AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: novigrad et sa périphérie :: novigrad :: LE DORNAL :: Maison d'Elerinna de Novigrad Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Simple présent ou cadeau empoisonné ?
Elerinna de Novigrad
Race Race : Humaine
Lun 31 Déc - 3:56
Voir le profil de l'utilisateur
Simple présent ou cadeau empoisonné ?Nice to meet you, where you been ?
I could show you incredible things
Magic, madness, heaven, sin
Saw you there and I thought :
"Oh my God, look at that face
You look like my next mistake
Love’s a game, want to play ?"
Cela faisait quelques jours qu'elle avait reçu cette missive d'Elijah. Cette missive, qui l'informait qu'elle allait bientôt recevoir un cadeau de la part du jeune homme. Un cadeau. Elle avait manqué d'éclater de rire lorsqu'elle avait lu ce mot. Cela faisait un moment qu'on lui avait offert un cadeau, et Elijah n'était pas du genre à dilapider sa marchandise sans réfléchir simplement pour égayer les journées d'Elerinna. Elle s'était beaucoup interrogée sur la nature de ce présent, essayant de cuisiner le marchand qui était resté aussi muet qu'une tombe. Elle avait fini par conclure que ce fameux cadeau n'était rien d'autre que quelques pilules d'un nouveau genre qu'elle pourrait tester sur ses clients. Elle en commanderait par centaine si ça les satisfaisait plus encore que tout ce qu'elle leur fournissait déjà, il le savait bien. C'était donc logique qu'il lui donne... des échantillons en quelque sorte. Elerinna détestait les surprises. C'était davantage pour ne pas perdre la raison qu'elle s'était décidée que cette version serait la bonne.

La journée de la maquerelle avait été éreintante. Elles l'étaient toutes en général, mais celle-ci avait été particulièrement pénible. Les gens sous-estimaient souvent les tracas quotidiens qu'elle pouvait avoir, les jugeant superficiels et sans réelle importance. Pourtant, les conflits entre ses employés, les clients incorrects et ceux qui menaçaient de la trainer en justice étaient nombreux et pouvaient mettre à genoux son empire si durement bâti. Elle s'appliquait donc à les régler personnellement lorsque le besoin s'en faisait sentir et devait en plus de ça gérer ses affaires, notamment l'inauguration d'une nouvelle maison close dans les faubourgs de Novigrad et ses projets d'expansion.

Elle était donc, totalement épuisée.

La jeune femme s'était laissée choir dans sa baignoire fumante, délassant ses muscles engourdis et se prélassant comme un chat alors que les derniers rayons du soleil faisaient miroiter l'eau de son bain. Le meilleur moment de la journée, selon elle.

- Madame, le présent de Monsieur Caedreach est dans l'entrée.

Elle l'attendait avec tant d'impatience que cette annonce l'aurait fait bondir hors de son bain dans n'importe quelle autre situation. Mais cette fois... elle était bien trop lasse pour bondir sur quoi que ce soit. Elle entrouvrit les yeux un instant avant de les refermer presque aussitôt et d'émettre un grognement de réprobation.

- Amène-le ici. Je l'ouvrirai plus tard.  

Sa domestique resta muette un long moment, toujours plantée sur le seuil de sa porte. Elle semblait chercher ses mots, était même un peu gênée. Cela finit par agacer Elerinna.

- Et bien ? Ne reste donc pas plantée là ! Quel est le problème ?  

Puisqu'elle était visiblement condamnée à en résoudre toute sa vie.

- C'est à dire que... c'est un présent humain, Madame.  

Ça, ça eut le mérite de la réveiller.

Ni une ni deux, Elerinna congédia la servante et sortit de sa pourtant si agréable baignoire. Elijah avait intérêt d'avoir une sacrée bonne raison pour envoyer des gens dans sa demeure, pendant qu'elle prenait son bain. La blonde détacha ses cheveux qu'elle n'avait heureusement pas mouillés et enfila une robe légère, fluide, et qui ne nécessitait pas qu'elle se débatte avec un corset. Elle descendit les escaliers en maudissant le ciel et ce maudit trafiquant et en priant pour qu'on ne l'ait pas dérangé pour rien.

Ce n'était pas le cas.

Elle le comprit lorsqu'elle vit la jeune femme qui se tenait au beau milieu de son hall d'entrée.

Elle ne savait pas pourquoi Elijah la lui avait envoyé, mais cette créature était d'une beauté absolument époustouflante. Elle aurait payé cher pour la compter parmi ses employés s'il ne l'avait pas offert. Néanmoins... elle devait encore déterminer les raisons de sa présence et si c'était bien ce qu'elle pensait... si elle méritait d'entrer dans le monde si sensuel d'Elerinna. Être belle, c'était important. Mais aussi attirante soit-elle, une coquille vide restait une coquille vide. Ses filles avaient toutes de l'esprit, avaient toutes quelque chose qui n'appartenaient qu'à elles. Elle en était d'ailleurs très fière et pouvait se vanter de trier ses prostituées sur le volet.

- Tiens donc...  

Elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire carnassier en observant la jeune femme qui lui faisait face.

- Venez donc ma chère, je pense que nous avons à discuter vous et moi...  

C'est sur ces mots qu'Elerinna l'invita à s'installer dans le petit salon dédié aux invités.
©️ 2981 12289 0





   
« Everybody wants to rule the world »
Darling, darling, doesn't have a problem, lying to herself 'cause her liquor's top shelf. It's alarming honestly, how charming she can be. Fooling everyone, telling how she's having fun. c .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Jäelle Ho-dreal
Race Race : Démon - Succube
Mer 2 Jan - 3:58
Voir le profil de l'utilisateur
-Dame Elerinna? Elle est jolie et gentille lorsqu’on fait bien notre travail! C’est une bonne patronne, mais il ne faut pas l’énerver.
-Pourquoi cela? Elle est comment lorsqu’elle est énervée?
-Elle disparaît dans son bureau, certains reçoivent des gifles, elle insulte parfois… Mais ce n’est jamais sans raison, elle est une femme juste.
-Je vois… Merci des informations ma douce.

Je déposais un baiser sur les lèvres de mon amante. Tendre et doux, comme cette perle aimait être désirée. Je l’avais croisé à sa sortie du bordel ou je désirais travailler. La pauvre semblait épuisée de sa nuit et après un petit regard dans mon décolleté, je l’avais attiré dans mon lit. Il fut facile de gagner sa confiance ensuite. Une nuit plus exactement m’avait suffi avec l’usage de ma langue pour faire valoir mes arguments. Et voilà que comme prévu, elle me parlait de ma victime de ce soir. Je voulais savoir quel type de femme était cette matrone avant de la rencontrer. Il faut connaître son adversaire pour bien la séduire.

Ayant quitté la demoiselle au matin, je me trouvais maintenant dans le hall d’entrée de la maquerelle. J’avais passé la journée à profiter de ma totale liberté, profitant des rayons du soleil et de la musique bardique d’un groupe d’étudiant, pratiquant leurs accords dans un parc. Certains étaient doués, agréables à l’oreille, alors que d’autre m’avait fait grincer des dents. Quoi qu’il en soit, j’attendais maintenant la mortelle avec un calme olympien. J’observais la décoration paisiblement, silencieuse tout en représentant moi-même une œuvre d’art. Je portais une très jolie robe noire bien couteuse, un collier et j’avais attaché mes cheveux. De quoi offrir aux yeux un bel aperçu de mes courbes, alors que les endroits où ma peau était visible étaient bien stratégiques, mais aucunement vulgaires.

J’avais déjà mon plan en tête pour me présenter. Je m’étais préparé pour que le mensonge n’en soit que plus vrai. Car la raison de ma présence, Elijah l’avait créé. Je devais maintenant maintenir cette mascarade en place pour justifier notre rencontre. Le vampire avait intercepté un bateau de marchandise illégal, contenant des femmes destinées au trafic humain. J’en faisais parti et il m’avait offert deux choix par la suite. Continuer ma vie comme avant, ou rejoindre un bordel pour continuer de vivre dans le luxe. C'est-à-dire, être vendu par lui à une maquerelle, pour avoir un travail tout de même payant et un toit. C’était notre version commune de l’histoire et j’avais évidemment pris la seconde option puis été offert à Elerinna en cadeau.

Lorsqu’elle daignait enfin montrer le bout de son nez, j’eu l’impression que des heures venaient de s’écouler et je retenais aussitôt une réplique qui m’avait offert seulement la porte de sortie. Être charmante et charismatique, je savais que j’y arriverais sans problème. Mais considérer un insecte comme plus important que ma personne l’instant d’une discussion pour obtenir ce que je voulais, j’avais de la difficulté à le concevoir en toute franchise. C’était pourtant ce que je devais faire pour être crédible. Je m’inclinais alors respectueusement lorsqu’elle m’adressait la parole, usant de l’étiquette sous toutes ses formes.

Mes talons résonnant sur le plancher, j’entrais dans ce salon avec un sourire aux lèvres. Je m’installais devant un canapé, sans m’y assoir pour le moment. Par politesse, j’attendais que l’on m’y autorise. Bien poli que j’étais évidemment! Alors que la tentation de me laisser tomber dans celui-ci et de croiser mes jambes, en utilisant cette table comme appuis pied était forte. Tournant brièvement mon regard sur la décoration, je soufflais paisiblement,

-Votre demeure est bien accueillante Dame de Novigrad.

Tendant une main vers celle-ci, je prenais alors l’initiative de me présenter. Me permettant de détailler un peu plus la mortelle face a moi. Une jolie blonde, agréable au regard. Un jouet qui serait amusant à exploiter, surtout avec son orgueil dont j’avais entendu parler. Chassant mes idées de grandeurs d’un revers de main, je rajoutais aussitôt,

-Je me nomme Jäelle Ho-Dreal. Je suis le présent envoyé par Elijah. J’espère ne pas être arrivé dans un mauvais moment!

Et voilà maintenant un peu de courtoisie, alors que je prenais un air légèrement désolé. Je suis une excellente comédienne, mais peut-être qu’Elerinna serait assez futé pour voir à travers mon jeu. Après tout, il n’y a rien de mieux qu’une manipulatrice pour en reconnaître une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna de Novigrad
Race Race : Humaine
Sam 12 Jan - 19:55
Voir le profil de l'utilisateur
Simple présent ou cadeau empoisonné ?Nice to meet you, where you been ?
I could show you incredible things
Magic, madness, heaven, sin
Saw you there and I thought :
"Oh my God, look at that face
You look like my next mistake
Love’s a game, want to play ?"
Elle mentait.

Elle mentait comme elle respirait. Toute sa personne puait le mensonge et la tromperie. Elle dégageait aussi quelque chose de magnétique, de profondément atypique. Quelque chose qu'elle n'avait encore jamais observé chez aucune de ses prostituées. Certaines étaient magnifiques, un visage parfait et un corps à s'en damner. Mais ça... non c'était une première. Elle ignorait encore si sa comédie cachait quelque chose de sombre, et si ce quelque chose lui causerait du tort si elle l'intégrait à ses employées. En tout cas, elle n'allait certainement lui reprocher d'être une bonne menteuse. En fait, c'était même une qualité de plus.

- Je vous en remercie.

Elle lui adressa un sourire chaleureux, protecteur, celui d'une mère ou peut-être d'une sœur. Si Elerinna avait de nombreux défauts, elle n'oubliait pas cette partie de son passé où elle était réduite à se prostituer pour acheter de quoi se soûler. Elle n'avait jamais manqué de respect à une prostituée, tout simplement parce qu'elle savait ce que ça faisait d'être traitée comme de la marchandise. On pouvait dire beaucoup de choses sur elle, mais ses employées étaient bien traitées.

Elerinna s'assit et fit un geste pour permettre à Jäelle d'en faire de même. Elle s’interrogeait beaucoup sur la jeune femme et sur les raisons qui ont pu pousser Elijah à la lui envoyer. Elle lui fit de nouveau un sourire mielleux alors que sa servante était en train de servir le thé.  

- Ravie de vous rencontrer Jäelle, il n'y a jamais de mauvais moments pour recevoir un cadeau.

Pas même l'unique moment de calme de sa journée, contrairement à ce qu'elle pensait il y a moins de dix minutes. À vrai dire, Elerinna avait été tellement surprise par la découverte de ce fameux présent qu'elle en avait même oublié sa fatigue. Elle prit une tasse de thé sur la table en invitant la jeune femme à en faire de même et trempa ses lèvres dans le breuvage. Elle détestait le thé, elle ne savait même pas pourquoi elle en buvait. Sans doute parce que ça rendait mieux auprès des autres qu'un verre d'alcool.

- Je m'appelle Elerinna, mais j'imagine que vous le savez, je me trompe ?

Elle ne pouvait pas se tromper. Elle se présentait uniquement parce que la forme l’exigeait mais elle savait qu'Elijah n'envoyait aucune fille chez elle sans l'avoir informé de son métier, de ce qu'elle gérait, et de ce que les demoiselles auraient sûrement à y faire.

- Et vous êtes sûrement au courant de ce que je fais, pas vrai ?

Là aussi, la question était presque rhétorique. Elle était trop assurée, trop confiante, elle avait l'air trop intelligente pour ignorer où elle était et devant qui elle se trouvait. Elle avait parfois recueilli des jeunes femmes perdues, des jeunes femmes brisées, violées, terrassées par la tristesse qui n'avaient aucune idée de pourquoi elle se trouvait devant elle. Ce n'était pas le cas de Jaëlle, bien loin de là.

- Si c'est bien le cas... j'aimerais en savoir plus vous concernant. Racontez moi tout ma chère, je brûle d'envie de connaître votre histoire.


Et accessoirement, ce qui l'avait amené devant elle. Parce qu'elle n'avait pas la démarche d'une esclave, elle avait celle d'une femme libre, peut-être même plus libre qu'elle.

Et elle l'intriguait beaucoup.

©️ 2981 12289 0





   
« Everybody wants to rule the world »
Darling, darling, doesn't have a problem, lying to herself 'cause her liquor's top shelf. It's alarming honestly, how charming she can be. Fooling everyone, telling how she's having fun. c .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Jäelle Ho-dreal
Race Race : Démon - Succube
Dim 20 Jan - 3:41
Voir le profil de l'utilisateur
-Je vous connais déjà un peu, effectivement. Elijah a eu la bonté de me parler de vous, sans y aller dans les détails toutefois.

Elijah et l’une de ses employés, dans le confort de la chambre à coucher que j’avais loué dans une auberge non loin d’ici. Mais cela, je me gardais bien de le lui dire. Il valait mieux qu’elle sache qu’on m’avait informé par l’intermédiaire de celui qui m’envoyait à sa rencontre, que par le fruit de mes recherches personnelles. Après tout, je ne voulais pas que la matrone soit au courant de mes intentions réelles. J’entretenais réellement l’envie de travailler pour elle, j’avais entendu de bonnes rumeurs quant à ses filles et les conditions de travail. Donc autant rendre l’utile à l’agréable! Car mes intentions étaient purement égoïstes, je voulais me nourrir et avoir accès à des victimes vulnérables, voilà tout… Sans parler que la Dame de Novigrad était une source précieuse d’information. Autant la mettre dans ma poche pour avoir un allié précieux sur le plan politique et économique. Avec un petit sourire confiant, je croisais ma jambe droite sur la gauche et m’installait alors confortablement dans le canapé. Lent mouvement contrôlé et d’une sensualité surprenante pour la banalité du geste,

-Je connais votre commerce, son offre de service et les possibles tâches en lien avec celui-ci.

Façon professionnel de qualifier un bordel. J’étais assez fière de moi sur ce coup, puis prenait un air surpris à sa question suivante. La blonde était dénuée de capacité magique de par son humanité. Elle n’avait pas le luxe de pouvoir avoir qui elle désirait à ses pieds d’un clignement d’yeux, mais elle aussi était des plus habiles sur le plan relationnel. Je confrontais une adversaire de taille, de qualité sur le plan cognitif. Je souriais alors de façon sympathique, un vrai sourire sans jeu. Sa mortalité m’avait fait croire qu’elle ne s’intéressait qu’à elle, tels les hommes cupides de leurs intérêts et égocentriques. Mais au contraire, elle me demandait de lui parler de mon passé. Jaugeant à qui elle avait à faire avec un intérêt bien visible dans le regard. Je me retenais alors de me mordre les lèvres avec envie. Je comprenais les propos d’Elijah, alors que je ne pouvais m’empêcher d’avouer que cette gamine était fort intéressante.

-Mon passé… Il remonte à loin.

Je regardais brièvement le plafond en fronçant les sourcils. Il y a bien une partie de ma mémoire qui est absente. Je me rappelle de mon réveil, nue et dans les flamme de l’enfer. Sous une forme humanoïde, mais monstrueuse. Au pied d’un homme, grand et imposant qui m’avait alors murmuré mon nom ‘’ Jäelle ‘’. Voilà mon souvenir le plus lointain, mais chaque démon à son passé, avant sa corruption ou sa transformation. Enfin, il y a bien ceux qui naissent ainsi sans passé de mortel, mais ils sont plutôt rares. J’ouvrais la bouche, puis la refermais. Sans réellement savoir pour où commencer ni comment expliquer le vécu d’une démone de plus de 500 ans en quelques phrases. Finalement, la réponse se formait dans mon esprit, sous une formulation claire, mais poétique, pouvant être interprétée de diverse façon.

-Mon enfance est vague, même pour moi. Un souvenir lointain et oublié à mon réveil au pied d’un homme. Cet homme fut mon mentor, un peu le même concept que ces hommes qui prennent des Sorceleur sous leurs ailes. J’ai appris à ses côtés les rudiments de la vie. Ce n’est pas un homme qui aime faire acte de présence. Il est plus discret, reculé et ne se montre que lorsqu’il le désire. Lorsque j’ai atteint la maturité nécessaire pour travailler, j’ai volé de mes propres ailes. Je crois avoir commencé dans les environs de 16 ans, travaillant à mon compte.

Petit haussement d’épaules, suivi d’un rire, alors que j’amenais la raison de ma venue, celle dont j’avais convenu avec Elijah,

-Le plaisir des hommes et la luxure n’a jamais été un problème pour moi. À dire vrai, j’ai comme mentalité de mélanger l’utile à l’agréable. Je gagne de l’argent et je prends plaisir à mon travail. Ho… Il y a des inconvénients et certains clients ne sont pas toujours plaisants, mais je m’en sors bien de façon générale.

Avec un petit clin d’œil amusé, je lui souriais de nouveau. Petit sourire en coin, agréable au regard,

-Mais… Travaillé à son compte à son risque et de fait, je suis tombé sur le mauvais client. Il m’a amené de force dans un navire, en compagnie d'autres jeunes femmes. J’imagine que nous allions être vendues en esclavage, lorsqu’Elijah est arrivé avec ses hommes. Il nous a alors tous offert un choix, reprendre nos vies ou travailler pour lui d’une certaine façon. J’ai alors pris cette opportunité pour trouver un milieu de travail avec moins de risque.

Ambiguë à souhait, mon histoire, exprimée dans des mots démontrant une réalité et un vécu bien humain. Mais si un jour elle découvrait ma vraie nature, elle pourrait avec ce petit résumé comprendre mon historique démoniaque également. Un mensonge sans l’être. Plusieurs choses étaient véridiques, mais mon âge de début dans le domaine, l’histoire d’enlèvement et mon âge était un mensonge. Mon regard fixait celui de ma comparse, alors que ma posture était décontractée. Je prenais une gorgée de thé, puis gardait ma tasse en main,

-Et vous, Dame De Novigrad, qu’elle est votre histoire?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: