AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
I can finally see you again... || Ft. Kéréell
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité

I can finally see you again...



Luella avait rendez-vous au palais duccal. Le dernier cru Nualnae venait enfin d’être achevé. Il était alors temps de le faire découvrir à la duchesse.
« Un doux parfum de cerise, et de fruits rouges… Le parfum très léger et presque impercetible du chêne… »
Sa main fine agitait doucement un verre rempli un peu de son vin sous son nez. Chaque inspiration faisait l’objet d’une analyse très précise. Elle quitta le grand baquet de bois et l’eau chaude, pour aller vers la coiffeuse. Elle fit danser le vin dans le verre sous son regard précis avant de le poser.
« Une belle teinte pourpre et  légèrement sombre, et pourtant bel et bien limpide, indiquant sa pleine jeunesse…  Pas une larme sur le verre… » Récitait-elle tout haut, pour elle-même, tandis qu’elle coiffait ses cheveux longs noirs comme le plumage d’un corbeaux.

Elle couvrit ses épaules d’une chemise de coton blanc à maille très fine, mit en valeur sa belle poitrine et sa taille de guêpe par le biais d’un corset de cuir noir, finement brodé. Ses longues jambes effilées étaient peu après à leur tour mises en valeurs par un collant opaque, d’un pourpre presque aussi sombre que son vin et de cuissardes en cuir noir à talons haut. Son poignet droit se vit de nouveau arborer fièrement le serpent argenté. Son catalyseur. Un tour de coup pourpre répondait à la couleur de son collant.  

Elle s’installa sur la petite chaise devant sa coiffeuse, et prit le verre de vin pour en avaler une gorgée. Elle reposa le verre, et se mit à analyser les saveurs qu’elle pouvait avoir en bouche, tandis qu’elle unifiait le teint hallé de son visage et soulignait ses yeux bruns par un maquillage des plus naturels mais très élégant. Elle finit par avaler la dernière goutte du breuvage, et souligna ses jolies lèvres pulpeuse d’un rouge à lèvre intense.
« Légèrement poivré, finement boisé, le tout magnifiquement marié aux goût de mûre et de cerise… »

Elle s’adressa un sourire délicat à travers le miroir. Elle était satisfaite. Encore une fois, son vin pourra faire mouche. Il ne restait plus qu’à le faire découvrir à la duchesse. Réajustant encore quelques petits détails de sa tenue, la magicienne quitta enfin la demeure familiale de la vallée de sans-retour, attrapant sa capeline de velours noir et pourpre sur laquelle était brodés les symboles des Nualnae. Elle invoqua Arvak, et grimpa en selle, une bouteille de son dernier et nouveau cru bien empaquetée à l'arrière de la selle, et se mit en route pour la capitale de Toussaint.

Une fois dans la capitale, elle traversa les rues vivantes de Beauclaire, et atteignit le palais duccal. Elle récupéra le paquet et Arvak resta immobile devant la porte du palais. Luella montra son invitation aux gardes ainsi que le contenu du paquet, avant de pouvoir enfin pénétrer dans la demeure de la duchesse, accompagnée par un garde, jusqu'à la grande salle, où l'attendait déjà la duchesse. Celle-ci cependant n'était pas seule, et Luella dut faire preuve d'une grande maîtrise d'elle-même et de ses émotions en reconnaissant la silhouette accompagnant la duchesse.

Elle s'avança dans la salle après avoir déballé la bouteille et se présenta à la duchesse après une brève révérence.
« Madame la duchesse, c'est un grand honneur pour moi de vous présenter le tout dernier vin des Nualnae... » commença-t-elle. Elle jeta un regard à la jolie dame accompagnant la duchesse et qu'elle reconnaissait sans peine. Luella sut maintenir le son de sa voix malgré tout. Il le fallait. Devant la duchesse, il le fallait.« J'espère qu'il sera tout autant à votre goût que ses prédécesseurs. »
La duchesse s'avança vers la magicienne et lui adressa un magnifique sourire :
« J'ai grand hâte de le déguster ! Présentez-le moi. Qu'on apporte des verres ! Vous aussi très chère Kéréell. Accompagnez-moi dans la découverte de cette nouvelle merveille ! Je désire vivement avoir votre avis ! » déclara-t-elle.
Un serviteur apporta une belle cruche et des verres de cristal qu'il posa délicatement sur la table. Luella s'avança alors et prépara le vin dans la carafe et rempli un peu les verres. Patiente, elle attendit les verdicts...
Invité
Anonymous
Invité
Ven 22 Juin - 20:56
Revenir en haut Aller en bas
Invité

I can finally see you again...



En cette longue journée d’été, j’avais été convoqué en début d’après-midi par notre chère duchesse car elle souhaitait savoir si je me joindrais aux festivités de la Lice pour soigner les chevaliers blessés. C’était une fausse invitation car je ne pouvais décliner son offre vu ma position de magicienne au service du palais. J’avais donc gagné le palais dès mon repas terminé, vêtue d’une superbe robe dont l’étoffe légère s’élevait sous la brise délicate du pays du vin. Mon vêtement était d’une teinte entre le vert et le bleu, ne contrariant ainsi nullement les couleurs différentes de ce qu’étaient mes deux iris. Je portais une large ceinture d’un cuir vernis joliment, pouvant ainsi transporter un petit poignard, quelques herbes si nécessaires et autres babioles dont je devais garder un œil dessus, mes bottes y étaient également assorties créant ainsi une harmonie dans ma tenue. Il était rare que je fusse si présentable. Je n’aimais guère le protocole et la plus part du temps de tel vêtements m’encombraient dans mes mouvements pour soigner ceux que je recevais chez moi. Je n’avais donc nul intérêt à les enfiler davantage !
Néanmoins aujourd’hui j’appréciais la quiétude qui avait été la mienne. Il n’y avait eu guère de nouveaux malades ce matin, c’était assez rare pour être souligné, et enfilés de pareils atours après un bain de rose m’avais étrangement enchanté ! Je me sentais magicienne. Je me sentais belle. Tout en me regardant dans le miroir ce matin, j’avais presque imaginer quelques compliments que de vieilles connaissances auraient été en mesure de me souffler. J’avais habillé mon regard d’un peu de khôl, ajouté un rose naturel sur mes lèvres avant de confier la maisonnée bien tranquille à mes trois petits orphelins dont je voyais le visage dès que l’aube se levait.

Anna Henrietta m’avait fait bon accueil malgré que je sois en avance. Elle m’avait emmené dans une salle paisible où nous goutâmes de délicieux gâteaux. J’étais naturellement gourmande et résister à de telles pâtisseries aurait été pure folie ! J’avais mangé avec lenteur les deux chou ainsi qu’une tartelette aux framboises que notre duchesse me tendait dans un petit sourire. C’était une âme bonne ! Elle m’avait rapidement accepté à sa cour, en dépit du fait des mes humeurs et de mon esprit rebelle, je crois que cela lui plaisait ? Elle aimait répéter que cela lui changeait des autres courtisans aux airs bien trop droit.
Nous avions longuement discuter, jusqu’au milieu de l’après-midi, lorsqu’un garde fit éruption dans la salle. La duchesse l’avait écouté soigneusement avant de se lever. Nous laissions la petite salle derrière nous pour prendre salle dans la grande salle pour attendre je ne sais qui…
Alors qu’un soupir effronté faisait voleter les petit mèches se trouvant devant mon visage, les portes s’ouvrirent sur une personne dont je ne pouvais oublier le visage. L’ennui disparut. Je me relevais droite comme un i, songeant déjà à ses remontrances possible si elle me voyait avachi une seconde de plus. Sapristi de pristi !
Voyant que notre duchesse s’approchait de la nouvelle arrivante, je me précipitais pour faire de même avec un certain embarras. Dans mon regard on pouvait lire une profonde joie mêlée à de la honte, peut-être même de la crainte. J’esquissais cependant un sourire timide à l’encontre de ma consoeur, je ne voulais pas qu’elle pense que je fus encore énervé suite à notre dernière et fatidique dispute. Je ne me fis également pas prier lorsqu’on me convia à goûter le vin et j’empoignais le verre qu’on me tendit un instant plus tard. J’humais l’odeur qui s’en dégageait avant de commencer la fameuse dégustation.
J’en sirotais une gorgée. Je fis claquer le breuvage contre mon palais, détaillais le moindre arrière-goût en bouche. Arômes et saveurs semblaient avoir trouvé un parfait équilibre ce qui ne me fit sourire puis vider mon verre.

- Ma foi félicitation au vignoble ayant produit ce cru ! Il est d’une qualité sans égale et je pense qu’il fera sensation autant auprès que de nos gens que ceux des contrées voisines. Par ailleurs les petites notes fruités amènent une profonde sensation de frais, il sera parfait pour la belle saison.

Je finissais mon discours en regardant le regard pétillant de la duchesse qui acquiesça. Elle s’empressa aussitôt d’ajouter ses commentaires qui demeurèrent fort pertinents. Tandis que je reposais ma coupe, j’observais Luella d’un air légèrement curieux ; elle n’avait pas tellement changé à vrai dire, que ce soit dans le style ou dans l’attitude. J’étais soulagé mais je sentais que je risquais de me prendre une folle rouste si nous nous retrouvions en privé par la suite ! Tant pis ! J’avais affronté bien pire ! J’attendis donc sagement, me faisant discrète en tentant de faire taire mon enthousiasme éclairant mon petit cœur.
Invité
Anonymous
Invité
Sam 23 Juin - 20:22
Revenir en haut Aller en bas
Invité

I can finally see you again...



Anna Henriette avait témoigné un véritable intérêt pour la nouveauté que lui rapportait Luella. La magicienne faisait un effort considérable pour faire bonne figure devant la duchesse. Tout était une question de contrôle. L’émotion parfois était une chose compliquée pour elle. Le moindre petit tremblement de la main tenant le verre de cristal, Luella y faisait attention. Car Anna Henriette n’était point seule. Kéréell se trouvait à ses côtés. Sa protégée ne cachait pas son émotion, mais elle partageait son étonnement. Elle s’était redressée si rapidement après l’avoir reconnue ! Luella lui avait rendu discrètement son sourire, mais fut vite accaparée par la duchesse.  

Luella leur donna à chacune un verre et puis se servit elle-même. Avoir le verre à la main la rendait moins nerveuse. Que dire après avoir échangé avec la duchesse sur son nouveau cru ? Que faire surtout ? Comment pouvoir espérer partager un moment rien qu’avec sa chère protégée ? Oh voilà que l’impatience de savoir tout ce qui avait pu lui arriver jusqu’à aujourd’hui commençait à la saisir tout entière ! Fort heureusement, elle décrivait le vin à voix haute ce qui la maintenait tout de même dans la réalité de l’instant :

« Pour cette saison, nous avons obtenu quelque chose aux parfums de fruits rouges, légèrement boisé, avec des notes épicées très légères. C’est tout à fait original pour un vin de notre maison, nos vins se portant plus sur des notes plus prononcées poivrées, sucrées et d’agrumes. Aussi, pour ce vin-ci, vous aurez beaucoup plus de facilité à le déguster avec n’importe quelle grillades ou viande rôties, et même avec les fromages et certains dessert »

La remarque très constructive de Kéréell la sortit totalement de ses rêveries. Cela dit… qui lui a appris à connaître aussi bien le vin ? Elle ? Peut être, elle lui avait enseigné tellement de chose ! A moins que ce ne soit ce sorceleur…. Elle passa outre.

« Je t-… Vous remercie pour tous ces compliments mademoiselle. Il est encore jeune ceci étant. Aussi suis-je quasi certaine qu’en prenant de l’âge, ses arômes n’en deviendront que plus subtils encore. Il pourra presque être consommé un peu comme chacun le souhaitera. »

La duchesse écoutait tout attentivement, et prenait son temps pour déguster la totalité de son verre. Elle tenta même de vérifier les dire de Luella en le buvant après avoir demandé qu’on lui amène de quoi manger. Luella attendait patiemment son verdict. Finalement, plus vite la duchesse en aurait fini avec elle, plus tôt la magicienne pourrait essayer d’avoir une entrevue particulière avec Kéréell… Elle l’espérait du moins.

« C’est en effet une merveille que ce nouveau vin ! » s’enthousiasma la duchesse « Quelles saveurs ! Et quelle légèreté ! Avouez-le, il est bien moins riche en tanin que certains de ses prédécesseurs, n’est-ce pas ?  »

« C’est exact, en effet. Et il m’aura fallu de nombreux essais pour arriver à ce parfait dosage. Beaucoup de nos gens ne supportent pas les tanins. Il me paraissait donc important de commencer à avoir un savoir-faire en ce qui concerne les vins pauvres en tanin »

La duchesse loua encore le vin des Nualnae, et déclara vouloir déjà passer commande de plusieurs caissons pour sa propre maison. L’entrevue touchait à sa fin, et Luella commençait à se sentir en manque de solutions… Comment avoir son entrevue avec Kéréell ?! Finalement, il ne lui en fallut pas beaucoup pour l’obtenir. La duchesse la lui donna d’elle-même :

« « Je vous laisserai organiser tout cela avec ma conseillère ici présente. J’ai à présent un autre rendez-vous assez important. Mademoiselle Vaelderis, Madame Nualnae, veuillez m’excuser  »

Elle quitta alors la pièce accompagnée de son chambellan, laissant alors Luella et Kéréell seules, en tête à tête, dans une salle trop grande pour seulement deux personnes. La porte par où la duchesse était partie claqua. Luella s’avança alors rapidement vers Kéréell, et la prit dans ses bras. Rare embrassade donnée par la magicienne à sa protégée, tant elle était forte, et si pleine d’amour presque maternel.

« Kéréell ! Comme tu m’as manquée !  »

Elle était véritablement émue et ne s’en cacha pas, lorsqu’elle déserra sa prise sur la guérisseuse. Luella garda les mains de Kéréell dans les siennes.

« Laisse moi te regarder ! Tu es devenue si belle… Et tu as aussi si bien grandi… !  »

Dire ces mots réveillait toute la fierté qu'elle ressent pour Kéréell, mais aussi l’inquiétude qu’elle avait eu après que son élève soit partie. Mais elle n’en ajouta pas plus, ne voulant pas remuer le couteau dans la plaie. Elle avait toujours souhaité revoir Kéréell, et surtout que ces retrouvailles soient heureuses et non malheureuses.
Invité
Anonymous
Invité
Dim 24 Juin - 0:24
Revenir en haut Aller en bas
Invité

I can finally see you again...



Tandis que la dégustation touchait à sa fin, je m’inclinais poliment face à la duchesse qui venait de nous annoncer son départ à cause de ses occupations. Je demeurais solennellement jusqu’à ce que la porte derrière elle ne retentisse bruyamment pour annoncer sa fermeture. Alors que je m’appretais à me redresser pour souffler un coup, tant d’émotions me traversaient l’esprit que j’avais besoin de cette petite pause, je fus soudainement chamboulé par Luella dont la joie me surpris. Elle clamait la joie de m’avoir retrouvé, me pressant contre son corset et ses bijoux sans que je ne pus m’en dégager. Je restais donc comme paralysée par la tournure que prenait la situation car après tout, je connaissais fort bien la magicienne qui me faisait face et d’ordinaire elle ne se laissait pas attendrir.

- Tu ne… me disputes pas ? hasardais-je sur un ton assez craintif.

Les minutes défilèrent et je compris que je fus bien sotte de penser de la sorte. Je ne pus que sourire, et mes mains tremblantes qui demeuraient dans le vide jusqu’ici se posèrent sur le dos de mon affectueuse amie. Je soupirais un peu avant de rire doucement à ses propos, il ne me semblait pas que j’eus changé à ce point mais cela m’amusa.
Je la laissais dire, je la laissais faire. Lorsqu’elle me somma qu’elle voulait me regarder je reculais d’un pas pour finalement tourner sur moi-même en ne perdant pas mon rire. Une fois qu’elle eut fini de me détailler de la tête aux pied je revenais près d’elle reprenant ses mains dans les miennes bien que mes phalanges tremblaient avec fébrilité.

- Je suis si contente de te revoir Luella ! Si contente ! Je pensais que jamais je ne te retrouverais ! Bon sang, que la vie nous joue des tours étranges parfois.

Je soufflais de soulagement avant de l’emmener dans un coin plus calme de la pièce ou se trouvait une large banquette rembourrée de coussin, mes mains tenant toujours les siennes. Je m’asseyais dans un soupire avant de la regarder d’un air curieux.

- Je ne savais nullement que tu étais à Toussaint. Depuis combien de temps es-tu là exactement ?

Mais je sentis bien vite qu’elle devait avoir les mêmes questions à mon égard. Je tentais de ne pas y songer. Elle allait sûrement me questionner au sujet de Callan et je ne savais si j’étais d’âme à le supporter aujourd’hui tant j’avais du mal avec ce passé depuis quelques semaines. Je tentais de dissimuler mon inquiétude face au sujet que nous allions inévitablement abordé, mes sentiments ne devaient pas transparaître car Luella se tromperait dans son jugement, elle accablerait Callan sans qu’il ne fut responsable de quoi que ce soit. J’attendis la réponse de mon aîné avec un sourire, un entrain que je n’avais pas eu depuis longtemps !

- Raconte-moi tout ! Je veux tout savoir, absolument tout !
Invité
Anonymous
Invité
Dim 24 Juin - 15:20
Revenir en haut Aller en bas
Invité

I can finally see you again...




Luella avait bien du mal à canaliser le flux de ses émotions. Elle était heureuse de revoir Kéréell, soulagée de la savoir vivante, en bonne santé et surtout en ayant bien grandi depuis son départ, mais aussi culpabilisant beaucoup de leur conflit à cause d'un sorceleur. Elle pourrait encore la rouspéter bien sûr. Mais Kéréell avait pris aussi du même coup son indépendance, et pour le peu qu'elle puisse en voir, il lui semblait que sa protégée finalement s'était bien débrouillée. N'est pas conseillère d'une duchesse, n'importe quel citoyen de Toussaint.

Elle prit donc le temps de l'observer, et d'exprimer la joie qu'elle éprouvait à la retrouver. Oh certes, elle pourrait parler pendant des heures des tords de la jeune magicienne, mais Luella avait surtout envie de savoir toute l'étendue de ses aventures et non envie de se fâcher. Ceci surpris cependant sa protégée qui apparemment s'était préparée à recevoir un sermont. Luella la regarda un instant, comme hésitante.

« Je pourrais oui, te rouspéter. Te dire que ce ne fut que pure folie de partir ainsi, surtout à cette époque troublée, où nous, mages, n'étions plus que cible d'une chasse bien trop cruelle à mon goût. » avoua-t-elle. « Mais la jeune Kéréell qui est partie n'est pas celle que je vois aujourd'hui. Aujourd'hui je vois une belle magicienne, très compétente, et qui a su devenir la proche confidente de la duchesse de Beauclair. En tant que mentor, je ne peux qu'être fière.»

Luella lui sourit sincèrement. Elle avait envie de lui avouer et de lui exprimer d'avantage ce qui lui pesait sur le coeur depuis si longtemps, quand Kéréell fit éclater à son tour le bonheur de la revoir. Elle aussi avait donc ressenti la crainte de ne pas retrouver celle qui lui avait offert un foyer et qui lui avait appris les bases des arcanes magiques. Elles allèrent s'assoir peu après, leurs mains toujours liées. Kéréell s'enquit alors des aventures de son mentor.

« Je suis à Toussaint depuis 4 ans maintenant. Je n'ai plus été en Téméria depuis que tu en es partie. Notamment pour me protéger des Nilfgaardiens et des chasseurs de sorcières.» répondit-elle. « Je ne te cache pas que je me suis beaucoup inquiétée. Et je le répète, j'aurais pu te faire un sermont. Mais vois-tu, avec tout ce qu'il se passait autour de nous, j'ai beaucoup plus regretté d'avoir causé ce qu'il s'est passé entre nous, que je ne t'en ai voulu. Parce que jusqu'à aujourd'hui j'ai vraiment espéré que tu sois en vie pour pouvoir te demander pardon. »

Elle se sentait submergée par l'émotion. Elle libérait enfin sa culpabilité et ses remords. Elle avait enfin pu dire à Kéréell combien elle avait regretté les mots qu'elle lui avait dit le jour où elle s'était enfuit de Lyria avec Callan. Elle lui sourit de nouveau en lui prenant la main.

« Je suis heureuse qu'il ait pu t'éloigner du danger. Je ne doute pas aussi que tu sois devenue forte pour pouvoir te défendre par toi-même. Mais tu sais ce que j'ai toujours pensé de lui. » conclu-t-elle.

Luella avait toujours été méfiante envers Callan. Et elle l'était toujours autant. Mais elle reconnaissait malgré tout qu'il avait su mettre Kéréell à l'abris de la guerre, à l'abris des violences Nilfgaardiennes, et ainsi permettre à Kéréell d'avoir une vie décente. Et venant de Luella après tout ce qui leur était arrivée à toutes les deux, c'était énorme. Très émue, elle se ressaisit :

« Enfin, assez parlé de moi ! Raconte-moi ! Qu'as-tu fait depuis ton départ ? Dis moi ce qui t'as amené ici. Je suis curieuse de connaître ton histoire ! »
Invité
Anonymous
Invité
Mar 3 Juil - 22:25
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: