AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
That's my luck [PV : Jäelle Ho-dreal]
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


That's my luck
Jaëlle & Faelan

« Maybe sometimes you just need to step back and hope for problems to resolve themselves... Except it never work that way »
La journée est belle. Au point que le doppler regrette d'être de service. Il aurait pu en profiter pour aller battre la campagne ou bien il aurait aussi tout simplement pu s'installer dans un coin tranquille en extérieur avec un livre, histoire de profiter de ce radieux soleil. Tiens d'ailleurs, s'agirait de pas être en retard, Faelan jette brièvement un oeil vers l'astre diurne. A en juger par sa position dans le ciel, il n'est pas plus de dix heures. Parfait. C'est qu'il aurait même le temps de traîner un peu sur la route, en fait.
Une moue hésitante sur le visage, le métamorphe toise le paquet qu'il tient entre ses mains. Ce n'est pas bien lourd, pas bien grand non plus, et paraît d'une affligeante banalité. Mais ça ne peut pas l'être, n'est-ce pas ? Sinon son propriétaire n'aurait pas demandé à un mercenaire d'en faire la livraison, un simple coursier aurait suffit. Et ça aurait été moins cher, par ailleurs.

Un profond soupir échappe à Faelan tandis qu'il cale le paquetage sous son bras pour reprendre la route. Non, hors de question de flemmarder en chemin. Plus tôt cette histoire serait réglée, et mieux ça vaudrait. Peut-être était-il trop méfiant, trop habitué à se défier de tout et tout le monde, mais quelque chose lui déplaisait dans toute cette histoire. Surtout que son employeur avait des faux airs de mage... Ah il n'a rien contre eux en particulier, pas le moins du monde, la seule chose qu'il leur reproche c'est d'attirer les ennuis aussi bien qu'un charnier attire les goules !

Il ne faut pas plus d'un petit quart d'heure au doppler pour rejoindre le quartier de la Criée, se mettant tout de suite en quête du marchand auquel il est censé remettre le colis. Un grand bonhomme à la peau matte et aux yeux d'un bleu glaçant qu'on lui a dit, qui tient une petite échoppe d'ouvrages et parchemins en tout genre. Maugréant qu'il aurait aimé avoir des instructions un peu plus précises, Faelan louvoie entre les badauds aussi discrètement que possible, sa petite taille l'y aidant bien. Finalement il repère le commerçant, un peu plus loin. Ah ça, le doute n'est pas permis en effet, on ne lui avait pas menti ! Ce n'est pas un physique qu'on a l'habitude de croiser souvent dans les rues de Novigrad.

A l'instant où il remet le paquet et que son interlocuteur lui tend en retour un vieux parchemin soigneusement plié qu'il doit rapporter à son employeur, un frisson d'anxiété parcourt soudainement la colonne vertébrale du polymorphe. C'est lui ou ça commence à s'agiter de façon inquiétante, à quelques pas de là... ?
(c) DΛNDELION


And when I die just keep in mind I'll love you in another life
And I see you and you see me, Your eyes are like a raging sea. I know it's you, I know it's true, I gazed into them once in a dream. Oh my love come take my hand Like you did in my dreamland. You feel the immortality It's you and I until eternity.
Faelan d'An Skellig
We do what must be done.
Race Race : Doppler
Habite à Habite à : Novigrad
Couronnes Couronnes : 2310
Messages Messages : 102
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : That's my luck [PV :  Jäelle Ho-dreal] Tumblr_inline_ol6qgmYqID1rwu1dx_500
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Jan - 10:41
Revenir en haut Aller en bas
-Tu vas regretter cette interruption Elijah.

Le sourire du vampire me revenait encore en mémoire. Ce sourire amusé de l’interruption, alors que je grognais d’insatisfaction. Alors que j’étais mécontente, il se moquait de la situation. Un feu infernal en moi, une flamme qui avait grandi peu à peu au contact du mâle, alors que de l’huile avait été rajoutée sur le feu. Lorsque j’étais sortie de sa résidence pour le laisser avec ce misérable insecte qui avait osé nous interrompre, j’avais bien failli attendre la sortie de celui-ci pour le poignarder. Quoi? Je devais bien passer mes frustrations quelque part! Toutefois, ce que je faisais dans les faits pour évacuer cette tension brûlante était toute autre chose. Cet insecte prenait bien trop de temps pour sortir de cette boutique!

Après cinq misérables minutes d’impatience, je commençais à marcher en ville avec mon air calme, en contrôle. Mais un volcan brûlait en moi, sa lave se déversant dans mes veines sous le besoin de luxure, de sexe et de caresse. Les doigts du vampire sur mes hanches, comme un lointain souvenir hanté par des émotions bien primaires. Un nouveau grognement m’échappait, alors que je croisais les bras sur ma poitrine. Les hommes désirent les démons et nous savons leur rendre ce sentiment par la douceur. Mais la plupart ne connaissaient pas l’autre côté de la médaille. Cette douleur lors d’un manque. Cette faiblesse et sensation d’être incomplète hors d’une chambre à coucher. Si je ne pouvais assouvir mes pulsions d’une façon, il existait toutefois d’autres moyens. La corruption, la maladie, le chaos, la violence, le mensonge, l’illusion… Créer les ténèbres et la destruction dans le cœur des hommes était une autre façon de combler mes besoins et Elijah venait de me compromettre à utiliser cette méthode.

Je déambulais dans les rues, cherchant la victime parfaite pour assouvir mon plaisir. Le pion qui jouerait la place du fou sur mon échiquier en cette après-midi ensoleillée. Le destin? Je ne sais pas, mais mon regard se posait alors sur un soldat. Un bel homme en armure, probablement militaire et un homme de loi. Mon sourire n’en devenait que plus carnassier, alors que je me frottais paisiblement les mains en commençant à le suivre de loin. Il me semblait un peu lunatique, un beau brun qui regardait partout autour de lui. Niais et naïf à souhait, mes jouets préférés.

Arrivé sur une place centrale, il semblait chercher quelqu’un. Le dos appuyé contre un mur de brique froid, je croisais de nouveau les bras avec amusement. Que faire pour foutre le bordel… Je regardais tout ce beau monde et l’idée d’une bagarre générale effleurait alors mon esprit. Mais comment? Mon regard était alors attiré dans une ruelle derrière moi, où un groupe de jeunes hommes semblait prévoir un mauvais coup. Approchant de ceux-ci d’un pas léger, je laissais un sourire plaisant prendre place sur mes lèvres. Ceux-ci m’observaient avec méfiance et je posais alors un genou au sol. Posture qui montrait alors mon décolleté aux adolescents dans les environs de 14 ans. Je me léchais alors les lèvres, laissant un peu de mes phéromones affecter leurs sens et jugements. Que ne ferait pas un homme pour une jolie femme?

-Bonjour les gars… Vous voudriez bien me donner un coup de main? J’aurais besoin d’aide, mais… Cela pourrait être dangereux pour une jeune femme.

Flatter l’égo masculin, première étape. Leurs regards allaient tous sur mon décolleté, alors que je bombais ma poitrine en prenant une bonne inspiration. Sortant alors 6 couronnes de ma poche, je montrais les pièces aux gamins.

-Si vous m’aidez et que vous réussissez, elles sont à vous!

J’obtenais rapidement l’accord de mes pions, alors qu’une lueur avare traversait leurs regards. De jeunes âmes déjà noircit par la pauvreté et la corruption dans une ville ou noblesse dirige. Ils grandiraient, deviendraient des brigands, puis se feraient exécuter. Ainsi était la loi à Novigrad et ils avaient tous un malin sourire à l’exposition de mon idée. Plaisir de se venger sur un représentant de cette loi injuste. C’est alors que le brun avait un parchemin en main et semblait avoir conclu une transaction que je donnais le signal de la ruelle.

Les six gamins entamaient alors une course folle entre les commerces. Tous exécutaient le plan à la perfection :
-Le premier glissait le long d’un comptoir, volant deux à trois pommes dans un panier d’un marchand.
-Le deuxième bousculait un homme, qui échappait alors son seau de lait au sol.
-Le troisième venait agripper la poitrine d’une femme, qui lui répondait avec une gifle des plus cinglantes au visage.
-Le quatrième volait un pain des mains d’un commerçant directement, puis croquait dans celui-ci en continuant sa course.
-Le cinquième volait à son passage en courant quelques morceaux de vêtement au hasard.
-Le sixième… Ho le sixième garçon… Le plus grand de tous, une vraie gazelle de compétition! Il s’élançait et alors que le militaire regardait la série d’enlèvements, il lui arrachait le parchemin des mains et entamait alors une course folle vers la ruelle.

Tous les adolescents profitaient alors du chaos général créé par leurs interventions pour fuir vers cette même ruelle d’où ils étaient venus. Ils étaient des professionnels dans l’art de fuir, connaissant les rues comme le fond de leurs poches crasseuses. Mécanisme de survie indispensable lorsqu’on n’a pas de toit sur sa tête. À leur passage, l’échange fut rapide. Le garçon me donnait le parchemin et je lui remettais les six pièces. Je rangeais aussitôt celui-ci sous les pans de ma veste noire, bien dissimulé et discret. Je n’avais point idée du contenu de cette missive, mais j’attendais l’arrivée du militaire avec impatience. Attente interminable, pour voir la sueur couler de son front après une course effrénée pour récupérer son bien, alors qu’ils continueraient de chercher le gamin, le responsable du vol.
Jäelle Ho-dreal
Well, how about a game of gwent?
Race Race : Démon - Succube
Habite à Habite à : Novigrad - Chez Elerinna
Couronnes Couronnes : 6233
Messages Messages : 64
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : That's my luck [PV :  Jäelle Ho-dreal] Eiza2
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Jan - 23:37
Revenir en haut Aller en bas


That's my luck
Jaëlle & Faelan

« Maybe sometimes you just need to step back and hope for problems to resolve themselves... Except it never work that way »
Quelque chose ne va pas, c'est sûr et certain. Son instinct le lui hurle tellement fort qu'il pourrait en avoir un acouphène. Le souci c'est que même s'il en aurait très envie, prendre la poudre d'escampette comme un voleur ferait immédiatement de lui un suspect, et attirerait donc immanquablement l'attention. Ce qu'il ne veut évidemment pas. Enfin pas dans la situation actuelle, tout du moins. Parce que s'il n'était pas encore en plein contrat, ah ça il ne se serait pas gêné pour filer comme un lapin qui aurait une meute de limiers après sa queue touffue !
Très rapidement... Appelons un chat un chat, ça devient le bordel. Sourcils froncés devant la cohue grandissante dont il ne comprend pas du tout l'origine, Faelan en devient négligent. Une erreur qui lui coûte cher, puisqu'une main inconnue vient de lui ravir le précieux document qu'il était censé retourner à son employeur. Sous le coup de la surprise l'espace d'un très bref instant durant lequel son visage se décompose, le polymorphe se ressaisit cependant bien vite et c'est la colère qui explose.

- T'as intérêt à cavaler comme le vent parce que si je t'attrape, je te fais un collier avec tes propres entrailles ! aboie-t-il furieusement en s'élançant à sa suite. Instantanément il comprend que ses jambes assez courtes d'elfe ne lui permettront pas de tenir la distance. Aussi abandonne-t-il sa forme de bipède pour se glisser dans sa peau de loup, arrachant aux badauds confus qui l'entourent des cris de surprise et même de peur pour certains. Les préjugés ont la vie dure. Surtout que certains seraient fichus de hurler au loup-garou. Mais tant pis, aveuglé par sa colère, Faelan n'y fait pas attention.
Les larges pattes foulant les pavés à un rythme soutenu, le doppler débouche assez rapidement dans une ruelle où il s'engouffre sans attendre, babines légèrement retroussées et grondant de fureur. Aussi bien contre lui que contre cette bande de voyous, d'ailleurs. Il freine toutefois des quatre fers quand une silhouette féminine lui barre la route. Cet obstacle imprévu lui met le doute. Faelan lève le museau, flaire les effluves flottant dans l'air... Pourtant ils doivent être passés par ici. Etrange...

Là le loup cède à nouveau sa place à l'elfe, qui croit bon d'entamer lui-même la conversation pour éviter de trop longues interrogations qui seraient sûrement confuses.

- Bonjour mademoiselle, oui je suis un doppler mais non j'ai pas le temps de tailler le bout de gras. Est-ce qu'une bande de sales gamins est passée par ici ? Ils m'ont volé quelque chose d'important, je dois absolument le récupérer !

Sans ce parchemin, il peut dire adieu à sa paie. Et le souci, c'est que le mercenaire compte dessus pour payer à temps le loyer qu'il doit au Caméléon, le lendemain. Bon à force le tenancier le connaît et au pire des cas il pourrait sans doute demander un délai, mais... Franchement ça l'embêterait.
(c) DΛNDELION


And when I die just keep in mind I'll love you in another life
And I see you and you see me, Your eyes are like a raging sea. I know it's you, I know it's true, I gazed into them once in a dream. Oh my love come take my hand Like you did in my dreamland. You feel the immortality It's you and I until eternity.
Faelan d'An Skellig
We do what must be done.
Race Race : Doppler
Habite à Habite à : Novigrad
Couronnes Couronnes : 2310
Messages Messages : 102
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : That's my luck [PV :  Jäelle Ho-dreal] Tumblr_inline_ol6qgmYqID1rwu1dx_500
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Jan - 0:45
Revenir en haut Aller en bas
Les cris, les pleurs des bébés naissants et le chaos ambiant me faisaient fermer les yeux de satisfaction. Un doux sentiment de plaisir, alors que j’entendais le résultat de mon projet, ma création et mon enfant. Un quinze minutes d’effort minime, pour créer un résultat digne des plus grandes discordances, alors que la foule ne savait plus où regarder. En quête de menace supplémentaire, alors que pourtant, le danger était en eux. C’était de leurs fautes! Ces pauvres bourgeois, se plaisant dans le confort de leurs couettes et dans le déni de la réalité. Alors qu’ils jetaient des pommes, négligeant de la manger avant la date de péremption, des enfants mourraient de faim dans les rues. Les inégalités sociales et la pauvreté avaient créé des adolescents sans domicile, volant pour manger et survivre. J’avais seulement profité légèrement de leur haine collective pour terminer de dessiner mon dessin.

Le militaire avait eu le mérite de me surprendre toutefois! Le voyant courir dans la ruelle, peu après avoir échangé la marchandise avec les gamins. Mais non sous une forme humanoïde. Ce qui s’offrait à moi était un grand loup, une bête féroce et terrifiante dans l’imaginaire des enfants et je me félicitais mentalement s’il était alors la cause des cris des enfants. Sans le vouloir, je l’avais incité à commettre un acte horrifiant pour certain et j’avais donc propagé un peu de mon influence en lui de façon détournée. J’étais après tout, la chef d’orchestre de cette mélodie peu appréciée des habitants. Mon sourire s’étirait avec intérêt, alors qu’il redevenait sous mes yeux, un homme bien mature. Celui-ci que j’avais pris en filature plus tôt. Impression, je devais l’admettre. C’est alors qu’il me revenait des brides de conversations sur les contes et légendes. Des êtres capables de changer de forme, mais je n’en avais jamais vu avant de mes yeux.

-Un Doppler, je n’en avais jamais vu avant! C’est impressionnant!

Je n’étais aucunement effrayé, j’étais surtout en admiration avec le magnifique spécimen qui s’offrait à moi. Elijah s’était refusé à moi. Non… Il avait du s’occuper de client impertinent… Voilà que je venais de trouver une nouvelle source de plaisir pour passer le temps et me divertir. Il était mignon aussi, il avait un petit air vulnérable qui le rendait d’ailleurs à croquer. Me léchant les lèvres, je souriais doucement et lui lançait d’un ton étrangement trop calme,

-Une bande de sales gamins? Oui, je crois bien avoir vu passer en courant 6 adolescents, vêtu de vêtement taché de boue.

Me tournant vers ma gauche, je désignais une ruelle sombre et bien étroite. Un petit sourire sur les lèvres, mon index de ma main gauche désignait celle-ci, alors que je rajoutais d’un ton suave, rajoutant un peu de puissance dans ma voix, désirant créer des frissons chez mon interlocuteur,

-Ils sont allés dans cette direction, mais elle est étroite et il faut connaître intimement les passages pour ne pas se perdre. Je connais la ville comme le fond de ma poche si vous voulez un peu d’aide?

Je lui offrais alors un petit sourire en coin. Un air presque angélique au visage, le type de regard qui ferait vomir n’importe quel homme de dieu en me regardant. Mais aux yeux du jeune homme, je n’étais pas une succube, mais une femme avec qui il avait pratiquement eu une collision.

-Que vous ont-ils volé exactement, mon brave?
Jäelle Ho-dreal
Well, how about a game of gwent?
Race Race : Démon - Succube
Habite à Habite à : Novigrad - Chez Elerinna
Couronnes Couronnes : 6233
Messages Messages : 64
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : That's my luck [PV :  Jäelle Ho-dreal] Eiza2
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Jan - 0:04
Revenir en haut Aller en bas


That's my luck
Jaëlle & Faelan

« Maybe sometimes you just need to step back and hope for problems to resolve themselves... Except it never work that way »
A chaque fois qu'il se révèle sans aucun avertissement préalable en tant que doppler, les réactions sont peu ou prou les mêmes. De la stupeur, un étonnement parfois mâtiné de crainte ou de curiosité, des cris de surprise peuvent même s'inviter, et dans les cas les plus extrêmes c'est la peur qui prend le dessus poussant à hurler au monstre ses possibles interlocuteurs. Depuis le temps, Faelan a pris l'habitude d'être considéré comme une bête curieuse. Il lui arrive même d'apprécier cette sensation, ceci dit cela reste relativement épisode et dépend fortement de son humeur. Après tout, il aime surprendre, et quoi de mieux pour cela que de changer de forme à sa guise sous le nez de personnes qui sont accoutumées à ne jamais voir les dopplers ? Appartenir à une race normalement timide à ses avantages...

Aussi le changeur est presque estomaqué du manque de réaction de la demoiselle qui lui fait face. Voilà qui est inhabituel... A bien des points de vue. Immédiatement en son for-intérieur il se fait la réflexion que pour avoir un tel aplomb elle pourrait bien être elle aussi un non-humain quelconque. Lequel ? Impossible à déterminer de prime abord. Comprendre la véritable nature d'Elijah lui avait pris du temps, ces choses-là s'abordent en douceur... Or, du temps il n'en a pas. Tant pis, il verrait cela plus tard. Peut-être.
Faelan fronce imperceptiblement les sourcils en la voyant minauder. Qu'est-ce qu'elle essaie de faire là, au juste ? Oh cela ne lui plaît pas. Hélas, il n'a pas vraiment d'autre choix que d'écouter ce qu'elle a à raconter. Il lève les yeux au ciel avec un soupir agacé.

- Un papier important. Si vous avez vraiment vu par où ils sont partis, on pourrait arrêter de traîner tout de suite ? Je dois vraiment le récupérer et là ils vont pouvoir se tirer jusqu'à l'autre bout de la ville si ça continue !

Peut-être qu'il aurait dû rester sous sa forme de loup et se forcer à être davantage posé pour pouvoir remonter la piste lui-même... Le souci c'est que dans son emportement, Faelan a du mal à faire les bons choix et reste indécis. Pourquoi ne pas explorer la piste que la jeune femme lui propose, après tout. Au moins il ne pourra pas dire qu'il n'aura pas tout essayé, c'est déjà ça.
(c) DΛNDELION


And when I die just keep in mind I'll love you in another life
And I see you and you see me, Your eyes are like a raging sea. I know it's you, I know it's true, I gazed into them once in a dream. Oh my love come take my hand Like you did in my dreamland. You feel the immortality It's you and I until eternity.
Faelan d'An Skellig
We do what must be done.
Race Race : Doppler
Habite à Habite à : Novigrad
Couronnes Couronnes : 2310
Messages Messages : 102
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter : That's my luck [PV :  Jäelle Ho-dreal] Tumblr_inline_ol6qgmYqID1rwu1dx_500
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Jan - 10:34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: