AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Administration :: histoire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
II. CŒUR SAUVAGE ; LES RACES
avatar
Race Race : Humaine
Sam 3 Mar - 12:28
Voir le profil de l'utilisateur
LES RACES

1274


Si mon ami le Sorceleur changea de nombreux choses dans ce monde, il y en a d'autres qui demeurèrent inchangées, gravées dans les mœurs et dans les esprits. L'originalité, la différence ne pouvaient que rester aussi abjecte aux yeux de certains citoyens, elle ne pouvait se modifier en quelque chose de plus vertueux, de plus naturel. Geralt de Riv n'avait pas ce pouvoir, il ne l'aura probablement jamais, lui-même faisant parti de ceux que l'on catégorisait d'abjecte, de non-humain.

Car dans ce monde, aussi beau soit-il sous ses paysages rocambolesques et pittoresques tout droit sortis de romans pour femmes, cachait la putride infamie de la différence. Ce monde n'est pas uniquement composé d'humain, comme moi-même, mais il est composé de cette multitude de petites différences qui donne à notre monde une beauté insondable.

Et quand bien même on crache sur eux, on leur jette des pierres à chaque passage, ils demeurent présents, parfois fiers de ce qu'ils sont, et c'est ainsi qu'ils donnent tort à leur bourreau. Mes aventures m'ont toujours appris à faire preuve de déférence vis-à-vis de ceux qui m'étaient différents, je ne peux que te conseiller d'en faire autant. Mais avant cela, laisse-moi te présenter ceux que tu seras amené à rencontrer et t’expliquer quelques petites choses à leur sujet, pour éviter de faire une bourde en chemin.


- Extrait du chapitre troisième de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.

DE CEUX QUI PEUPLENT CE MONDE.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Humaine
Sam 3 Mar - 12:34
Voir le profil de l'utilisateur
LES HUMAINS
le peuple des ombres

Quoi de plus simple que de commencer par ce que nous connaissons et côtoyons le plus ? Car après tout, le peuple humain est majoritaire en ce monde, qu'il vienne du sud ou du nord, cela importe peu. L'être Humain, la race Humaine est la plus présente. Avons-nous véritablement besoin de présenter l'être humain ? cette race à laquelle j'appartiens moi-même, cette race qui jouit de tous les plaisirs de la vie, qui se reproduit tellement plus que les autres? Je pense qu'une description physique est particulièrement inutile dans le cas présent. Néanmoins, je serais un très mauvais narrateur si je ne t’expliquais pas un minimum l'histoire des Hommes, des humains dans ce monde, dans ces terres. De plus, notre cher ambassadeur Var Attre me ferait sûrement mettre au cachot si je n'expliquais pas un peu l'origine des humains.

Voyons voir, les humains sont arrivés après les elfes, après les gnomes et après les nains, lors de la toute première conjonction des sphères qui engendra un cataclysme sans précédent, il y a de cela 1500 ans, à priori. La première conjonction des sphères engendra l'apparition de la magie sur le continent ainsi que les monstres mais également l'apparition des humains. Dès le départ, les humains étaient des barbares, avides des plaisirs de la vie, avides de combat et de sang. Ils ont rapidement mis la main sur la domination du continent par leur pouvoir de reproduction, s'établissant essentiellement au nord et au sud du continent, une configuration encore existante aujourd'hui.

Les humains, bien que n'ayant pas les facilités des elfes dans de nombreux domaines ni même la facilité des nains, ont tout de même réussis à devenir pour certains de très glorieux guerriers, devenant des rois, des reines et autres statuts de grande envergure. Mais ont également vu naître de puissants mages, utilisant la magie comme s'il s'agissait d'une seconde nature. La politique devint rapidement un jeu auxquels les humains étaient les maîtres, les Rois et Reines s'entouraient de mages pour pouvoir gouverner le monde. Ce sont mêmes les hommes qui ont mis en place un langage commun ainsi qu'un alphabet conventionnel pour s’imposer dans le gouvernement du continent.

Nous autres, les humains, avons également mis en place des ordres et des croyances pour nous guider tout au long de notre vie. Si la prophétie d'Ithlinne nous encourageait à bien des choses et nous poussait à la terreur du futur, nos croyances permettaient également à ce que l'on vive avec le moins de terreur et le plus de haine possible pour les autres races que l'on considérait comme inférieur. C'est toujours le cas aujourd'hui, bien que cela se soit amoindrie avec la tête de certains dirigeants extrémistes plantées sur des pics.

De notre aigreur naquit alors le Culte du Feu Éternel qui bannissait toute forme de magie et de non-conformisme à la race humaine, le Culte de Melitele pour le soin des malades et la bonne santé de tous, l'Ordre de la Rose Ardente qui suivait les préceptes du Feu Éternel et finalement, la Loge des Magiciennes. Et pourtant, ce fut également l'humain qui fit naître les sorceleurs pour se battre contre les monstres, contre cette forme abjecte appelée magie.

L'être humain, dans sa barbarie et sa soif de pouvoir et de domination, donna forme à de nombreuses choses en ce monde. Même si l'être humain fit des erreurs, il n'en demeure que le peuple, la population globale, ne fait que suivre les préceptes de ceux qui les écrivent. Nous ne sommes que des pantins sur un gigantesque échiquier, prêt à se dévouer pour la cause que l'on estime juste, ou simplement prêt à tout faire pour survivre.

- Extrait du chapitre troisième de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Humaine
Sam 3 Mar - 14:40
Voir le profil de l'utilisateur
LES ELFES
à travers le temps et l'espace

Les elfes, il y a tant à dire sur eux, personnalités si complexes et pourtant si simples lorsqu'on les comprend suffisamment et qu'on les approche sans hurler aux oreilles pointues. La première chose à savoir sur les elfes avant que je ne t’explique plus en détail la chose : c'est qu'il y a deux types d'elfes en ce monde. Les Aen Elle et les Aen Seidhe. Ces deux types d'elfes ont néanmoins un point commun dans leur apparence : ils sont tous deux fins et élancés, majoritairement grands, avec des yeux en amandes, perçants et sondant votre âme, ce sont des êtres très beaux, dans de nombreux cas qui possèdent, bien évidemment, des oreilles pointues. Ils ont également un autre point commun : celle d'une longévité de vie beaucoup plus longue que les humains et un vieillissement plus lent.

Revenons à ce qui est réellement intéressant, car outre leur apparence physique, il y a tellement plus à savoir sur les elfes. Commençons donc par les tout premiers elfes, les Aen Elle dont le roi fut Auberon Muirsetach pendant de longues décennies, si ce n'est plus. Ces elfes ne vivent pas dans notre monde, mais dans un monde extérieur dont la capitale est Tir Na Lia. S’ils ont toujours fait en sorte de plus ou moins rester à l'écart des humains après la première conjonction qui les poussa à quitter le continent, la seconde conjonction des sphères modifia cette distance.

En effet, depuis la conjonction, ils se sont de plus en plus rapprochés de leurs confrères les Aen Seidhe en se rendant sur nos terres. Et bien que les humains les tolèrent partiellement, il n'empêche qu'ils sont présents. Le peuple des Aulnes, comme ils aiment à se faire appeler, est réputé pour leur affiliation avec les magies, mettant au monde de grands mages, que ce soit chez les hommes ou les femmes. Ce peuple développa également de grands érudits, les Aen Saevherne. Aujourd'hui, ce peuple est gouverné par Ge'els, l'ancien vice-roi, tandis que ceux qui ont quittés Tir Na Lia vivent en harmonie avec les lois humaines ou celles des Aen Seidhe. Si jamais d'aventure vous tombez dans le monde des Aen Elle, faites attention aux licornes qui se baladent sur leur terre.

Parlons maintenant des elfes que nous connaissons le mieux et côtoyons plus souvent, les Aen Seidhe. Ces derniers sont arrivés sur le continent sur des navires blancs comme le racontent les légendes, bien avant la venue des humains. Tandis que les Aen Elle se sont réfugiés dans un autre monde, les Aen Seidhe ont décidé de demeurer sur le continent. Aujourd'hui, leur principal lieu de peuplement est Dol Blathanna avec la vallée des fleurs, dirigée par la magicienne Francesca Findabair aussi appelée Enid an Gleanna, la pâquerette de la vallée. Les Aen Seidhe sont divisés un peu partout sur le continent, se situant dans les îles comme dans la cité libre de Novigrad ou encore dans le pays du vin. Ils ont également, pour certains, formé un groupe armé pour se défendre lors des guerres, le groupe des Scoia'tael. Les Aen Seidhe, de la même manière que les autres non-humains, ont également souffert des persécutions qui leur auront été faites, mais cela n'a en aucun cas modifié leur fierté vis à vis de leurs origines, bien au contraire parfois.

Mais il serait beaucoup trop long que d'expliquer toute l'histoire des elfes, aussi belle et complète soit-elle, et c'est pour cela, cher lecteur, que je t'invite à consulter les bibliothèques des villes pour te renseigner un peu plus à leur sujet si jamais ta curiosité se voit piquée. Mais sache que les elfes sont des créatures mystérieuses, subtiles et particulièrement puissantes malgré leur physique plutôt svelte.


- Extrait du chapitre troisième de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Humaine
Sam 3 Mar - 14:53
Voir le profil de l'utilisateur
LES DRYADES
la forêt de la mort

Les Dryades, ces belles et sauvages femmes, presque aussi sauvages que les belles Zerrikaniennes et pourtant... Si différentes. J'en ai rencontré quelques-unes, au cours de mes aventures avec mon ami le sorceleur, l'une d'elle m'a même offert le superbe luth que je possède toujours. Une population majoritairement féminine, d'ailleurs, je ne me rappelle pas avoir un jour vu un homme dans ces bois. Mais je t’arrête tout de suite, cher lecteur ! Si tu penses que les dryades sont des créatures aussi douces que leur apparence, c'est en cela que tu te trompes lourdement.

Les dryades, depuis toujours, vivent majoritairement recluses dans la forêt de Brokilon, une gigantesque forêt entourée de nombreux pays, Cintra, Verden, Brugge et Sodden ; en plein cœur de la forêt se trouvant à  Duén Canell, la capitale de la forêt si tant est que l'on puisse lui en attribuer une ! Gouvernées par Eithné, reine des Dryades, ces dernières ont toujours plus ou moins supporté les troupes des Scoia'tael en soignant leurs blessés tout en protégeant corps et âmes leur forêt des intrus potentiels. Si Brokilon interdit tout arme pouvant endommager la forêt, cela n'empêche pas les dryades d'en posséder pour éloigner les dits intrus. En effet, les dryades sont les meilleures archères que ce monde ait connues. Car, comme je vous l'ai dit, si tu penses les dryades douces et agréables, tu te trompes.

Les dryades sont douces, espiègles et malicieuses avec ceux qu'elles connaissent et acceptent dans leur environnement. Leur beauté est sans égale, trouvant leur essence dans la nature qui les entoure et dans la nudité qu'elles arborent en toute circonstance. Il faut savoir une chose cela dit, à propos des Dryades. Il y a des dryades de naissances, mais majoritairement, on devient une dryade, par un rituel sacré que seule la reine connaît à l'heure actuelle. Si elles ont toujours vécu recluses dans leurs bois, la seconde conjonction des sphères a légèrement changé la donne.

En effet, les dryades, depuis la seconde conjonction, ont petit à petit quitté le nid douillet de leur forêt pour explorer les habitations humaines. Elles ont pris les coutumes humaines propres à s'habiller et se parer de tissus, parfois juste pour couvrir leur peau teintée d'un vert végétal ou juste pour s'approprier la douceur du tissu sur leur peau. De fait, même si certaines dryades s'éloignent de plus en plus de la forêt et de son confort, elles demeurent assez rares, surtout dans les villes du nord comme Novigrad, se réfugiant plutôt dans le confort de la chaleur de Toussaint.


- Extrait du chapitre troisième de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Humaine
Sam 3 Mar - 14:55
Voir le profil de l'utilisateur
LES NAINS
Frères d'Armes

Nos amis les nains ! Toujours près de nous, toujours à nous servir leur délicieuse bière ! Nos amis les nains, je vous le dis, sont aussi précieux que des amis humains ! Commençons par le début. Comme les elfes, ainsi que les gnomes, les nains font partis des plus anciennes races qui sont apparues sur le continent. Bien avant même que l'humain ne domine nos terres, ces dernières se divisaient entre les elfes, les gnomes et les nains, maîtres de la terre. Si nos amis nains comptent une population majoritairement masculine, il n'est pas rare de voir des femmes naines également !

La terre d'origine des nains est Mahakam, une monarchie élective, située dans le creux des montagnes entre divers pays comme la Temeria, la Lyrie, la Rivie, Aerdin ainsi que Sodden. Ce mythe du nain vivant dans les montagnes est ainsi plus ou moins confirmé de prime abord puisque, effectivement, une majorité de la population naine réside dans le creux terrestre de Mahakam. Néanmoins, il n'est pas rare d'en croiser sur les routes, parmi les Scoia'tael ou même encore d'en croiser dans les autres villes et pays comme à Novigrad.

Néanmoins, comme tout bon non-humain, il a subi les persécutions des humains : bûcher, torture, humiliation publique. Même si aujourd'hui, cette persécution est moins forte, il n'empêche qu'elle rôde toujours.

Je pense qu'il est inutile de te décrire un nain classique, mais je vais me faire le plaisir d'en réaliser la maigre description. Un nain, à l'âge adulte, fait la taille d'un torse humain, en moyenne, généralement large et musclé. Le nain se caractérise, pour la gente masculine, par une barbe généralement bien fournie. La majorité des nains que tu rencontreras posséderont une hache dans leur dos et une bière dans leur main, à toi de choisir quelle situation tu préfères. Si d'aventure, tu croises des nains qui ne possèdent pas de bières, je te conseille d'esquiver leur passage, il se peut qu'ils ne soient pas si amicaux que cela. Mais si lors de tes périples, tu t’arrêtes au coin du feu pour quelques heures, n'hésites pas à sortir ton fût de bière à la vue d'un nain, tu t’attireras de belles histoires qui s’évanouiront dans la nuit, quelques parties de cartes et de belles rencontres qui resteront à jamais gravées dans ta mémoire.


- Extrait du chapitre troisième de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Humaine
Sam 3 Mar - 14:57
Voir le profil de l'utilisateur
LES VAMPIRES SUPÉRIEURS
La nuit des longs crocs

Les Katakans, les Ekimmes, les Garkains, les Brouxes… Tant de noms donnés aux vampires qui peuplent nos contrées et tout autant différents de ceux que l'on appelle les Vampires Supérieurs. Vampires qui sont arrivés par la première conjonction en un tout petit nombre, avec à leur tête le Doyen des Invisibles, forme obscure résidant dans les profondeurs de Toussaint. Ces vampires ont des siècles et des siècles derrière eux, possèdent un code d'honneur qu'ils se doivent de tenir en toute occasion et vivent comme ils peuvent dans le monde des humains, leur propre monde leur étant arraché.

Certains stéréotypes qui ont été proférés à leur sujet sont vrais : ils peuvent se volatiliser en fumée pour échapper à leurs bourreaux, se métamorphoser en chauve-souris, de petites ou grandes tailles, ils ne sont pas visibles dans les miroirs, ils se régénèrent très vite lorsqu'ils sont blessés. D'autres sont faux : ils ne sont pas si sensibles à la lumière du jour, les pieux, l'ail, et les crucifix n'ont aucun effet sur eux, pas même que l'eau bénite, le sang est un alcool pour eux, dans lequel ils aiment s’enivrer de temps à autre, mais pas pour vivre, on ne peut devenir vampire, on naît vampire et c'est seulement ainsi qu'il est possible d'être un vampire supérieur.

Depuis la seconde conjonction, les Vampires supérieurs sont devenus moins rares, plus récurrents dans les villes. Leur principale place se trouve ainsi à Toussaint, le miraculeux pays du vin, proche de celui qui les gouverne. Il n'est néanmoins pas rare d'en croiser ci et là dans les autres villes. Il reste néanmoins difficile de les distinguer des autres bonnes gens puisque ces créatures se veulent aussi semblables que des humains classiques. Seuls les sorceleurs peuvent distinguer un humain d'un vampire supérieur, l'autre manière étant de les rendre suffisamment énervé pour qu'ils prennent leur forme vampirique ; griffes allongées, crocs acérés, pupilles dilatées, iris rougeâtres et visages creusés.

Ces créatures fascinantes, devenues plus récurrentes suite à la seconde conjonction des sphères, sont néanmoins des créatures redoutables. Ils peuvent être tes meilleurs amis, dans le plus grand respect possible, comme tes ennemis les plus indigestes. Si tu réussis à en énerver une, je te conseille de fuir, le plus rapidement possible, pour ne pas te voir déposséder de ton sang. Car même le plus puissant des sorceleurs ne finit que rarement indemne d'un combat contre un Vampire Supérieur. De même que si tu réussis à échapper à un vampire supérieur que tu aurais mis en colère, n'oublie pas que leur vie est très longue et qu'ils te retrouveront un jour ou l'autre.


- Extrait du chapitre troisième de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race Race : Humaine
Lun 29 Oct - 16:28
Voir le profil de l'utilisateur
LES DEMONS
au plus noir de la nuit

Si notre univers se compose de races majoritaires, il en existe également qui sont plus méconnues, qui se tapissent dans les ombres, se camouflent parmi les humains, prennent leurs apparences pour devenir semblables. Parlons de ces démons des ombres, ceux dont la différence réside dans leur appartenance au monde de la nuit et dont le camouflage est leur art principal, à défaut de pouvoir vivre exposé comme bien d’autres races avant eux. Ces espèces vivent parmi nous, nous exploitent, nous utilisent pour vivre tout en se noyant dans les foules vivantes, humaines ou autre.

En premier lieu, parlons des succubes. Ces créatures, exclusivement féminines, dont la réputation est faite par leurs fabuleuses prouesses dans l’intimité d’une chambre et d’une bougie tout juste allumée. Les succubes se manifestent de deux façons : la première est celle qui est propre à la conjonction des sphères car c’est cette dernière qui a donné naissance à cette espèce tandis que la seconde est un résultat de décennies passées avec les êtres vivants de ce monde. Leur apparence physique la plus basique, la plus simple, consiste en un corps de femme de la tête jusqu’au pelvis, voir les cuisses pour certaines. Leurs jambes sont semblables à celles d’animaux équestres avec une queue semblable aux représentations démoniaques, de même qu’elles portent des cornes dans leur chevelure.

Pour ce qui est de leur seconde forme, la plus commune, elle reprend les codes de leur première forme, mais rien de la rattache physiquement à sa figure de démon, ce qui lui permet de plus facilement charmer les hommes et les femmes. Car oui, s’il y a bien une chose à savoir de ces créatures, c’est leur amour pour la chair, pour la luxure dont elles se nourrissent. Les succubes sont des créatures de la luxure, dangereuses et pourtant inoffensives, mais elles ne reculeront devant rien pour avoir leur lot de débauche. Ce sont des séductrices nées, des femmes fatales qui séduisent les hommes comme jamais.

Elles possèdent également un homologue masculin ; l’incube, qui possède une forme naturelle similaire à l’exception des jambes. Ils portent les cornes et la queue diabolique mais à défaut de posséder des jambes rappelant l’animal totem du Mal incarné, ils possèdent des ailes décharnées dans leur dos. Comme pour la succube, leur seconde forme est celle les libérant de tout poids de leur assimilation au monde de la nuit. Les incubes, comme les succubes, se nourrissent du désir et de la luxure, de la semence de leurs partenaires et sont, à la différence de leurs homologues féminins, bien plus dangereux. Mais que la créature soit masculine ou féminine, elles demeurent cachées, vivant en masquant leurs formes primitives ou ne la dévoilant que très peu de peur de représailles. Créatures magiques usant de manipulation magique pour assouvir leurs désirs, leur longévité de vie est très aléatoire tant elle dépend de leur possibilité à se nourrir et à se camoufler. Certains incubes et succubes peuvent vivre jusqu’à un millénaire, tandis que d’autres ne dépassent pas le siècle.

La troisième créature qui se cache parmi nous est le doppler. Les dopplers sont des métamorphes, créatures nées de la conjonction des sphères et qui, comme l’incube et la succube, sont à priori inoffensifs. Les doppler sont des créatures qui prennent l’apparence et la « mentalité » de leur victime, morte ou vivante. Ils empruntent une apparence pour ainsi se camoufler auprès de nous et vivre une vie similaire à la nôtre. Ce sont, pour autant, des créatures craintes par les prêtres et autres instances religieuses qui voient en eux de terribles créatures avides de chair alors qu’il n’en est rien. De même que pour bien d’autres espèces, leur longévité de vie est assez particulière puisqu’elle dépend de la forme empruntée. Rares sont ceux pouvant se vanter d’avoir vu un doppler sous leur forme originelle tant ils changent et l’évitent ; certains narrent qu’ils sont semblables aux nains ou aux gnomes, tandis que d’autres les pensent semblables aux halfelins. Une grande incompréhension et une grande ignorance existe pour ces créatures, qu’elles soient avides d’une vie similaires à la nôtre ou d’une vie de luxure pour survivre.

- Extrait du chapitre troisième de l'ouvrage Le Temps de la Fin, rédigé en 1276 par le vicomte de Lettenhove Julian Alfred Pankratz, plus communément appelé Maître Jaskier.




   
   
Half a century of poetry
And the truth is thus: the event which gave rise to everything, to which I owe the first notes, from which my subsequent life's work was formed, was the accidental discovery of paper and pencil among the things that my company and I stole from the Lyrian military convoys. It happened...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: