qu'on veut pas que vous les lisiez, sans entrainement c'est presque impossible de survivre à leur lecture.


Il exagérait, mais il avait réellement détesté lire et apprendre toutes ces informations dont il ne voyait aucun intérêt. Galaad n'avait jamais voulu être sorceleur. Il se voyait plutôt dans une belle armure rutilante à sauver la veuve et l'orphelin. Patauger dans la fange pour tuer une abomination, ça n'avait jamais fait partie de ses plans d'avenir. Il avait été vendu comme on vend un cheval, sans aucune explication, sans pouvoir dire au revoir à ses proches. Alors non, bien sûr qu'il n'était pas très motivé à l'idée d'apprendre à tuer des monstres.

Et puis franchement, c'est vrai qu'ils étaient chiants ces livres.

Quant à sa plus grosse erreur... c'était encore délicat pour le pauvre Galaad. Surtout qu'il y en avait beaucoup des erreurs, le meurtre du frère d'Elijah en faisait partie. Mais parmi les erreurs qui avaient failli lui coûter la vie...

- Ma plus grosse erreur... ah ah...

Il se passa une main dans les cheveux, tirant un peu à leur base comme si ce simple geste allait le délivrer de la honte qu'il ressentait encore après toutes ces années.

- J'étais jeune d'accord ?

Et ça n'excusait rien.

Vraiment, rien.

- C'était...

Allez Galaad, un peu de courage.

- Une sirène.

Il descendit sa bière d'une traite pour camoufler ses joues qui devenaient rouges. C'était idiot. Véritablement idiot. Une histoire ridicule dont peu étaient au courant. Ceux qui l'étaient le charriaient encore à propos.

- J'étais amoureux voilà. Et jeune une nouvelle fois, je préfère le préciser. Elle... elle avait plus pour ambition de me dévorer.


Et pas de la façon dont il aurait aimé.

- Je te préviens, si t'en parles, ben je dis à tout le monde que t'es un vampire. Pigé ?


Huit ans et demi donc. Et il ne plaisantait même pas.

©️️Justayne






« I'll be good »
A million mile from home, I’m walking ahead, I’m frozen to the bones, I am. A soldier on my own, I don’t know the way. I’m riding up the heights of shame. I’m waiting for the call, the hand on the chest. I’m ready for the fight, and fate. c .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Nyx Caedreach
Race Race : Vampire Supérieur
Profession Profession : Main droite d'Elerinna, Baronne de Novigrad ; propriétaire d'un petit hôtel des ventes pour des antiquités le jour, la vente de drogues, d'organes et d'humains la nuit.
Habite à Habite à : Novigrad.
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Elijah Nyx Caedreach
The Crow : right hand of secret lust



Sam 12 Jan - 20:42
Voir le profil de l'utilisateur
Galaad & ElijahQuand les chemins se croisent et s'entremêlent. L'histoire d'un chasseur et d'un fantôme parcourant les âges et les époques, les pays et les nations.
Au vu des regards et du flegme du sorceleur, tu comprenais sans trop de mal que la lecture n’était pas un passe-temps, chose qui l’était plus ou moins pour toi. Disons que tu n’étais féru d’aventures littéraires, mais tu étais curieux, et encore plus de savoir ce que les sorceleurs pouvaient recenser comme descriptions et autres détails dans leurs ouvrages. Tu savais également que ta curiosité resterait à jamais ouverte puisque tu ne toucheras probablement jamais un ouvrage de sorceleur, à moins de devenir suffisamment ami avec eux au point qu’ils n’éprouvent pas l’envie de découper ta gorge en petits morceaux. Cela dit, tu ne voulais pas vraiment prendre le risque non plus, même s’ils ne pouvaient pas te tuer définitivement, rien que faussement mourir était douloureux. Un corps qui doit se remettre d’une mort est quelque chose de passablement énervant et particulièrement long en terme de guérison, tu l’avais vécu suffisamment de fois pour ne pas avoir l’envie de réitérer l’expérience, vraiment. Sans façon. Néanmoins, tu pouvais comprendre que les sorceleurs en devenir étaient plus en quête d’actions que d’heures le nez plongé dans la lecture d’énièmes descriptions barbantes sur tel ou tel monstre. Tu pouvais le comprendre même si toi tu y trouvais un certain intérêt. Peut-être était-ce parce que tu avais le temps de ton côté, une infinité que tu pouvais passer à apprendre et à conquérir une culture qui n’était pas la tienne à l’origine. Tu ne pus empêcher le lire silencieux à ses mots, ton regard déviant de son visage pour se plonger dans la contemplation d’une affiche militaire placardée sur le mur de la taverne. « Ca ne m’étonne pas. Je suis surtout curieux de savoir ce que vous écrivez sur nous, les pires ennemis de l’humanité. » L’humour et le sarcasme sont présents dans ta voix alors que tu prononces tes mots. Tu les penses, au fond, bien sincèrement. On vous considère comme tels alors qu’à l’exception de rares événements, vous n’avez jamais attenté à la vie humaine plus que les mages ne l’ont faits durant toute leur histoire depuis la conjonction des sphères. Mais soit, vous preniez votre titre à cœur et vous disparaissiez pour qu’ainsi, vous ne deveniez que des ombres dans un tableau si beau pour les êtres humains qu’ils en oubliaient parfois votre existence même.

Mais ta curiosité allait au-delà des livres, ça allait également dans les histoires que pouvaient te raconter le sorceleur, surtout au vu des cicatrices qui marbraient sa peau de stries plus ou moins rouges ou blanches. Et lorsque tu lui demandas ainsi quelle était sa plus grosse erreur en tant que sorceleur « accompli », ces premiers mots t’attirèrent un sourcil arqué et une moue plus que curieuse. S’il mentionnait sa jeunesse comme première excuse, ça devait être quelque chose, ça tu en étais certain. Et ô dieu que tu ne fus pas déçu quand il te raconta, à demi-mots, ce qu’il s’était passé et tu ne pus t’empêcher de rire. Pas à gorge déployée, non, mais un rire assez franc pour être honnête. « Et dire que l’on vous croit incapable de sentiments, alors ça… La plus grande bêtise sur les sorceleurs, ça. » C’était à se tordre de rire, vraiment. Mais tu te retenais de pouffer plus que tu ne le faisais, et pour cela, rien de mieux que de finir ta bière, masquant ton sourire derrière l’écume de la boisson. Alors là. C’était aussi stupide qu’incompréhensible comme erreur, et pourtant… Le sorceleur qu’il y a peu, tu aurais pu tuer et que tu craignais d’une certaine manière, avait failli mourir à cause d’une sirène, créature aussi enchanteresse que mortelle. « Quand bien même je le dirais, qui me croirait ? Un sorceleur qui tombe amoureux d’une sirène et qui manque de mourir ? Sérieusement, Maître Jaskier payerait cher pour raconter ce type d’histoire. » C’était à mourir de rire, vraiment. Entre ça et une énième balade sur ses conquêtes et on était sur le podium de l’incrédulité. Incroyable. Vraiment. Incroyable.

©️ 2981 12289 0


TAKE MY HEART, MAKE IT GLOW

If you are the sun then I wanna be the moon. I wanna reflect the light that shines from you and if this is war then I'm gonna draw my sword, this time I know what I am fighting for. I wanna let you know I want everything you are. I'm the one knocking on your door making all this noise, Whatever it takes I give it all away. I wanna show my love in a thousand ways.


Revenir en haut Aller en bas
Galaad Arioni
Race Race : Humain
Profession Profession : Sorceleur
Habite à Habite à : Novigrad
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :

Galaad Arioni
This will be quick and painful.



Sam 19 Jan - 2:46
Voir le profil de l'utilisateur


Quand les chemins se croisent et s'entremêlentGalaad & ElijahAu moins, ça le faisait rire.

Parce que lui, ça ne l'amusait pas beaucoup, encore aujourd'hui. Il ne s'était rendu compte de sa méprise une fois sous l'eau, à se battre à contre cœur contre sa dulcinée qui avait manqué de peu de le tuer. Heureusement, c'était finalement elle qui avait rendu l'âme et Galaad s'était contenté de se laisser flotter jusqu'à la rive. Un douloureux souvenir, vraiment, de ses jeunes années de sorceleur inexpérimenté. La petite sirène avait su trouver les gestes pour percer sa carapace de gros dur insensible et de mercenaire sanguinaire. De toute façon, Galaad ne demandait qu'un peu de tendresse à l'époque. Quelque chose pour apaiser sa colère. On lui avait dit que les mutations risquaient d'altérer ses émotions, il ne savait pas tellement si c'était vrai. On ne ressentait pas les choses de la même manière après, mais on les ressentait tout de même. Il avait en vérité commis de bien pires erreurs, certaines ne lui ayant jamais laissé une cicatrice. À la surface du moins. Mais les nuits à ressasser les erreurs passés, à pleurer en silence sur son sort et celui des malheureux qui l'avaient croisés... il ne les avait pas oublié. Il ne le pouvait pas.

- C'est ça, moque toi, on verra bien qui rira le dernier !

Il n'était pas amer, pas le moins du monde. À vrai dire, même s'il l'avait voulu, le rire du vampire était si sincère et si surprenant qu'il ne pouvait pas s'empêcher de l'apprécier. En fait, il se surprit même à l'accompagner.

Après tout, c'est vrai qu'elle était drôle cette histoire.

- Oh non ! Pas encore un de ces maudits bardes !

Cette fois, il ne riait plus. Ah, les bardes. S'il avait pu tous les faire taire, il l'aurait fait sans hésiter. Sauf cette petite qu'il avait rencontré à ce truc de nobles. Elle, elle était gentille. Et elle savait boire, ce qui compensait un peu le fait qu'elle exerce ce terrible métier.

- Fouteurs de merde professionnels ceux-là...

Il en avait croisés, des artistes qui avaient voulu l'engager pour telle ou telle affaire ridicule et grotesque et qui avaient ensuite oublié de le payer. De vraies plaies, qui voulaient tout savoir, tout connaitre, sur tout et pour rien. Enfin si, pour composer leurs stupides poèmes ou autres ballades et pièces de théâtre.

- Il serait capable de te croire et d'écrire un machin. Non par pitié, épargne moi ça.

Il finit sa bière en une gorgée, enfin ce qu'il en restait, et regarda tristement le fond du verre.

- A plus rien...

Galaad haussa finalement les épaules en reposant sa choppe sur le comptoir et fouilla un moment dans sa veste pour trouver ses couronnes. Qu'il avait visiblement toutes bues. Parfait. Elle allait être contente Lunara.
©️️Justayne






« I'll be good »
A million mile from home, I’m walking ahead, I’m frozen to the bones, I am. A soldier on my own, I don’t know the way. I’m riding up the heights of shame. I’m waiting for the call, the hand on the chest. I’m ready for the fight, and fate. c .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Nyx Caedreach
Race Race : Vampire Supérieur
Profession Profession : Main droite d'Elerinna, Baronne de Novigrad ; propriétaire d'un petit hôtel des ventes pour des antiquités le jour, la vente de drogues, d'organes et d'humains la nuit.
Habite à Habite à : Novigrad.
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Elijah Nyx Caedreach
The Crow : right hand of secret lust



Sam 19 Jan - 15:17
Voir le profil de l'utilisateur
Galaad & ElijahQuand les chemins se croisent et s'entremêlent. L'histoire d'un chasseur et d'un fantôme parcourant les âges et les époques, les pays et les nations.
C’était le genre d’histoire qui te rendait hilare dans bien des moyens, véritablement. Comment pouvait-on imaginer, en voyant la carrure du sorceleur, que ce soit possible qu’il se soit fait charmé par une sirène, des créatures aussi dangereuses que belles selon les contes et les histoires qui étaient racontées à leur sujet. Tu n’en avais jamais rencontré, pour être totalement transparent à ce sujet et ce n’était pas vraiment le manque de temps qui te poussait à ne pas y aller, plus l’envie qui était presque inexistante. Elles étaient terrifiantes, rien que par les contes et les mélodies chantées à leur sujet. Tu ne voulais pas vraiment risquer ta peau pour un malheureux chant aussi hypnotique soit-il. Mais l’histoire du sorceleur ne faisait que confirmer ta crainte pour ses créatures des eaux, bien que tu riais doucement à son histoire, prenant un peu de légèreté après toute la lourdeur de vos échanges jusqu’ici. La situation se prêtait assez aisément à ce changement d’atmosphère et tu allais en profiter un minimum, rien que pour calmer tes nerfs déjà bien laissés à vif par les blessures ouvertes à nouveau suite à cette rencontre inopportune. Des plaies encore béantes car la souffrance et le souvenir terrible de ces échecs encore cuisants dans ta mémoire, le rappel éternel que l’invincibilité n’était pas toujours une bénédiction et que les lois n’étaient pas là pour faire jolie. En regardant, avec un peu de recul, cette situation : elle est était totalement particulière, en deçà de toute compréhensibilité tant il paraissait improbable que vous vous retrouviez. Les deux meurtriers de ton frère, assis à un bar, le regard plongé dans l’abysse de la bière, riant autour d’une histoire raconté par le premier, suivit par le second qui laissait sa garde légèrement abaissée pour juste profiter de la douce atmosphère qui régnait, sans tous les soucis et l’ombre du meurtre au-dessus de vos têtes. Ce voile s’était finalement dissipé, pour le bonheur de vos deux humeurs encore tuméfiées par le poids des échecs et des erreurs passées. Il était difficile d’oublier les erreurs et les mauvaises choses qui se sont passées et qui ont tâchées vos mains de sang d’innocents, dans le tumulte d’erreurs et de mauvaises choses. Un passé lourd que tu retrouvais dans la figure du sorceleur à tes côtés. Tu humes juste lorsque ce dernier s’offusque de ta légère moquerie tandis que tu finis doucement ta bière, amusé par sa réaction. Tes yeux trouvent son regard lorsque c’est contre les bardes qu’il s’offusque ensuite. Peut-être une mauvaise rencontre avec l’un d’eux ? Tu ne savais pas, et tu savais très bien qu’il n’y avait pas assez de bière pour pouvoir écumer toute les histoires du sorceleur en une soirée. « Oh, ils ne sont pas si horribles, voyons. Ils sont source de bonnes histoires et à défaut d’avoir un professeur d’histoire sous la main, c’est pas mal. » Alors tu n’étais peut-être pas friand de Maître Jaskier en particulier mais tu devais bien avouer que sans les bardes sur ta route, pleins de choses demeureraient un véritable secret pour toi sur ce monde. Ils t’avaient appris énormément sur ce monde, sur les coutumes et les mœurs, les pensées et les volontés de ce monde et au fond, tu étais bien reconnaissant de les avoir eu sous la main dans tes pérégrinations. Mais tu pouvais comprendre l’énervement du sorceleur quand certains… Etaient plus farfelus et moins réglos que d’autres. Ainsi, tu haussas les épaules. « Très bien, très bien, je ne dirai rien. » tu souffles, un rire silencieux au bord des lèvres alors que tu lèves les bras au ciel, presque comme pour te soumettre à la volonté du sorceleur. Ton œil est attiré par la bière vide du sorceleur qui se repose sur le comptoir. La tienne l’est également et l’envie d’en reprendre une n’est pas présente, malgré la soirée qui s’est finie avec plus de légèreté qu’elle n’avait commencée. En voyant le sorceleur chercher ses couronnes pour que tout soit finalement vide, tu esquisses un sourire avant de piocher dans ta poche pour déposer les couronnes nécessaires aux bières bues. « Tu m’en devras une la prochaine fois sans faute, Galaad. » Tu souris avant de te lever de ton siège, l’odeur de formol bien trop imprégnée dans ton manteau pour que tu aies l’envie de le remettre. Tu te souvenais à peine de quand tu l’avais retiré. Qu’importe. Tu te tournes vers le sorceleur, un sourire sur les lèvres tandis que tes mains trouvent les poches de ton pantalon, tes iris dissonants trouvant les siennes. « C’est ici que nos chemins se séparent pour ce soir, sorceleur. Malgré tout, ce ne fut pas une soirée si désastreuse. Tu pourrais même être de bonne compagnie, à long terme. » Ton sourire s’éteint doucement sur le ton d’humour que tu emplois alors que tes pas commencent à te guider vers la sortie, avant que tu ne sois happé dans une énième tournée, tu avais du travail et tu ne pouvais t’en éloigner trop longtemps sans être rappelé à l’ordre.
©️ 2981 12289 0


TAKE MY HEART, MAKE IT GLOW

If you are the sun then I wanna be the moon. I wanna reflect the light that shines from you and if this is war then I'm gonna draw my sword, this time I know what I am fighting for. I wanna let you know I want everything you are. I'm the one knocking on your door making all this noise, Whatever it takes I give it all away. I wanna show my love in a thousand ways.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sauter vers: