AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Administration :: histoire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
I. ÉCHOS DU PASSÉ ; LE CONTEXTE
avatar
Race Race : Humaine
Jeu 1 Mar - 19:43
Voir le profil de l'utilisateur

QUE SE PASSA-T-IL AVANT AUJOURD'HUI?
LE TEMPS DE LA FIN


1274 - LE TEMPS DE LA HÂCHE ET DE L'ÉPÉE.


Deux ans après les évènements qui ont conclus au décès du roi Radovid le Sévère, roi de Redania – un assassinat comploté par Vernon Roche, un partisan de la Temeria libre, ainsi que Sigismund Dijkstra, maître espion rêvant d'une Redania libre du joug de Raodovid, mais dont le coup fatal fût lancé par la Maîtresse de la Loge des Magiciennes, Philippa Eilhart – Novigrad retrouva enfin son statut de cité indépendante et libre. La cité aujourd'hui dirigée par ce qu'il reste de la pègre Novigradienne, composée maintenant de Carlo Varese dit Surin et Francis Bedlam dit le Roi des Mendiants ainsi que le Petit Bâtard, tué par le maître Sorceleur mais remplacé par le doppler Doudou Biberveldt sans le secret de la ville, tandis que Sigismund Dijkstra a laissé la place à un de ces anciens maîtres espions pour géré ses affaires. Cela dit, le Hiérarque tente tant bien que mal que de récupérer l'autorité sur sa ville.

Mais le décès du feu roi de Redania ne fut pas le seul événement qui vint bouleverser ce monde. Sous l'épée du célèbre Sorceleur Geralt de Riv, la tête du fameux Aen Elle à la tête de la fantomatique Chasse Sauvage, Eredin Bréacc Glas, tomba également à la suite d’une bataille sur les rivages des îles. Portant ainsi un coup fatal à la civilisation elfique habitant à Tir Ná Lia, aux abords d'un autre monde ; laissant ainsi à Ge'els, le vice-roi de la cité elfique, le soin de faire naître une nouvelle ère pour leur peuple.

L'implication du célèbre Sorceleur ne s'arrêta pas là, car si la mort d'Eredin induisît l'anéantissement d'années de terreur, celle-ci créa autant de bonnes choses que de mauvaises dans le monde dans lequel il vivait. Même s’il fallut lui reconnaître une chose : une majorité de ses décisions permit aujourd'hui aux gens de vivre plus tranquillement. Si la libération de Novigrad ne fut pas totalement de son fait, même s'il avait contribué en secret au complot renversant le Sévère, il participa également à l'avènement du nouveau chef des Îles.

En effet, lorsque le Sorceleur posa son pied sur la neige fraîche des îles de Skellige, il se retrouva mêlé aux conflits des insulaires après le décès naturel du roi Bran Tuirseach. Le décès du roi amena la question d'en élire un nouveau, et c'est sans réelles surprises que le complot de la première femme du roi, Birna Bran, fut révélé, anéantissant ainsi les chances de son fils d'accéder au trône. C'est également sans regrets qu'elle fut condamnée au châtiment ultime des insulaires : celui d’être attachée à un rocher et laissée là, pour y mourir, sans que jamais personne ne lui vienne en aide. Le Sorceleur plaida la cause de Cerys An Craite, fille du jarl Crach An Craite, pour qu’elle accède au statut de reine. Ainsi, Cerys devint la première reine des îles, laissant à son frère, Hjalmar, le soin de reprendre les rênes du clan à la suite du décès de son père.

Plus jamais le nom de l'ancienne épouse du roi des îles ne fut prononcé et lorsqu'il quitta une dernière fois les îles, le sorceleur aurait pu jurer avoir entendu les louanges que les habitants faisaient sur la nouvelle reine. Cependant, ses choix ne furent pas toujours si avisés et si bons pour ce monde. Car lorsqu'il quitta les îles, après avoir aidé sa fille adoptive, il rejoignit le pays du vin où un contrat ducal l'attendait patiemment : Le Duché de Toussaint.

Ce duché est encore aujourd'hui géré par la duchesse Anna Henrietta, aussi intransigeante que belle et admirée par son peuple. Cette duchesse convoqua le célèbre sorceleur, qu'elle connaissait déjà par le passé, pour lui offrir un contrat qu'il ne pouvait refuser. Un monstre sévissait dans les rues pavées et colorées de Beauclair et il lui revenait de traquer la bête pour lui asséner le coup fatal. Ce contrat l'amena à retrouver un ami qu'il pensait disparu à jamais, Regis ou de son nom complet Emiel Regis Rohellec Terzieff-Godefroy, un vampire supérieur qui lui indiqua des indices sur son contrat. Un contrat qui au fil de l'enquête se révéla plus compliqué que cela puisqu'il impliquait l'ami de Regis, un autre vampire supérieur, et la sœur déchue de la duchesse : Sylvia Anna. Si le Sorceleur avait, à de nombreuses reprises, fait preuve de clairvoyance dans ses choix, celui qu'il prit ce jour-là ne fut pas le bon. Il laissa, après avoir informé la duchesse de tous les détails, mourir la jeune sœur aux mains de Dettlaff van der Eretein, le vampire. Ce choix lui valut quelques bons jours en prison avant que votre fidèle narrateur ne vînt à son secours, encore une fois.

Étonnement, le sorceleur ne fut point bannît du duché, bien que la rancune de la duchesse fût plus que tenace. Si ce choix peu éclairé de la part de mon ami le Sorceleur entacha de peu sa réputation auprès des Beauclairois, le sorceleur savait son nom chanté dans de nombreux balades par-delà les frontières jusqu'à l'Empire de Nilfgaard. En effet, en sauvant sa fille adoptive, Cirilla Fiona Elen Riannon plus souvent connue sous le nom de Ciri, Zireael ou encore le Lionceau de Cintra, il lui donna également la chance de choisir son avenir. Si la Loge des Magiciennes, dont faisait partie sa mère adoptive, Yennefer de Vengerberg, voulait d'elle dans ses rangs, ce n'était pas son cas à elle. Et malgré les mensonges proférés par son père biologique, empereur de Nilfgaard, Emhyr Var Emreis, elle se joignit à lui pour apprendre de son rôle et lui succéder un jour sur le trône du soleil.  

S’il y a une chose à retenir de cette année particulièrement mouvementée, c'est que le Sorceleur, mon ami, réussit maintes choses, apprit de ses nombreux échecs ; et quand bien même il ne fut qu'un petit sorceleur, qu'un tueur de monstres, il sauva et changea la vie de biens des gens de ce bas monde. Et c'est peut-être grâce à lui, aujourd'hui, que le monde semble plus tranquille.


- Extrait du chapitre premier de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Humaine
Ven 2 Mar - 17:08
Voir le profil de l'utilisateur
ET AUJOURD'HUI?
LE TEMPS DE LA FIN


1274.


Durant des siècles et des siècles, la grande prophétie d'Ithlinne guida les peuples dans leurs quêtes, les Hommes dans leur vie et leur donna cette peur semblable à l'enfer. Laissez-moi vous la citer, pour que toi, jeune lecteur de cet ouvrage, tu comprennes un peu mieux le monde dans lequel tu te trouves et le monde dans lequel nous avons vécus.

"Le Blizzard du loup approche, l'ère de l'épée et de la hache, le temps de la Lumière Immaculée, le Temps du froid immaculé, le temps de la Folie, le temps du Mépris. Tedd Deireadh, l'Age Ultime. Le monde périra dans la glace et renaîtra sous un nouveau soleil. Né à nouveau du Sang Ancien, d'hen Ichaer, d'une graine plantée.. Une plante qui ne poussera pas : elle prendra feu !"


Cette prophétie nous appelant à la fin du monde, à des temps sombres par lesquels nous sommes passés, cette prophétie meurtrière créant à tous un sentiment de terreur à l'appel du futur. Voilà avec quoi nous avons vécus. Aujourd'hui, cette prophétie est abolie, la fin du monde repoussée par l'Enfant de Sang Ancien, Cirilla Fiona Elen Riannon mais nous demeurons toujours dans cette peur.

Après tout, nous avons survécus à la première conjonction qui ferma les portes entre les mondes et qui déversa la magie sur nos terres. Néanmoins, même si cette prophétie fut annihilée en son sein, elle n'empêcha pas une seconde conjonction qui apparue il y a de cela un an. Laisse-moi t’expliquer. Lorsque l'Enfant de Sang Ancien traversa les mondes pour empêcher la glace et la mort de s'abattre sur nous par le biais de Tor Gvalch'ca, une tour elfique surplombant les hauteurs de l'île d'Undvik à Skellige, elle libéra une nouvelle force magique. Cette puissance magique rouvrit des portes qui avaient été fermées avec la première conjonction, des portes entre les mondes, mais elle déversa également de nouvelles magies et amena avec elle de nouveaux monstres.

C'est ainsi que l'Hirondelle scella à nouveau notre sort aux mains de ceux qui maîtrisaient la magie mieux que n'importe qui d'autres : les Aen Saevherne, les Elfes Aen Elle érudits ; ceux-ci qui vivaient reclus dans leur monde, dans leur capitale de marbre, qui devenaient maintenant une menace pour notre monde. Nous les avons laissés s'infiltrer sur nos terres, même s'ils n'étaient que peu, nous les avons laissés nous observer avant qu'ils ne repartent dans leur capitale. Qu'attendent-ils de nous ? Nous n'en savons rien. Cela fait maintenant une année que nous n'avons plus de nouvelles d'eux.

Et pourtant, chaque jour qui passe laisse découvrir une nouvelle folie : un nouveau monstre, un nouveau sort, de nouveaux possédés. Ce monde est-il en perdition comme lorsque la première conjonction frappa nos terres ? Ou est-ce un signe que nous allons pouvoir finalement vivre comme tout le monde ?

Néanmoins, aujourd'hui, les chasseurs de sorcières de Novigrad se font plus rares, moins oppressants vis-à-vis des mages de la cité, les vampires se dissimulent de mieux en mieux à Toussaint et la guerre se termine peu à peu. Toi, qui me lis, fais partie de cette population en déclin qui essaye de se relever après les heures sombres que nous avons connues. Si le Dernier Âge, le Temps de la Fin sonne, nous serons présents pour nous battre ; que ce soit par des mots, des fourches, des épées ou des sorts. Nous ne laisserons plus les rois décider de notre sort, nous ne laisserons plus les monstres nous affaiblir et décider de notre mort. Car même si la prophétie est sans doute éteinte, on peut encore ressentir son poids sur nos têtes. Nous pouvons ressentir les mots qui résonnent encore, malgré cette révélation que la menace ne pèse plus.


Car voici venir le temps de la Hache et de l'Épée ! Voici venir le temps de la Folie et du Mépris !
Personne ne mènera cette guerre pour nous!


- Extrait du chapitre second de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: