AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Sauf conduit :: présentation :: Ô CITOYEN Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Azraël Elias - Dans ses yeux brille l'espoir
avatar
Race Race : Humaine
Ven 31 Aoû - 2:43
Voir le profil de l'utilisateur
La bonté comme arme face à la noirceur du monde

Azraël Elias
ft. Alicia Vikander
nom: Elias ; prénom: Azraël ; âge: 20 ans ; lieu de naissance: Kovir ; lieu d'habitation: Novigrad, anciennement élève à Aretuza ; date de naissance: 19 mai 1254 ; race: Humaine ; profession: Apprentie magicienne, étudiante en médecine à Oxenfurt et jeune fille au pair dans une riche famille de Novigrad. Oui, elle a un emploi du temps chargé.  ; situation amoureuse: Célibataire ; situation financière: Elle vit chez ses employeurs et paye ses études grâce à son salaire... elle n'a donc pour ainsi dire... pas d'argent. ; orientation sexuelle: Azraël n'a pas encore eu le temps d'y songer sérieusement. Elle est attirée physiquement par les hommes mais n'a rien non plus contre les formes féminines. Elle se pense alors capable de tomber amoureuse d'un homme comme d'une femme. ; groupe: Étudiants

you're a storyteller
"Ton imprudence te perdra, ma fille"


- Azzie !
Elle courait. Elle courait plus vite que le vent, enjambait les plus petits canaux, plongeait dans les plus grands. Elle avait l'impression de voler.
- Attends moi !
Le grand canal. Elle avait la stricte interdiction d'y plonger. Des bateaux y passaient bien trop souvent. Elle jeta un léger regard en arrière et se mit à sourire en voyant son frère autant à la traîne. Elle était rapide, plus rapide que n'importe qui. Et puis intrépide aussi.
Alors elle plongea. Il n'y aurait pas de bateau. Et puis elle s'il y en avait un, elle le sèmerait.
- Attends ! Ne fais pas ça ! Tu sais bien qu'on a pas le droit !
N'entendant plus les protestations de son frère, elle nagea aussi vite que possible pour rejoindre l'autre rive qui lui semblait d'un coup bien loin. Elle commença vraiment à paniquer lorsqu'un énorme rafiot plein de marchandises s'avança dangereusement vers elle. Elle eut beau nager, cela ne suffit pas.
Il l'écrasa.
Elle lutta de toutes ses forces, griffant la coque de ses ongles et hurlant dans l'eau, mais ses poumons se remplirent bientôt et elle se sentit couler. Elle se sentit partir.
Mourir.
Quelques secondes après, une vague bien plus haute que toutes les maisons de Kovir repoussait le bateau au loin.


Azraël.
Un nom aux origines floues, qu'elle ne comprend pas et que sa mère elle-même ne peut pas vraiment expliquer. Elle lui a toujours dit qu'elle avait su comment l'appeler à la seconde où elle l'avait mise au monde. Que ça lui avait paru évident.

Il n'empêche que ses frères l'ont toujours appelés Azzie. Ses frères, son père et ses amis. Née dans une famille de pêcheurs à Kovir, la petite Azraël a grandi dans la pauvreté. Une pauvreté qui ne l'a en revanche jamais dérangé et qu'elle regrette parfois aujourd'hui. Il faut dire que même si leur maison était minuscule, elle était la plus accueillante que la jeune fille n'ait jamais vu. Elle avait grandi au bord de l'eau, dans la rassurante odeur iodée qu'elle n'a plus jamais retrouvé nulle part et dans une famille aimante. Peut-être d'ailleurs que c'était les personnes qui l'habitait qui faisait de sa maison la sienne. En tout cas, il est primordial de dire qu'Azraël a eu une enfance extrêmement heureuse. L'hiver au bord du grand canal, à Lan Exeter et l'été à Pont Vanis. Une enfance heureuse et des plus banales. En fait, tout la prédestinait à une vie banale. Elle aurait dû grandir, épouser un pécheur, avoir des enfants, les aimer, et mourir entourée de sa famille. Elle ne savait pas trop ce qu'elle en pensait à l'époque. À vrai dire, c'était une enfant espiègle. Elle adorait jouer des tours aux adultes et partir en vadrouille avec ses frères. Un véritable garçon manqué, toujours couverte de crasse. Elle passait son temps à escalader les rochers ou les toits des maisons de Pont Vanis et n'était pas du genre à se poser des questions sur son avenir. Elle n'aspirait à rien d'autre qu'à ce qu'elle avait et en profitait grandement.

Tout aurait pu continuer ainsi, s'il n'y avait pas eu cet incident lors de cette énième imprudence. La mer était calme ce jour-là, et une vague d'une telle envergure ne naissait jamais dans un canal. Et pourtant, ses parents ont préféré ignorer ce qui sautait pourtant aux yeux. L'ignorer réglait tout leurs problèmes, même s'il n'arrivait pas à l'expliquer. Après tout, les magiciennes étaient des femmes dangereuses, et leur fille n'était certainement pas l'une d'elle.

Seulement, la magie de la petite Azraël était bien présente. Pire que ça, elle la dévorait. Ses pouvoirs provoquèrent bientôt d'autres incidents plus ou moins grave et encore plus perturbant, la brunette rêvait. Plus le temps passait plus Azzie passait des journées entières dans sa chambre à dormir. Lorsqu'elle émergeait, c'était toujours avec un air absent ou simplement traumatisé.

Un ciel bleu. Un magnifique soleil. Pas une seule brise. L'air chaud sur son visage. La musique des vagues qui mourraient sur le sable...
Puis tout tournait au vinaigre. Un vinaigre affreusement acre. Le ciel se couvrait, le vent se levait et la nuit tombait d'un coup, l'enveloppant et la plongeant dans le noir le plus complet. Elle était gelée. Alors qu'elle se disait que ça ne pouvait pas être pire, des cris se firent entendre.
De plus en plus fort.
Jusqu'à ce qu'elle leur supplie d'arrêter.

Le lendemain, un marin était victime d'un accident de travail et avait succombé à ses blessures au bout d'une lente agonie. Ses cris résonnaient encore dans toutes les têtes des heures après sa mort.


Consulter un mage n'était alors plus une option, mais bien une nécessité. Ils profitèrent d'un voyage à Kovir de l'un d'eux pour parler des problèmes d'Azraël. Le mage l'identifia comme une Source, pour ça il en était sûre. Il pensait aussi que la petite fille à l'époque âgée de dix ans était une rêveuse, mais ça il n'en était pas sûr du tout. Alors il n'a rien dit sur ce point, et c'est bien plus tard qu'Azraël découvrit son potentiel d'oniromancienne. En revanche, ce qu'elle savait dans l'immédiat c'est qu'elle allait devoir quitter sa famille ou sombrer dans la démence. Les adieux furent déchirants, une véritable tragédie digne d'être portée sur les planches. Elle n'a plus revu sa famille depuis son départ il y a dix ans et se force tous les jours à se remémorer leurs traits.

Aretuza prit donc les contours d'une prison aux yeux d'Azraël. Elle allait devoir être enfermée, tous les jours, dans un endroit qu'elle ne connaissait pas et loin de ceux qu'elle aimait. Une véritable punition qu'elle ne comprenait pas et pour laquelle ses parents s'étaient endettés sur vingt ans. De plus, ce grand bâtiment austère ne lui inspirait nullement confiance. Elle n'aimait pas ses couloirs, n'aimait pas qu'on la force à utiliser sa magie et n'aimait pas ses professeurs. En bref, elle n'aimait rien et avait simplement envie de retourner à Kovir pour profiter de l'air marin et des siens. Sauf qu'il en était hors de question. Puisqu'elle devait apprendre à maîtriser le Pouvoir avant qu'il ne la consume toute entière. Azraël avait beaucoup de potentiel, mais aussi beaucoup de mauvaise volonté. Elle fit vivre un enfer à ses professeurs et... fuguait. Dès qu'elle sut comment créer des portails, elle s'y employait activement. Alors bien sûr, ils ne tenaient pas toujours et Azraël s'est souvent retrouvée dans des endroits incongrus en tentant de se téléporter. Elle n'a jamais réussi à retourner chez elle, sans doute était-ce trop loin pour son niveau de novice. Elle payait d'ailleurs chaque fugue au prix fort, le personnel d'Aretuza n'appréciant pas vraiment qu'une insolente apprentie magicienne se promène tranquillement dehors. Mais même lorsqu'elle ne pouvait pas se déplacer sur de longues distances, Azraël profitait de l'eau qui bordait l'école. Ce n'était pas la mer fougueuse qu'elle connaissait et aimait, cette étendue d'eau était bien différente à ses yeux. Plus sombre, inconnue, et pourtant si rassurante qu'elle s'éclipsait chaque nuit pour profiter du bruit qu'elle produisait. En bref, les tentatives de fugues d'Azraël furent nombreuses, et pour la plupart infructueuses. Elle se faisait toujours rapidement rattraper ou n'arrivait même pas à quitter l'enceinte de sa cage.

C'est à ses seize ans qu'elle fit la connaissance de Corinne Tilly. Lors de son excursion à Novigrad en fait. Elle adorait cette ville, la cité libre. Tout y était plus vivant, plus joyeux et bien différent de son école de magie. Elle n'avait réussi qu'une fois la prouesse de s'y téléporter et d'y rester. Néanmoins, cette unique aventure lui avait permis de rencontrer celle qui deviendrait son modèle et sa tutrice. À vrai dire, leur rencontre fut des plus incroyables puisque le portail d'Azraël s'était ouvert dans sa chambre. Alors plongée en plein dans une séance de divination, notre imprudente brunette s'était sentie subjuguée par ce spectacle. Elle avait patiemment attendu que la rêveuse émerge, ce qu'elle fit après quelques minutes de transe. Elle avait d'abord été fort effrayé par la présence d'une inconnue dans sa chambre mais a très vite compris qu'Azraël ne représentait en rien une menace. Au contraire, elle avait plus l'air d'un enfant apeurée que d'une tueuse sans pitié. Les deux femmes ont beaucoup discuté ce soir là, Azraël confiant ses doutes à la magicienne qui lui expliqua ce qu'était l'oniromancie. La jeune fille comprit très vite que c'était dans cette direction qu'elle devait aller, ne se sentait plus aussi seule qu'avant.

Deux ans plus tard, Azzie quitta Aretuza malgré les protestations de ses professeurs. Elle maîtrisait sa magie d'une manière... approximative. Et en avait conscience. Elle avait décidé de ne pas devenir magicienne, elle ne voulait simplement pas devenir folle. Chose qui arriverait tôt ou tard si elle se montrait trop imprudente selon Tantine, surnom personnel d'une de ses institutrice. Sauf que ça, Azraël n'en avait plus ou moins rien à faire. Son éducation magique, du moins dans cette école, était terminée. Corinne Tilly s'occuperait du reste et pendant ce temps, elle était libre.

Enfin, libre.

- Toutes ces rues colorées... tu dis que je pourrais toutes les visiter ?
Corinne acquiesça lentement, un large sourire aux lèvres.
- Bien sûr... tu as tout le temps que tu souhaites pour visiter Novigrad. Nous nous occuperons de tes leçons une fois par semaine. Disons... le mardi soir ? Azraël ?
C'était bien trop tard. À la seconde où elle avait donné son accord, l'ancienne élève d'Aretuza avait disparue dans la foule de la Criée.

Azraël mit du temps à prendre ses marques, se contentant au début de vivre chez Corinne et d'être à l'heure pour les leçons. Elle commença ensuite à penser au long terme, puisqu'elle le devait. Car si la brune avait pu retourner à Kovir, elle l'aurait fait. Mais ses pouvoirs restaient instables et elle ne voulait pas risquer de blesser un membre de sa famille. De plus, elle se plaisait à Novigrad. Elle s'intéressa à l'Academie d'Oxenfurt, où elle pourrait y suivre des cours tout à fait normaux. Puisqu'au fond, tout ce que voulait Azraël, c'était justement une vie normale. Elle chercha des petits boulots pour payer ses études et tomba alors sur une famille de Novigrad qui proposait un poste de jeune fille au pair. Avec ses nombreux frères, Azraël savait comment gérer des enfants et la tâche ne lui faisait pas peur. De plus ils lui offraient un logement et de quoi se nourrir en plus de son (maigre) salaire. Elle aurait ses journées et même une soirée de libre à condition qu'elle aille chercher les enfants à l'école. C'était parfait.

Alors la nouvelle vie d'Azzie commença, elle remercia Corinne pour son hospitalité et déménagea dans sa nouvelle demeure. Une riche demeure en plus de ça. Tout se passait à merveille pour la petite originaire de Kovir et elle put après quelques mois déposer son dossier d'inscription à Oxenfurt. Aujourd'hui, elle nage dans le bonheur. Inscrite au département de médecine de la prestigieuse Académie, il n'est pas rare de croiser Azraël au détour d'une rue, les bras chargés de livres et visiblement très pressée. Car même si elle est désormais contrainte de courir partout, ses études lui plaisent et elle s'entend très bien avec les enfants dont elle doit s'occuper. Pourquoi la médecine d'ailleurs ? Tout simplement car faire le bien autour d'elle est devenu son principal objectif. Elle sait bien que sa magie peut être aussi efficace que la science, peut-être même bien plus. Elle s'en sert parfois d'ailleurs, toujours en cachette et toujours rarement. Elle a fini par comprendre que le Pouvoir et la Force étaient... nocifs pour elle. Qu'ils la poussaient inlassablement à devenir quelqu'un qu'elle ne voulait pas être. Quelqu'un de mauvais et de bien sombre.

Mais malgré toutes les précautions pour s'éloigner de la magie, et si ça ne suffisait pas ? Si les leçons qu'elle prenait étaient finalement inutiles ? Et si la pente était bien trop glissante pour Azraël ?

Et si son Destin était de devenir mauvaise depuis fort longtemps ?  

Là est son combat, et elle est prête à le mener.

« Tout ce que je veux, c'est être heureuse. Je ne veux rien d'autre. Je laisse les jeux de pouvoirs à ceux qui sont doués pour ça, moi je veux être heureuse. Je veux rentrer à la maison aussi. Oh que les dieux aient pitié de moi... je veux simplement être quelqu'un de bien. »

state of mind
Rester pure, enfouir ses démons, prendre le bon chemin

Contrairement à d'autres, le caractère de notre brunette n'a pas bien changé depuis qu'elle est enfant.

Turbulente et insolente, voilà les mots qui revenaient quand ses parents demandaient des nouvelles de leur fille à son institutrice. Intelligente certes, mais incroyablement bornée. Impossible de lui faire faire quelque chose dont elle n'a pas envie. Azraël se montrait intéressée et très curieuse, mais ne voulait pas faire ce qu'on lui demandait. Un comportement des plus agaçants qui venait au bout de la patience de n'importe qui. Sans parler de son besoin constant de bouger, véritablement insupportable. La petite fille qu'elle était ne supportait pas de tenir en place plus de dix minutes.

Aujourd'hui, même si Azzie s'est considérablement assagie, il lui arrive encore de se tortiller sur les bancs de l'Académie d'Oxenfurt. Elle se montre en revanche exemplaire auprès de Corinne Tilly, et est une élève très attentive. Ne parlons même pas de ses qualités de jeune fille au pair.

En bref, on pourrait penser qu'Azraël est miraculeusement devenue la femme parfaite, intelligente et souriante que tous les parents voudraient pour belle-fille.

En vérité, elle reste et restera éternellement la petite fille aventureuse qu'elle était. Celle qui a les yeux qui brillent quand le danger approche. Une aventurière, qui part parfois à l'aventure la nuit pour visiter Novigrad. Des plus beaux quartiers aux plus mal famés, Azraël trouve sa place partout et personne ne lui veut du mal. Enfin, en théorie. Il lui est arrivé de s'attirer quelques ennuis mais... elle a toujours su comment s'en sortir. Soit par la ruse, soit en utilisant un peu de magie...

Et oui, on ne se refait jamais totalement.

Néanmoins, Azraël est quelqu'un de bien. Un véritable rayon de soleil. Elle est très altruiste, s'intéresse à tout le monde et aide quand elle peut aider. Elle a cependant le sang chaud et réagit toujours au quart de tour et sans réfléchir. L'imprudence fait elle aussi partie de son ADN, elle n'y peut rien. Elle aime le danger, marcher sur le fil en espérant ne pas tomber.

Attachée à ses racines, elle est déterminée à devenir quelqu'un de bien. Quelqu'un dont ses parents seraient fiers. Quelqu'un qui pourrait éventuellement retourner chez lui sans rougir de son parcours. Ah d'ailleurs, rougir est quelque chose qui lui arrive bien peu souvent. Azraël se veut forte, ne veut avoir peur de rien. Enfin... c'est vrai qu'elle est particulièrement gênée quand les autres étudiants lui parlent de...

Mais si vous savez bien...

Le...

Ça commence par "se" et ça finit "xe". Elle n'aime pas qu'on lui en parle. Alors elle fait semblant d'avoir déjà eu des aventures et de ne pas paraitre trop choquée lorsqu'on lui fait des avances. En même temps, il faut dire qu'elle n'a pas vraiment eu le temps entre Aretuza et son emploi du temps ultra chargé d'aujourd'hui. Mais au fond ça lui est assez égal, car Azraël croit encore secrètement au prince charmant. Oui c'est un peu bête, mais il faut dire qu'elle est très certainement un peu... naïve. Faites attention à ne pas prononcer le mot devant elle, elle pourrait très mal le prendre. Pourtant elle l'est, et il faut aussi avouer qu'elle reste facilement manipulable. Non pas qu'elle soit prête à faire n'importe quoi suite à quelques promesses, mais Azraël fait trop rapidement confiance aux gens et est souvent déçue. Elle est d'ailleurs maladroite avec eux, maladroite avec les mots et maladroite tout court. Elle n'arrête pas de faire des boulettes sans le vouloir et ne sait pas doser ses paroles. Elle est très mal à l'aise en société et c'est pour cette raison qu'elle admire beaucoup les grands orateurs.

Enfin, un rayon de soleil. C'est tout ce qu'il faut retenir.  


get to know better

Quelles sont tes capacités physiques? Possèdes-tu des compétences magiques? Quel est ton petit plus ? Les capacités physiques d'Azraël sont... plus ou moins inexistantes. C'est une véritable quiche lorsqu'il s'agit de manier des lames ou même... un arc. Elle est en revanche très agile et sait se faire discrète lorsque la situation l'exige ou... qu'elle en a envie. Elle a des prédispositions pour la magie et a été obligée de les maîtriser pour ne pas être consumée. Elle n'a en revanche réussi à manier que deux éléments sur quatre, l'eau et l'air, dans lesquels elle excelle. Elle est aussi une oniromancienne de naissance et déteste toucher les autres pour cette raison. Il lui arrive parfois de s'endormir dans des endroits incongrus et de faire des rêves... étranges. Elle considère son don comme une malédiction.
Ah, et ses portails sont toujours aussi instables.

Que peux-tu nous dire sur ton métier? Sur ce que tu fais au quotidien? Ce qu'elle fait au quotidien ? Courir. Constamment. Courir parce qu'elle ne s'est pas réveillée le matin et qu'elle doit traverser tout Novigrad pour se rendre en cours, courir parce que les enfants se disputent encore, courir parce qu'elle a fait tomber ses livres, courir parce qu'elle s'est fait répérée par une bande de malfrats qu'elle espionnait un peu c'est vrai...
Azraël court tout le temps.
Elle a parfois l'impression que ses journées passent à la vitesse de l'éclair, ce qu'elle regrette un peu. Elle est parfois tentée d'abandonner ses études de médecine pour profiter pleinement de la vie mais se souvient qu'elle n'en a pas le droit. Et puis de toute façon, vivre à cent à l'heure lui permet aussi de ne pas s'ennuyer.
Et elle s'ennuie vite. Très vite.

Possèdes-tu une arme avec toi? Si oui, comment l'as-tu obtenue et quelle est sa valeur pour toi? Azraël n'a pas d'arme mais un catalyseur que sa tutrice lui a donné pour contenir sa magie. Une petite bague, qu'elle porte à l'annulaire, ornée d'une améthyste.i
Quelles sont tes idéologies par rapport au groupe auquel tu appartiens ou veux appartenir? Contrairement à ce qu'elle aurait pensé, Azzie aime être une étudiante. Elle a soif d'apprendre de nouvelles choses et étant de nature curieuse, ne s'en lasse jamais. Elle aspire à devenir une citoyenne plus ou moins modèle, mais certainement pas une magicienne. Elle a l'impression que ça la conduirait à sa perte...



Possèdes-tu des traits physiques particuliers? Tatouages? Piercings? Lunettes? Anormalité physique? Des bijoux? Physiquement, Azraël est... quelconque. Elle n'a pas eu l'occasion de modifier son apparence à l'aide de la magie et ne compte de toute façon pas le faire. Même si elle est complexée par sa petite taille et son manque de formes, Azzie a bien d'autres choses à faire que de s'en soucier. Brune aux yeux noisettes, elle a un physique assez banal mais tout de même très harmonieux. Son visage a la curieuse capacité... d'attendrir les gens. En quelque sorte. Peut-être que c'est simplement car elle sourit tout le temps. Elle n'a pas de tatouages, pas de piercings et pas de problèmes de vues. Les seuls signes distinctifs qui sont à signaler, ce sont ses incroyablement nombreux grains de beauté et sa tâche de naissance sur la clavicule.
Possèdes-tu un animal de compagnie? Si oui, dis nous en un peu plus? Un animal de compagnie ? Bien sûr qu'elle aimerait avoir un animal de compagnie ! Mais pensez-vous réellement cela possible avec les trois petits monstres dont elle doit déjà s'occuper ? Non. Même si elle aurait adoré avoir un chien.
Quelles sont tes activités favorites en dehors de ton travail? Errer dans les rues de Novigrad, monter sur les toits pour observer la vue, suivre des gens qui lui semblent un peu louches ou simplement intéressants. Mettre son nez dans leurs affaires même si elle ne devrait pas aussi. Elle adore la mer, elle regrette souvent de ne plus la voir.i
En trois mots, décris nous ton passé, ton présent et ton futur ? Nostalgie, rapidité... tranquillité ? Elle l'espère en tout cas.
Quel est ton opinion vis-à-vis de la Destinée? Azraël ne veut pas y croire. Penser que son histoire est déjà écrite lui donne la chair de poule et elle n'a aucune envie d'être manipulée par une... force invisible. Elle n'a aucune envie d'être manipulée tout court finalement, elle souhaite simplement choisir le chemin qu'elle veut suivre. Elle ne demande que ça.
who are you?
C'est encore moi. Oui, moi, Elerinna. Navrée. J'arrête après celui là je vous promets.