AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: novigrad et sa périphérie :: novigrad :: PLACE DU HIÉRARQUE :: Demeure d'Adélice Vaer Déharronis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Oui, Marraine ? ft. Jaëlle Ho-Dreal
Adélice Vaer Déharronis
Race Race : Incube
Profession Profession : Maître espion
Habite à Habite à : Novigrad
Adélice Vaer Déharronis
We do what must be done.



Jeu 10 Jan - 21:50
Voir le profil de l'utilisateur


Oui, marraine ?Adélice Vaer Déharronis  & Jaëlle Ho-Dreal Le vin coulait doucement dans ma coupe tandis que de la musique s'échappant de la rue me parvenait aux oreilles. L'heure était tardive, l'ivresse s'appropriait les ivrognes allant de tavernes en tavernes et moi je restais là, à siroter ce cru beaucoup trop précieux pour vider la coupe d'une traite assoiffée. Je me rapprochais doucement dans la fenêtre, laissant courir l'extrémité de mes doigts sur les pierres d'une chaleur quelques peu surprenante avant de me déposer à peine sur le rebord. La vie en contrebas demeurait une distraction dont j'avais du mal à me défaire; les humains étaient si surprenants... Je me mordis la lèvre en buvant une nouvelle gorgée du liquide écarlate qui coula juste à la commissure de ma bouche. J'épongeais rapidement ce qui menaçait de tâcher ma chemise d'un mouchoir de poche puis reprenais ma délicate entreprise de discerner tout ce que faisait ses gens aux heures les plus sombres de la nuit. Certains chuchotaient à voix basse en formant un groupe, d'autre riaient à gorge déployée en se tenant le ventre bien gras tandis que les plus chanceux se baladaient aux bras de femmes de qualités. Mon regard s'attarda sur un couple dont je ne sus démêler mes impressions tout de suite. Ils demeuraient bras dessus bras dessous, discutant gaiement, ne se souciant de rien. Que d'innocence.

Mon gobelet rencontra rapidement le roc sur lequel j'étais assis. Je l'avais reposé brutalement, sans raison, laissant simplement parler ma rage de ne pouvoir plus vivre comme eux, même parmi eux. Rongé par ce sentiment d'horreur, je quittais promptement ma fenêtre pour me planter face à la cheminée. Mon crâne me faisait souffrir. Je m'empressais donc de me masser en un mouvement circulaire les tempes comme pour soulager cette migraine écoeurante que je traînais trop souvent. Une fois que le calme sembla me revenir, je me laissais retomber lourdement dans le sofa le plus proche, au milieu des coussins, des couvertures et autres décorations le jonchant. Le feu devint le centre de toute mon attention. Ses flammes dansantes me rappelaient des corps, des soupirs, des personnes ayant parfois côtoyés mon lit mais les images se muèrent en d'autres choses peu à peu. Violence, carnage, meurtres. Je me mordais la langue en me redressant promptement.

"Ne puis-je pas être tranquille un instant ?!" Sifflais-je entre mes dents avant de jeter ce qui me tomba aussitôt sous la main au feu.

Haletant, un éclat brillant d'une rage monstrueuse dans le regard, je finissais par mes ressaisir en fermant les yeux. Il était hors de question que je ne succombe à cette voix insidieuse chantonnant sous mon crâne, il était hors de question que je perde le contrôle ici et maintenant. Un soupire filtra entre mes lèvres à peine desserrées.

"Ca va passer... Ca va passer...Ca va passer"

Le simple fait de répéter cette phrase m'apaisait peu à peu et lorsque j'ouvris à nouveau les yeux sur le salon qui m'entourait, j'affrontais le feu en transpirant abondamment d'angoisse.

"Pourquoi moi hein... Pourquoi suis-je comme cela ?"

Mon coeur pesant tant son poids me fit chuter en arrière dans ce magma de tissus et de moelleux réconfortants. J'avais l'impression d'étouffer ce qui me fit entrouvrir davantage mon haut baîllant déjà sur la quasi totalité de mon torse. Divaguant sur ma condition, je me resservis un verre de façon quasi mécanique, priant pour que l'on me vienne en aide par je ne sais quel moyen au vu de mon état pitoyable.


©️️Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Jäelle Ho-dreal
Race Race : Démon - Succube
Profession Profession : Michetonneuse
Habite à Habite à : Novigrad - Chez Elerinna
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Jäelle Ho-dreal
Well, how about a game of gwent?



Sam 12 Jan - 0:04
Voir le profil de l'utilisateur
Ma main caressait le torse de mon amant. Mes doigts, glissant sur la peau humide de l’homme, en sueur d’un effort physique considérable. C’était mon dernier client pour la journée et probablement, le meilleur qui m’avait été donné d’avoir en cette sombre nuit. Un militaire en fin de service, qui avait voulu laisser sortir la pression de son travail acharné. Posant ma tête sur son torse, j’écoutais son cœur battre paisiblement. Laissant échapper un ronronnement possessif, je lui murmurais en caressant son flanc de l’autre main, nue sous la couette contre son corps aussi libre, tel Adam à son réveille,

-Ton cœur, c’est pour moi qu’il bat j’espère?
-Tu sais très bien que mon cœur t’appartient depuis longtemps Jäelle.

Je fermais les yeux, contente de cette affirmation véridique. Alors que mon jouet, mon soldat revenait une fois par semaine me rencontrer pour continuer nos ébats. Une relation charnelle et économique, basée sur un besoin de luxure pure et dure. Mais dans la manœuvre, le pauvre homme était tombé entre mes griffes. Laissant son pauvre petit cœur s’attacher de sentiment à sens unique à ma personne. Je lui souriais alors, le sourire d’une jeune femme au matin de sa lune de miel. Déposant un baiser sur sa mâchoire, je lui murmurais en me redressant,

-Alors, tu reviendras me voir la semaine prochaine?
-Comme chaque semaine, mon amour.

Qu’il était mignon… Quel dommage que je ne désire que sa jouissance pour me nourrir occasionnellement. Sortant du lit, j’enveloppais mon corps d’une robe de chambre en soie. Laissant le regard brûlant du soldat me dénuder. Avec une lueur taquine, je quittais la chambre numéro 3 de l’établissement d’Elerinna. M’étirant, je rejoignais la pièce pour les employés. Souriante, je souhaitais une bonne soirée aux autres filles avant de quitter le travail, retournant dans ma chambre que je louais dans la demeure de ma patronne. Une heure plus tard, je sortais du bain, le corps encore chaud, mais pas autant qu’entre les bras de mon soldat. Alors que j’allais me préparer à sortir, vêtu d’une robe de soirée rouge et moulante, montrant aisément mes attraits… Je ressentais un soudain malaise. Une sensation d’être observé et… C’est à ce moment que je me retournais face à mon lit pour voir mon patron. Sous sa forme de mortel, il était assis paisiblement sur mon lit, le sourire aux lèvres

-De toutes mes créations, tu es l’une de mes préférées.

Avec un sourire amusé, je posais les poings sur mes hanches et riait alors,

-Il est impoli d’entrer sans cogner, un homme aussi courtois que vous devrait le savoir pourtant.
-J’ai un travail à te confier.

L’heure de la plaisanterie était donc déjà terminée? Je lui adressais une moue boudeuse, alors que la mâle aux cheveux courts et noirs comme la nuit me parlait d’un jeune incube. Ses yeux rubis fixant ma personne d’un air des plus sérieux. Je devais être l’une de ses plus vieilles créations sur le terrain, une aînée. Et alors qu’il flattait mon égo, je croisais les bras sur ma poitrine en résumant sa pensée d’une phrase,

-Donc, je dois devenir la marraine d’un jeune incube et lui montrer le droit chemin?

-Ne sois pas si prompt au jugement, Jäelle. Et surtout, je te conseille fortement de cesser cette arrogance tout de suite. Tu ne voudrais pas revenir avec moi pour recevoir la fesser, n’est-ce pas?

Non, je voulais rester parmi les mortelles. L’enfer est agréable, mais ici je jouissais d’une liberté agréable et de multiples divertissements des plus plaisants. Secouant ma tête, je restais alors silencieuse. Il est plus facile de me taire que de réfréner ma fierté dans mes paroles.

-Voilà qui est mieux déjà… Je l’entends, il se remet en question, il questionne sa vie… Je t’envoie à ses côtés aussitôt.

-Bien… Votre volonté sera respectée Messire.

Un dernier sourire sur les lèvres de l’homme. Je n’avais jamais connu son nom, mais je savais qu’il était mon créateur. Puissant et effrayant à souhait lorsqu’il le désirait. Mais… Oui… Un jour j’accumulerais assez d’âme pour le dépasser en puissance et je deviendrais la patronne et lui mon esclave. J’avais bon espoir d’y parvenir d’ici cent ans. Et comme s’il avait lit dans mes pensées, il claquait des doigts avec un air des plus confiants. Ma vision se brouillait alors et je ressentais une vague de nausée. Peu habitué à la téléportation, surtout aussi soudaine, un clignement d’yeux suffisait pour que mon environnement change complètement. Désormais dans la demeure du jeune incube, je me permettais un vague regard vers le feu, avant de fixer la nuque du jeune homme. Juste derrière lui, je n’eux qu’à pencher un peu mon corps vers l’avant pour venir murmurer à son oreille, laissant mon souffle caresser sa nuque si accessible,

-Parce que tu as été choisi. Parce que la violence sanglante de la guerre était un contexte parfait à ta création. Parce que, c’était une influence idéale pour corrompre ton âme mortelle.

Je me préparais alors à reculer de ma vitesse inhumaine. Me préparant à éviter ou bloquer un coup en provenant du jeune homme. Après tout, je venais d’apparaître dans son dos tel un fantôme. Un intrus dans son intimité qui serait surprenante malgré son appel à l’aide.
Revenir en haut Aller en bas
Adélice Vaer Déharronis
Race Race : Incube
Profession Profession : Maître espion
Habite à Habite à : Novigrad
Adélice Vaer Déharronis
We do what must be done.



Sam 26 Jan - 18:26
Voir le profil de l'utilisateur


Oui, marraine ?Adélice Vaer Déharronis  & Jaëlle Ho-Dreal Je me retournais avec une hargne subite, grognant contre ce fantôme venant troubler ma réflexion mais une fois retourné je découvris une jeune femme tout à fait « normale ». Mes sourcils se froncèrent et mon envie de frapper disparu bien vite tandis que j’analysais cette étrange inconnue dont les mèches brunes me rappelaient Edora. Tout en la détaillant de haut en bas, je me réinstallais au sein du sofa dans lequel je me trouvais puis saisissais une coupe de vin situé à proximité d’un geste dissimulant mon questionnement. Le silence pesant s’installa et seul le feu berça la pièce de sa douce musique crépitante pendant de nombreux instants qu’on pouvait penser figés. Je pris une énième lampée de vin avant de reposer la coupe non loin de là, encrant mon regard dans mon interlocutrice.
« Qui êtes-vous ? Et que faites-vous dans ma demeure ? » Demandais-je froidement.

Je me redressais de toute ma stature pour finalement me poster face à la dame. Elle dégageait quelque chose…quelque chose de similaire à moi ainsi qu’un profond parfum de phéromone dont je saisissais à peu près toutes les essences. J’inclinais la tête sur le côté tout en la considérant avec soin a mesure que ses propos investissaient mes pensées tel un serpent. Ma création ? Serait-elle en mesure de répondre à mes questions ?Je m’avançais à son niveau pour finalement la toiser.

« Que savez-vous à mon sujet ? Et pourquoi parler de « ma création » au juste ? C’est de votre fait que je me retrouve dans une telle situation ? »Je commençais peu à peu à tourner autour d’elle, grondant, faisant grandir ma haine chaque seconde un peu plus présente en moi au vu de mon existence misérable. Mes pulsions sanguinaires se faisaient de plus en plus présentes et j’avais désormais peur de ma propre personne. Qu’allait-il advenir de mes proches ? Et allais-je tôt ou tard rechuté comme à la bonne époque ? Celle où je trucidais quiconque découvrait mon secret ou n’entrevoyait qu’une part de mon âme ? Un frisson de dégoût me fit monter l’amertume de la bile en bouche.,Tandis que je continuais de décrire des cercles autour de ce qui semblait être une jeune personne, je récupérais mon breuvage vidant ainsi deux verres au passage.

©️️Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Jäelle Ho-dreal
Race Race : Démon - Succube
Profession Profession : Michetonneuse
Habite à Habite à : Novigrad - Chez Elerinna
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Jäelle Ho-dreal
Well, how about a game of gwent?



Sam 2 Fév - 3:23
Voir le profil de l'utilisateur
Cette sensation d’être observé, perverse et exhibitionniste alors que ce regard me faisait frémir de plaisir. Il commençait par me toiser, puis tournait autour de moi tel un lion en cage. Un fauve, contenant sa rage sanguine en analysant sa proie. Une haine contenue et scellée depuis de nombreuses années, qui finalement trouvait peut-être chaussure à son pied. Mon sourire était encore présent, un peu amusé alors que je restais en silence devant son habitude de boire pour passer ses nerfs. L’alcool créant une sensation d’inhabitation, un répresseur calmant ou aggravant les émotions de son porteur. Nous avions deux choix, cela pouvait l’apaiser, comme cela pouvait ouvrir une boîte de pandore. Dans les deux cas, me sentir comme une proie m’excitait.

Je restais immobile. Droit et debout, mon corps était décontracté et calme. Mon cœur battant lentement, au rythme des petits crépitements du feu. Il ne me rendait pas anxieuse et même lorsqu’il était dans mon dos, ma confiance aveugle me faisait fermer les yeux sur ma vulnérabilité temporaire. Après tout, ne suis-je pas une démone de plus de 500 ans? Mon arrogance surdimensionnée me faisait sourire à l’image d’une tentative de sa part. Je me voyais me retourner de toute ma vitesse, attraper son entrejambe d’une main et serré jusqu’à le faire tomber à genoux. Ne serais-je pas une bonne punition pour un petit incube impertinent?

-Je me nomme Jäelle Ho-Dreal! Enchanté Adélice!

Souriante, je lui tendais une main avec un air qui se voulait rassurant? Je tentais d’être professionnel pour faire une bonne première impression. Mais entre démons, nul doute que ma nature se dévoilait dans cette poignée de main. Nos peaux étaient beaucoup trop douces. Trop agréable au toucher et je lui faisais ressentir mes phéromones des plus élevés en me concentrant un peu. Je ne tentais pas de cacher ma nature au jeune homme,

-Ce que je sais à ton sujet? Ton nom, ta nature démoniaque, comment tu as été créé… Mais détrompe-toi, je ne suis pas assez puissante pour créer des démons… Pas encore…

Un petit sourire en coin, alors que je fantasmais à l’idée d’avoir mes propres créations. À l’idée de corrompre une âme au point de changer sa nature et le transformer en succube ou incube. Un frisson de plaisir me traversait juste à cette idée, à imaginer le résultat complet de mon travail et la sensation d’accomplissement qui suivrait. Comme une mère qui accouche enfin de son enfant après une grossesse complexe. Soulagement et réjouissance à la fin en regardant le dessin final pour lequel nous avons tant fait d’effort. Souriante, je soupirais d’aise devant cette haine et inspiré calmement,

-N’as-tu pas posé des questions à voix haute? Demander des réponses dans un moment de rage contenu? Je suis en quelque sorte une tutrice, ta marraine.

Approchant de l’incube, j’osais lever ma main pour attraper son menton. Je le forçais à me regarder dans les yeux. Les miens devenant deux fentes félines, décorés d’un teint doré. Des yeux inhumains et infernaux. Avec un sourire en coin, je rajoutais,

-Nous sommes pareilles, mais avec des organes génitaux différents. Est-ce une façon d’accueillir un membre de ta famille?

Mon ton était calme, posé. Je ne cherchais pas à le provoquer ni à me battre avec lui. Je tentais simplement de le raisonner pour qu’on puisse discuter ensemble et que… Il soit un gentil homme en m’offrant un siège et à boire! J’avais soif, tellement soif! Et puis je méritais bien un siège confortable pour le déplacement après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Adélice Vaer Déharronis
Race Race : Incube
Profession Profession : Maître espion
Habite à Habite à : Novigrad
Adélice Vaer Déharronis
We do what must be done.



Ven 1 Mar - 22:11
Voir le profil de l'utilisateur


Oui, marraine ?Adélice Vaer Déharronis  & Jaëlle Ho-Dreal Cette poignée de main semblait scellé une entente, une union et des échanges dont je pouvais déjà décelé le piquant. Tandis que j’écartais ma paume de la sienne, une odeur étouffante oppressa ma poitrine un vague instant avant que je ne réalise qu’elle émanait de mon interlocutrice dont je n’arrivais à entrevoir les intentions. Elle ne tentait pas de dissimuler sa nature en tout cas ! C’était certain. Je la toisais doucement, attendant qu’elle démarre promptement la suite de son discours et cela ne tarda pas.
Elle parlait avec aplomb ; une pointe de malice légèrement troublante dans les recoins de ses propos.  Sa voix mielleuse se vanta tout à coup d’avoir beaucoup trop d’informations sur ma personne ce qui me faisait presque voir rouge suite à telle provocation mais je m’empressais de retourner m’installer dans un fauteuil pour temporiser mes humeurs. Le menton dans le creux de ma main, je ne lâchais pas l’intruse des yeux tandis qu’un soupire souleva ma poitrine ; l’ennui me gagnait et je voyais bien qu’elle-même se perdait dans des pensées dont la noirceur n’effleura même pas mon mental. Pourtant, elle retomba sur ses pieds pour aborder une nouvelle thématique.
Visiblement elle était venu à moi pour répondre à ces interrogations parasitant mon existence noirâtre. Mon attention changea alors du tout au tout car ce qu’elle venait de me confier semblait toucher à mon démon enfoui : une marraine ? Une tutrice ? J’arcquais un sourcil curieux en me râclant de la gorge bruyamment. « Une marraine… » Chuchotais-je en plissant les yeux avec rigueur. Etait-ce une bonne chose ?

Sans attendre je me relevais en restant à bonne distance de sa personne. Quel était cet « ange gardien » ? Etait-ce réellement un cadeau ? A mesure que je réfléchissais, elle, elle s’aventura à ma hauteur pour captiver mon regard ainsi que mon visage. Un frisson me parcourut l’échine. Sa question me laissa tout d’abord songeur ; des organes génitaux différents…Au moins elle ne savait pas les tourments déchirant mon être. J’écartais ses doigts de mon menton d’un air revêche avant de lui indiquer le fauteuil installé derrière son dos. «Une famille… » Grommelais-je « Asseyez-vous. Je pense qu’il faut en effet que nous discutions. » Concluais-je en me plaçant face à elle.
« Vous semblez en tout cas bien maîtrisé le sujet de notre race pour commencer et je serais en effet ravi de disposer d’autant de savoir sur …mon…mon groupe. On abordera ce qui me concerne plus tard ! » Soufflais-je en remplissant copieusement deux verres de vins avant de retrouver le confort des coussins. « Que pouvez-vous m’apprendre sur le pourquoi du comment de notre création ? Ainsi que le but de notre existence ici-bas ? » Fis-je en tendant une coupe en direction de la dénommé Jaelle avant de caler à nouveau mon dos dans le dossier.

©️️Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Jäelle Ho-dreal
Race Race : Démon - Succube
Profession Profession : Michetonneuse
Habite à Habite à : Novigrad - Chez Elerinna
Quelque chose à ajouter Quelque chose à ajouter :
Jäelle Ho-dreal
Well, how about a game of gwent?



Sam 9 Mar - 0:46
Voir le profil de l'utilisateur
La rage était lisible dans son regard, alors que j’avouais avoir de multiples connaissances à son sujet. Il est clair que le grand patron ne m’aurait jamais envoyé exécuter une tâche sans m’informer un minimum sur ma cible. L’instant de quelques secondes, je m’attendais à recevoir son poing en plein visage. Je le regardais, toujours aussi malicieuse en me léchant les lèvres de plaisir en prévention de l’attention violente qu’il me donnerait en agissant ainsi. Car c’était me donner raison, me donner le contrôle. La violence désirée est une preuve de contrôle, planifier un meurtre est de la violence contrôlée. Frapper en réaction, car nous ne contrôlons pas nos émotions, ou la perte de contrôle face à une situation, c’est donner le pouvoir à son adversaire. Ce coup me ferait frémir, alors que comme un bon maître pantin, je remuais les cordes psychologiquement pour le faire réagir physiquement. Mais contre toute attente, je devais réprimer une moue boudeuse, alors qui retrouvait contenance et prenait de nouveau place sur son canapé. C’est donc en claquant ma langue avec un peu d’agacement que je répondais à son mot,

-Une Marraine, oui… Ta marraine la bonne succube.

Je souriais avec amusement de mes mots. Reflet d’une phrase véhiculé parmi les mortels, alors qu’ils donnaient comme nom ‘’ Marraine ma bonne fée’’ à des personnes significatives ou aidante dans leur vie. Allais-je être aidante? Cela dépendrait de lui à dire vrai. Je pouvais répondre à ses questions, l’accompagner et le supporter dans l’apprentissage de ses habiletés… Mais s’il refusait mon aide, je m’en lavais les mains. Après la rencontre avec l’Arch démon, j’étais bien refroidi quant à l’idée de nuire au jeune incube. Je ne voulais aucunement retourner en enfer, mais cela, le jeune homme ne le saurait jamais. Cela serait lui offrir une arme sur un plateau d’argent sinon. Je diminuais finalement l’énergie de ma présence dans la pièce, refermant le sac sans fond alors que je prenais place à l’endroit indiqué. Un canapé fort confortable, qui m’arrachait un soupire d’aise. Je croisais aussitôt une jambe sur l’autre sans gêne, faisant comme si j’étais chez moi.

Ho… Il gagnait des points en flattant mon égo et en me tendant cette coupe de vin. Je le trouvais aussitôt bien plus beau, à croquer. Tenant cette coupe en main, je sirotais celle-ci sans plus attendre et soupirait de nouveau de confort. Un canapé, un feu et du vin… Contexte parfait pour apprendre à se connaître plus intimement non? Posant mon regard sur le jeune incube, une vision me venait alors en tête. Sa personne me chevauchant à quatre pattes près du feu avec violence, alors que mes genoux irrités par le frottement avec le sol me créeraient des élancements. Me mordillant la lèvre inférieure, je retournais mon attention vers cette coupe de vin, veine tentative de me changer les idées. Le jeune homme parvenait à attirer mon attention par ses questions. Comme un chat jouant avec sa proie, mes pupilles le fixaient de nouveau et se rétrécissant jusqu’à devenir deux fentes reptiliennes et jaunes.

-De ma connaissance, il y a plusieurs façons de créer un Démon. Il y a plusieurs types de Démon aussi, comme il y a plusieurs types d’elfes par exemple. Un Démon naît de par la corruption de son âme mortelle. Il existe maintenant plusieurs types de corruptions… Chaos, Maladie, Violence, Mensonge, Ténèbres, Trahison, Illusion, Luxure… Nous avons toutes une histoire en tant que mortelles, mais la plupart nous l’avons oublié. Il y a aussi certaines entités qui existent. Des êtres puissants, anciens… Qui fait la loi dans notre famille, un peu comme les rois dans ce plan. Ils observent les hommes, omniprésent et vont parfois rajouter leur grain de sel dans certaines situations. Dans ton cas, je dirais que la violence du champ de bataille doit avoir attiré le regard de l’un d’eux et il doit avoir trouvé intérêt dans la corruption de ton âme.

J’haussais alors les épaules avec un petit sourire, avant de prendre une bonne gorgée de ma coupe de vin. Je le méritais bien! Je n’avais jamais pris autant de temps pour expliquer le commencement de notre nature à autrui. Maintenant, le but de notre existence ici-bas… Bonne question également, alors que je connaissais exactement la réponse,

-Le but de notre existence… Corrompre les pauvres âmes égarées… Leur montrer le droit chemin…

Je souriais alors paisiblement, faisant tournoyer le vin dans ma coupe doucement. Mes paroles je les pensais réellement… J’avais passé plus de 100 ans en enfers à me faire conditionner pour penser ainsi et ma vie de mortelle? Je n’en avais aucun souvenir. Ma vie était de prendre les âmes vulnérables sous mon aile pour les corrompre à mon contact. D’une façon ou d’une autre, l’objectif était de les amener vers la noirceur.

-Il y a plusieurs façons de parvenir à ce résultat et comme chaque âme est différente, il faut savoir adapter nos approches.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: